Publié dans Société

Fausse accusation de vol d’ossements - Un opérateur lynché à mort, son accompagnateur grièvement blessé

Publié le dimanche, 11 mars 2018

Fin tragique pour deux individus accusés à tort ! Le soir du  9 mars, un double lynchage à caractère de vindicte populaire lié à une affaire de fausse accusation pour vol d’ossements humains, a coûté la vie à un opérateur économique et agriculteur prénommé Fleury et blessé gravement son accompagnateur, un mécanicien de son état. Tous les deux étaient au volant de leurs voitures lorsque des individus déchaînés étaient venus s’en prendre violemment à eux à coups de machettes et d’objets tranchants. Tout cela à cause d’une simple rumeur ou plutôt un fâcheux malentendu sur leur compte. Ce drame est survenu à Betsiraha, Commune de Lopary, District de Vangaindrano. Et pourtant, les concernés avaient été accompagnés par deux gendarmes.


Les choses s’étaient déroulées de façon inattendue. En cours de route, les deux véhicules ont dû faire une halte dans le village de Betsiraha car il y avait un sac sur le côté de la chaussée. Il contenait des ossements humains. Les gendarmes de l’escorte ont alors informé le commandant de brigade de Vangaindrano. Ce dernier a recommandé de transporter la marchandise à bord de l’une des voitures. L’instruction suivante consistait à demander aux villageois s’il y avait des cimetières dévalisés dans la Région. C’était dans ces circonstances que les gendarmes ont fait descendre le sac de la voiture pendant qu’ils allaient consulter les riverains et les responsables de la collectivité locale. Entre-temps, Fleury et Thierry (le mécanicien) étaient restés dans leurs voitures. La foule se rassemblait autour d’eux. Une partie de ces gens ont fait savoir aux autres que Fleury venait d’être arrêté par les gendarmes pour avoir volé des restes humains. Aussitôt, les curieux, dans leur méconnaissance, ont voulu faire sortir les deux  automobilistes des véhicules dans le but de les
assassiner. Lorsque les deux gendarmes et les responsables de la localité étaient retournés à l’endroit où les agressions se sont produites, ils n’y retrouvaient plus que Thierry. Plus tard, les gendarmes ont appris que Fleury a tenté de fuir à bord de sa voiture. Mais des villageois ont déjà saboté le pont en bois situé à la sortie de la petite ville. Les villageois ont alors fracassé les vitres du véhicule afin d’extirper Fleury de l’habitacle et l’ont attaqué avec un sabre. Le malheureux fut grièvement blessé. Dans un instinct de survie, il a continué à s’enfuir à pied. Entre-temps, les habitants, assoiffés de sang, lui ont tendu un piège à 2 km plus loin où ils ont attrapé le fugitif avant de l’achever de façon inhumaine et barbare. Le sort du mécanicien était moins dramatique. Il n’a pas réussi à échapper à la meute de poursuivants. Ils l’ont déjà lacéré avec leurs couteaux lorsque les gendarmes et les notables de la cité ont débarqué sur les lieux. Ces derniers ont réussi à empêcher cette foule déchaînée de ne pas tuer la victime, qui a dû être évacuée d’urgence  à l’hôpital. Ce n’était qu’après quelques moments que le commandant de brigade de gendarmerie locale et d’autres gendarmes dépêchés de Vangaindrano sont arrivés. Fleury a donc perdu sa vie en voulant aider les villageois qui s’étaient retournés violemment contre lui. Que justice soit faite !
 Franck Roland

Laissez un commentaire

Assurez-vous d'indiquer les informations obligatoires (*).
Le code HTML n'est pas autorisé.

Fil infos

  • Trafic de bois de rose - Accusations gratuites contre Maminiaina Ravatomanga
  • Andry Rajoelina à Antsirabe - La population du Vakinankaratra conquise !
  • Vie de parti - Le HVM dépouillé des ses éléments « acceptables »
  • Course à la magistrature suprême - Des détraqués salissent l’image du candidat du TGV
  • Présidentielle 2018 - Hajo Andrianainarivelo fera tout pour faire élire Andry Rajoelina
  • Election présidentielle - Guerre de leadership dans le camp du régime
  • RN 4 - Embuscade spectaculaire à Mahatsinjo, un bébé blessé
  • Démission DG Kraoma Malagasy - Suite à la vente d'actions de la société aux Russes ?
  • Préfets et chefs de région au congrès du HVM - Des sanctions attendues !
  • Insécurité à Madagascar - Un des grands échecs du régime Rajaonarimampianina

La Une

Editorial

  • Essai transformé !
    Les cent jours de la « période d’essai » de Ntsay Christian touchèrent à leur fin ce vendredi 14 septembre 2018. Nommé le 14 juin 2018, exactement trois mois et dix jours, le nouveau locataire de Mahazoarivo tenait d’une main de fer la barre du pays. Il est d’usage comme dans toute entreprise digne de l’être d’accorder un temps d’essai à un employé ou cadre nouvellement recruté au terme duquel la Direction se réserve le droit d’apprécier à sa juste valeur la nouvelle recrue pour une confirmation ou pour un simple rejet.

A bout portant

AutoDiff