Publié dans Société

Série de braquages dans la Capitale - Trois fois impliqué, un suspect potentiel dans les filets de la Police

Publié le vendredi, 13 avril 2018

Pendant un certain temps, la Capitale a vécu au rythme des braquages spectaculaires. Mais la Police n’a pas chômé pour rechercher leurs auteurs. C’était dans pareilles circonstances que des éléments de l’Unité d’intervention rapide (UIR) de Tsaralalàna ont pu mettre la main sur le surnommé « Ra-Co » chez lui à Volosarika Ambanidia, tôt le matin du 12 avril.  Selon une information policière, cet homme a participé dans de nombreux braquages, à savoir celui qui s’est produit le matin du 21 mars. A cette date, un agent de recouvrement fut la cible et fut dépossédé de la somme de 30 millions d’ariary, prévue être versée à la banque. Ra-Co aurait également été impliqué dans un vol de 384g d’or à Avaratr’Ankatso, le matin du 31 mars dernier. Il faut préciser que la victime de ces forfaits est la même personne.

Des témoins ont rapporté que Ra-Co était toujours armé lorsqu’il passe en action. Le même témoignage ajoute que Ra-co et compagnie circulent en scooter Bws pour commettre leurs sales coups. Ces derniers temps, il a repeint le sien en rouge alors que la couleur initiale était le noir. La peinture fraiche n’a pas échappé à la Police. Une autre source d’information renchérit s’être souvenu que le concerné portait aussi un survêtement gris. Son épouse a été obligée de faire une sorte d’inventaire du contenu de la garde-robe de Ra-Co. Il s’avère que celui-ci possède tout un assortiment de ce type de vêtement. Effectivement, il en existe de couleur grise, notamment le pantalon que la victime a affirmé immédiatement reconnaître sur Ra-Co. Après cette série de vérifications et de perquisitions, il était embarqué dans les locaux de la Brigade criminelle où il aura à répondre de ses actes. 

Le fait que les bandits de la trempe de Ra-co soient motorisés explique leur rapidité pour fuir après leur forfait. Les auteurs de braquages n’ont de rivaux que leurs homologues ravisseurs sur ce point. La vulgarisation sinon la banalisation de ce type de locomotion dans le pays, a énormément aidé les malfaiteurs. A un certain moment, la Police a songé prendre une mesure draconienne telle que l’imposition de numéro d’immatriculation ou surtout du permis de conduire à tous les utilisateurs de la moto, notamment le scooter. Mais comme le régime en place est plutôt connu pour son manque de poigne, ses errances et ses indécisions, cela porte toujours de lourds préjudices à la sécurité de la population. 

F. Roland

Laissez un commentaire

Assurez-vous d'indiquer les informations obligatoires (*).
Le code HTML n'est pas autorisé.

Fil infos

  • Election présidentielle 2018 - Les candidats pressentis du HVM
  • Elections anticipées - Une obligation et non une option !
  • Contre une présidentielle anticipée - Le HVM et ses sbires divaguent
  • Venue du Pape à Madagascar - « Je ne peux pas promettre à 100 % », dixit le Cardinal Tsarahazana
  • Andry Rajoelina - « La nomination des ministres autres que MAPAR et TIM était à notre insu »
  • Choix de ministres HVM indésirables - Peaux de banane de Rajaonarimampianina contre Ntsay Christian
  • Sortie de crise - Les sans-grades se ridiculisent
  • Quatrième République - Les artisans de la descente aux enfers du régime
  • Vie de parti politique - La famille « recomposée » du HVM s'entretue
  • Le contexte politique vu par Jeune Afrique - Madagascar : un parfum de fin de règne pour Rajaonarimampianina

Editorial

  • L'amer à boire !!
    Non, ce n'est pas l'amer à boire ! La formation du nouveau Gouvernement dirigé par le Premier ministre de consensus Ntsay Christian nous colle toujours à la peau. Les commentaires positifs ou négatifs vont bon train. Les esprits s'échauffent.  Des déçus et des satisfaits ! Du nectar pour certains ! De l'amer à boire, pour d'autres ! Madagascar, telle une pauvre parturiente, gravement malade, qui consulta le sorcier du village, le seul guérisseur du coin, n'avait pas tellement le choix. Le « toubib », la HCC, lui recommanda une potion à avaler d'un seul coup. Un problème ! La potion magique est difficile à avaler. Mais, il fallait le faire. L'enfant risquait sa vie.

A bout portant

AutoDiff