Publié dans Société

Faravohitra - Alerte au kidnapping ?

Publié le dimanche, 15 avril 2018

Branle-bas de combat à Faravohitra, hier matin. Les gens étaient visiblement paniqués et certains couraient dans tous les sens dans les environs de la Jirama. Mais qu’est-ce qui s’est passé au juste ? A un coin de rue, un tas de personnes qui se tenaient près de deux ou trois véhicules apparemment officiels semblaient être hors d’eux, selon notre information. Et là des voix s’élevaient : « On vient d’enlever le fils du ministre X…! ». Seulement, on n’a pas su de qui il s’agissait au juste.  Tout cela s’est passé en une poignée de minutes après quoi les ravisseurs, qui ont circulé en motos, s’étaient enfuis à toute vitesse avec leur victime. La panique observée aussi bien chez ceux qui s’en étaient plaints, c’est-à-dire les accompagnateurs supposés de l’otage que chez les badauds, était authentique que certains s’étaient réjouis au fond d’eux-mêmes d’avoir pu être les témoins d’un rapt qui se déroulait sous leurs yeux. 

 

Pour en avoir le cœur net, certains s’en étaient donc enquis auprès du Commissariat d’arrondissement. Et là, leur exaltation  du début tombait d’un cran. Les policiers, hilares, leur ont expliqué que ces gens tournaient simplement un film. A la fois soulagées mais aussi un peu déçues, toutes ces personnes déjà à l’affût de la moindre évolution de l’affaire, ont subitement réalisé qu’il ne s’agissait que d’un jeu, donc une pure mascarade. Et tous ont repris leur chemin. En tout cas, jeu ou pas, cet évènement surprise n’a fait qu’égailler un tout petit peu leur dimanche en ce contexte déjà morose et de plus en plus sombre. 

 F. Roland

Laissez un commentaire

Assurez-vous d'indiquer les informations obligatoires (*).
Le code HTML n'est pas autorisé.

Fil infos

  • Compte rendu à l’Hôtel de Ville - Les députés du Tim et du Mapar rassurent
  • Départ inopiné du pays - Rajaonarimampianina aurait-il « lâché » ses partisans
  • Conjoncture politique - Les épouses de gendarmes supplient leurs maris !
  • Lois électorales et dérives démocratiques - Les députés opposants s'en remettent à la Communauté internationale
  • Hery Rajaonarimampianina - Départ en catimini à l'extérieur ?
  • Menaces contre des députés Tim-Mapar - Plainte de réserve contre le préfet et des gros bras
  • Syndicat des artistes - Halte aux abus des autorités !
  • Privation de discours à Vohipeno - La colère très mal placée de Hery Rajaonarimampianina
  • Déplacements de Marc Ravalomanana et Andry Rajoelina - Le régime aux abois
  • Manifestations publiques interdites - Les catholiques font de la résistance

Editorial

  • Bataille rangée
    Guerre déclarée. L’escalade de provocations, déclenchée initialement par les maîtres du régime, propulse inexorablement le pays vers la logique de confrontation. Une guerre déclarée dont personne ne sait quel en est la véritable raison. Des troubles inutiles et incompris sciemment fomentés un peu partout.  En face, l’opinion publique, des acteurs pertinents de la société civile, les leaders des formations politiques principalement de l’opposition et même les prélats des Eglises, à l’instar de l’Eglise catholique apostolique romaine (ECAR) ou ceux des Eglises non affiliées au FFKM ne restent pas insensibles. Ils réagissent chacun dans leur propre camp. En fait, ils ne veulent pas rester indifférents et sont déterminés à manifester leur rejet aux dérives dictatoriales, répétées, de ces détenteurs de l’autorité d’Etat. Des tirs croisés, apparemment percutants, atteignent de plein fouet le centre de gravité du pouvoir. Ainsi, le régime doit faire face à une bataille rangée sur plusieurs fronts.Les catholiques, très…

A bout portant

AutoDiff