Publié dans Société

Affaire « Zoara Famonjena » Antohomadinika - La délégation du METM ridiculisée

Publié le dimanche, 11 mars 2018

Le bureau national persiste et signe. Après l’échec de sa tentative de porter l’affaire devant la Justice, le METM (« Misiona Teratany Eto Madagasikara ») insiste sur l’installation d’un nouveau pasteur au sein de l’église « Zoara Famonjena » à Antohomadinika. Hier, une délégation conduite par le président national de ladite entité religieuse, accompagnée de partisans « intrus », se sont déplacés dans cette localité pour s’assurer de l’installation, mais en vain. Ils ont tenté de pénétrer à l’intérieur de l’église en pleine culte, mais les fidèles et riverains d’Antohomadinika les en ont empêché jusqu’au bout. Ce forcing a même fini par un affrontement, d’où l’intervention des Forces de l’ordre pour calmer la situation. Après quelques minutes de conflit entre les deux parties, les « intrus » ont rebroussé chemin et ont été ridiculisés. Ils n’ont toutefois pas pesé leurs mots pour insulter les partisans et les éléments des Forces de l’ordre présents sur place.

« Nous nous opposerons jusqu’au bout à ce forcing du bureau national METM. Au lieu de sanctionner ceux qui ont fait un détournement au Collège « Fitahiana », ils ont pris leur partie au point de chercher tous les moyens pour se débarrasser de notre pasteur. Ce dernier a pourtant apporté un grand changement non seulement au sein de l’église mais aussi dans la communauté, notamment depuis qu’il a fondé le collège pour accueillir les enfants nécessiteux », résume un fidèle, mécontent de la situation. Des fidèles d’Antohomadinika dénoncent également la distribution d’argent pour soudoyer ceux qui osent s’opposer contre le pasteur Alain De Néri Andrianantenaina.
Apparemment, cette affaire « Zoara Famonjena » dépasse le niveau ecclésiastique si l’on considère de la tournure à laquelle évolue la situation. Les pratiquants campent sur leur position pour protéger leur pasteur, en exercice à Antohomadinika depuis 13 ans. Pour sa part, le METM ne lâche pas prise en usant de tous les moyens pour expulser le pasteur. Alors que le Tribunal s’est déclaré incompétent sur cette affaire, le bureau national a de nouveau porté plainte contre le pasteur Alain de Néri suite à la fermeture du Collège « Fitahiana ». Il s’agit, rappelons-le, d’une décision prise le 4 mars par les fidèles. Affaire à suivre !
Recueillis par Patricia Ramavonirina

Laissez un commentaire

Assurez-vous d'indiquer les informations obligatoires (*).
Le code HTML n'est pas autorisé.

Fil infos

  • Privation de discours à Vohipeno - La colère très mal placée de Hery Rajaonarimampianina
  • Déplacements de Marc Ravalomanana et Andry Rajoelina - Le régime aux abois
  • Manifestations publiques interdites - Les catholiques font de la résistance
  • Régime Hvm - S’expliquer pour mieux couler !
  • Rencontre avec les Tananariviens - Manifestation des députés Tim -Mapar maintenue
  • Ramena – Antsiranana II - Abus de pouvoir d’un ancien maire
  • Conjoncture politique - Prédiction d’une semaine… « révolutionnaire » !
  • Ihanta Randriamandranto - « Non à l’anarchie, remettons de la discipline »
  • Rapport des députés du TIM et du MAPAR - Rendez-vous avec les Tananariviens ce samedi à l’Hôtel de ville
  • De Mahajanga à Vohipeno - Week-end noir de Hery Rajaonarimampianina

La Une

Editorial

  • Le mensonge d’Etat
    Richard Yung, sénateur français de « la république en marche », de passage au pays, déclarait à l’issue d’une interview qu’il avait accordée à un quotidien de la place que « la France n’a pas de candidat ». Une déclaration qui laissait évasifs et perplexes les analystes des relations existant entre la France et l’Afrique les cinquante dernières années. Certains même la qualifient de dilatoire. En fait, Mr Yung corrobore ce que le nouveau locataire de l’Elysée, Emmanuel Macron, annonçait devant les étudiants burkinabé à Ouagadougou le 28 novembre 2017 selon lequel « qu’il n’y avait pas de politique africaine de la France ».

A bout portant

AutoDiff