Publié dans Société

« Taxi-be » - Les frais de transport à 700 ariary !

Publié le mardi, 10 avril 2018

Les consommateurs demeurent les martyrs. Hausse de prix du riz, des factures de la Jirama, des PPN, et bientôt celle des frais de transport. Hier, les transporteurs réunis dans l’Union des coopératives de transport urbain (UCTU), l’Union des coopératives de transport suburbain (UCTS), la FMA et l’UCTSFA ont annoncé la hausse de leur tarif à 700 ariary, d’ici quinze jours, suite à leur assemblée générale.

En fin de compte, ce sont seulement les consommateurs qui sont les principales victimes de cette discorde entre les entrepreneurs et l’Etat. Chacun d’entre eux peut faire ce que bon lui semble, contrairement à la population qui ne fait que se plaindre auprès du Réseau national pour la défense des consommateurs (RNDC). L’année dernière, notamment durant la période où le prix du riz a augmenté dans le pays, le RNDC était toujours là pour soutenir les clients. Il s’est battu bec et ongles pour trouver une solution à cette hausse de prix. Et depuis, cette organisation s’est murée dans son silence. Sa dernière apparition sur scène fut à Mahajanga, durant la célébration de la journée mondiale des droits des consommateurs. Jusqu’à maintenant, il n’a pas donné signe de vie. Le RNDC n’a pas encore mâché un mot ni sur la hausse de prix de l’électricité, ni sur celle des frais de transport. « A l’heure où la population a le plus besoin de son aide, il n’est pas là », avance Raharisoa, une mère de famille. Or, les défenseurs des droits des consommateurs sont du même avis que les transporteurs concernant cette hausse des tarifs. Une situation qui témoigne l’incompétence du RNDC.
Des farces !
Pertes, vérité des prix, subventions insuffisantes… La hausse des frais de transport date depuis belle lurette. A chaque fois qu’une telle situation se présente dans le pays, les transporteurs, notamment les « patrons » en profitent pour lancer leur menace. Face à cette situation,  le ministère des Transports a décidé de continuer la distribution des compensations pour les transporteurs desservant les zones régionales et nationales. Des subventions qui ne sont pas arrivées à destination. Ce sont les propriétaires de véhicules qui encaissent cette somme. Ces derniers, dans la plupart des cas, ne tolèrent pas les versements incomplets. Comme les consommateurs, les chauffeurs et receveurs ne sont également que des victimes. Ils n’ont pas d’autre choix que d’accepter la décision de leurs maîtres. Même si cette compensation serait doublée ou triplée, elle n’aura aucun impact sur eux. La perte sera toujours là. D’après un chauffeur de« taxi-be », lui et ses collègues n’ont jamais reçu cette subvention alors que les charges quotidiennes, entre autres le carburant, leur incombent entièrement.
Recueillis par Anatra R.

Laissez un commentaire

Assurez-vous d'indiquer les informations obligatoires (*).
Le code HTML n'est pas autorisé.

Fil infos

  • Présidentielle 2018 - La France pour une élection libre, inclusive et transparente
  • Grande Messe à Toamasina - Le Cardinal Tsarahazana crève l’abcès sur les mensonges d’Etat
  • Secteur énergétique - Haro du SEFAFI sur les mauvaises pratiques
  • Cardinal Désiré Tsarahazana - « Prions ensemble pour que notre foi se reflète dans nos actes »
  • Scission au sein du HVM - Mahafaly et Paul Rabary, candidats à la présidentielle
  • Cardinal Désiré Tsarahazana - Un discours rempli d’amour et de reconnaissance
  • Affaire CEG d’Analamahitsy - Les zones d’ombre persistent
  • Impartialité durant les élections - Jean Eric Rakotoarisoa rassure
  • Patrimoine de l’Etat - Le HVM fait sa braderie
  • Election présidentielle 2018 - Andry Rajoelina le candidat le mieux préparé

Editorial

  • Calendrier irrévocable
    Un arbre de taille haute, sur le sommet de la colline, attire les foudres. C’est un phénomène physique  naturel. Dans une communauté humaine donnée, quelqu’un qui a réussi dans sa vie et parvient à se hisser au top de sa carrière attise des animosités. AndryNirinaRajoelina, ancien président de la Transition, de retour au pays, entame un périple de descentes sur terrains. A la bonne surprise générale ou à la désolation totale pour certains, c’est selon, le leader du Mapar/Tgv cartonne partout où il passe. Il a été accueilli de Mahajanga à Fianarantsoa, tout récemment, en passant par Antsohihy puis Soanierana-Ivongo jusqu’à Marolambo, pour ne citer que ces quelques localités-repères, par une population entièrement en phase et enthousiasme. L’Initiative pour l’émergence de Madagascar (IEM), détaillée en long et en large durant tout le parcours par son président-fondateur en personne, reçoit un écho plus que favorable. L’IEM est la bienvenue partout où…

A bout portant

AutoDiff