Publié dans Société

« Taxi-be » - Les frais de transport à 700 ariary !

Publié le mardi, 10 avril 2018

Les consommateurs demeurent les martyrs. Hausse de prix du riz, des factures de la Jirama, des PPN, et bientôt celle des frais de transport. Hier, les transporteurs réunis dans l’Union des coopératives de transport urbain (UCTU), l’Union des coopératives de transport suburbain (UCTS), la FMA et l’UCTSFA ont annoncé la hausse de leur tarif à 700 ariary, d’ici quinze jours, suite à leur assemblée générale.

En fin de compte, ce sont seulement les consommateurs qui sont les principales victimes de cette discorde entre les entrepreneurs et l’Etat. Chacun d’entre eux peut faire ce que bon lui semble, contrairement à la population qui ne fait que se plaindre auprès du Réseau national pour la défense des consommateurs (RNDC). L’année dernière, notamment durant la période où le prix du riz a augmenté dans le pays, le RNDC était toujours là pour soutenir les clients. Il s’est battu bec et ongles pour trouver une solution à cette hausse de prix. Et depuis, cette organisation s’est murée dans son silence. Sa dernière apparition sur scène fut à Mahajanga, durant la célébration de la journée mondiale des droits des consommateurs. Jusqu’à maintenant, il n’a pas donné signe de vie. Le RNDC n’a pas encore mâché un mot ni sur la hausse de prix de l’électricité, ni sur celle des frais de transport. « A l’heure où la population a le plus besoin de son aide, il n’est pas là », avance Raharisoa, une mère de famille. Or, les défenseurs des droits des consommateurs sont du même avis que les transporteurs concernant cette hausse des tarifs. Une situation qui témoigne l’incompétence du RNDC.
Des farces !
Pertes, vérité des prix, subventions insuffisantes… La hausse des frais de transport date depuis belle lurette. A chaque fois qu’une telle situation se présente dans le pays, les transporteurs, notamment les « patrons » en profitent pour lancer leur menace. Face à cette situation,  le ministère des Transports a décidé de continuer la distribution des compensations pour les transporteurs desservant les zones régionales et nationales. Des subventions qui ne sont pas arrivées à destination. Ce sont les propriétaires de véhicules qui encaissent cette somme. Ces derniers, dans la plupart des cas, ne tolèrent pas les versements incomplets. Comme les consommateurs, les chauffeurs et receveurs ne sont également que des victimes. Ils n’ont pas d’autre choix que d’accepter la décision de leurs maîtres. Même si cette compensation serait doublée ou triplée, elle n’aura aucun impact sur eux. La perte sera toujours là. D’après un chauffeur de« taxi-be », lui et ses collègues n’ont jamais reçu cette subvention alors que les charges quotidiennes, entre autres le carburant, leur incombent entièrement.
Recueillis par Anatra R.

Laissez un commentaire

Assurez-vous d'indiquer les informations obligatoires (*).
Le code HTML n'est pas autorisé.

Fil infos

  • Andry Rajoelina contre l’insécurité - L’arrêt de l’exportation bovine en perspective
  • Région Menabe - La mafia des bois précieux fait parler d’elle
  • Atteinte à la sûreté intérieure de l'Etat - Pety Rakotoniaina de nouveau en prison
  • Election présidentielle - Narson Rafidimanana et 150 maires séduits par le programme de Rajoelina
  • Déstabilisation et manœuvres de coup d'Etat - Des mains étrangères au cœur des soupçons
  • Conseil du Fampihavanana Malagasy - Perte de crédibilité confirmée !
  • Permis et carte grise biométriques - Accusés, levez-vous !
  • Antoko Repoblikanina - Le dernier- né des partis politiques à Madagascar
  • Mbola Rajaonah, le pestiféré - Sur les traces de Claudine Razaimamonjy
  • Trafic de bois précieux au Vakinankaratra - Deux femmes proches de Rajaonarimampianina dans le coup

La Une

Editorial

  • HVM, que reste-t-il ?
    Alors que toutes les formations politiques, du moins celles dignes de leur stature, resserrent les rangs pour affronter la course en vue de la magistrature suprême, le parti du Président démissionnaire Hery Rajaonarimampianina s’effrite. Le parti au pouvoir va en ordre dispersé.  Les démissions se succèdent. Une défection cache une autre ! A ce rythme, le parti présidentiel, une formation politique, sûre de sa puissance, à  l’époque, et qui défiait avec un certain orgueil et d’une fierté, mal placée, les autres serait d’ici peu une carcasse d’ossements, sans âme, ni corps,  l’ombre de lui-même ! Les « départs définitifs » se poursuivent. Et la liste n’est pas exhaustive !

A bout portant

AutoDiff