Publié dans Société

Isandra - Les « dahalo » tirent sur un bébé

Publié le mercredi, 21 mars 2018

Un bébé tué d’une balle à la tête ! La brutalité des « dahalo » dépasse désormais la limite du tolérable et de l’admissible dans le pays. Ils ne font plus aucune distinction de sexe, ni d’âge pour sévir contre leurs victimes. Vendredi après-midi dernier, un fait à glacer le sang s’est produit dans un quartier de la Commune d’Isandra, ex-Province de Fianarantsoa. 30 « dahalo » équipés d’armes à feu et d’objets tranchants ont fait incursion dans le village d’Ambalamarina.  

Ils ont fait crépiter leurs armes, provoquant la panique des habitants. Leur cible : un couple avec enfant en bas-âge. Justement, ils n’ont pas hésité à tirer sur un bébé d’un an et demi en visant particulièrement la tête. Evacué à l’hôpital de Tambohobe à Fianarantsoa, l’enfant se trouve entre la vie et la mort, du moins selon une information recueillie sur place.

De plus, les assaillants dont on ignore le motif de leur acharnement sur les membres de la petite famille, ont pris leurs économies.  Ils ont également tenté d’emporter des marchandises mais ont finalement préféré les jeter au sol, les jugeant trop encombrantes. Ainsi, du riz à profusion provenant du stock des victimes, a été perdu inutilement. Toutes les Régions de l’Amoron’i Mania et de la Haute-Matsiatra dépassent maintenant, et de loin, celle de l’Ihorombe (Betroka) en matière d’insécurité. L’on se demande sur la raison de cette hésitation du Gouvernement, sinon son refus de ne pas implanter également les bataillons inter-armes dans ces régions désormais classées « zones rouges ».

F.R.

1 Commentaire

  • Posté par gerard g
    jeudi, 22 mars 2018

    horreur absolue ! (et peu importe le riz renversé, non ?)

    Rapporter

Laissez un commentaire

Assurez-vous d'indiquer les informations obligatoires (*).
Le code HTML n'est pas autorisé.

Fil infos

  • Compte rendu à l’Hôtel de Ville - Les députés du Tim et du Mapar rassurent
  • Départ inopiné du pays - Rajaonarimampianina aurait-il « lâché » ses partisans
  • Conjoncture politique - Les épouses de gendarmes supplient leurs maris !
  • Lois électorales et dérives démocratiques - Les députés opposants s'en remettent à la Communauté internationale
  • Hery Rajaonarimampianina - Départ en catimini à l'extérieur ?
  • Menaces contre des députés Tim-Mapar - Plainte de réserve contre le préfet et des gros bras
  • Syndicat des artistes - Halte aux abus des autorités !
  • Privation de discours à Vohipeno - La colère très mal placée de Hery Rajaonarimampianina
  • Déplacements de Marc Ravalomanana et Andry Rajoelina - Le régime aux abois
  • Manifestations publiques interdites - Les catholiques font de la résistance

Editorial

  • Bataille rangée
    Guerre déclarée. L’escalade de provocations, déclenchée initialement par les maîtres du régime, propulse inexorablement le pays vers la logique de confrontation. Une guerre déclarée dont personne ne sait quel en est la véritable raison. Des troubles inutiles et incompris sciemment fomentés un peu partout.  En face, l’opinion publique, des acteurs pertinents de la société civile, les leaders des formations politiques principalement de l’opposition et même les prélats des Eglises, à l’instar de l’Eglise catholique apostolique romaine (ECAR) ou ceux des Eglises non affiliées au FFKM ne restent pas insensibles. Ils réagissent chacun dans leur propre camp. En fait, ils ne veulent pas rester indifférents et sont déterminés à manifester leur rejet aux dérives dictatoriales, répétées, de ces détenteurs de l’autorité d’Etat. Des tirs croisés, apparemment percutants, atteignent de plein fouet le centre de gravité du pouvoir. Ainsi, le régime doit faire face à une bataille rangée sur plusieurs fronts.Les catholiques, très…

A bout portant

AutoDiff