Publié dans Société

Coupure de courant fréquente - Guerre déclarée entre la Jirama et ses abonnés

Publié le mardi, 17 avril 2018

La population est privée de courant du jour au lendemain. Le vécu quotidien des abonnées de la Société Jiro sy Rano Malagasy (Jirama) se résume dans le noir. Le problème lié à l’approvisionnement en électricité n’est toujours pas résolu. Chaque soir, entre autres, les gens doivent s’attendre à ce que le courant lâche. Pour cette raison, les consommateurs déclarent à petit feu la guerre à la Jirama. A travers les publications sur les réseaux sociaux et les discussions au niveau de la communauté, le ras-le-bol des usagers se dévoilent. Plusieurs personnes dans différentes localités situées dans la Capitale essaient d’interpeller cette compagnie d’eau et d’électricité à Madagascar à travers des insultes et des menaces à l’endroit des facteurs. 

« J’enfermerai dans la cour le facteur avant d’envoyer le chien. Il ne rentrera qu’à 7 heures du soir. Et quand celui-ci vient pour couper le compteur, je lui amputerai la jambe. L’incivilité des facteurs d’entrer en effraction sans prévenir et de débrancher le compteur mérite un tel châtiment. En effet, ce geste a endommagé des matériels dont les ordinateurs dont le coût ne sera jamais supporté la Jirama », martèlent des consommateurs.
Outre la hausse du tarif, ce manque de professionnalisme va faire faire déborder le vase. Comme explication, la Jirama avance la vétusté des infrastructures. Dernièrement, de nouveaux matériels composés de 400 transformateurs, 1500 km de câbles électriques et 13 poteaux ont été annoncés pour résoudre ce problème. Toutefois, les abonnés redoutent la résolution du problème de la distribution du courant électrique. Par ailleurs, pour le week-end dernier, une coupure générale a secoué les Tananariviens. Ainsi, dimanche dernier vers 19h30, la Capitale s’est trouvée dans le noir total. Un déclenchement général, explique la Jirama, a eu lieu. Pour quelques quartiers, la lumière est revenue sur l’heure. Pourtant, la situation n’a été pas la même dans une centaine de localités dans la ville d’Antananarivo. Il a fallu attendre des heures interminables pour que le problème soit rétabli. D’après les informations communiquées par la Jirama, ce déclenchement a eu lieu suite à une panne technique localisée dans la centrale hydroélectrique d’Andekaleka.
Recueillis par K.R.

Laissez un commentaire

Assurez-vous d'indiquer les informations obligatoires (*).
Le code HTML n'est pas autorisé.

Fil infos

  • Compte rendu à l’Hôtel de Ville - Les députés du Tim et du Mapar rassurent
  • Départ inopiné du pays - Rajaonarimampianina aurait-il « lâché » ses partisans
  • Conjoncture politique - Les épouses de gendarmes supplient leurs maris !
  • Lois électorales et dérives démocratiques - Les députés opposants s'en remettent à la Communauté internationale
  • Hery Rajaonarimampianina - Départ en catimini à l'extérieur ?
  • Menaces contre des députés Tim-Mapar - Plainte de réserve contre le préfet et des gros bras
  • Syndicat des artistes - Halte aux abus des autorités !
  • Privation de discours à Vohipeno - La colère très mal placée de Hery Rajaonarimampianina
  • Déplacements de Marc Ravalomanana et Andry Rajoelina - Le régime aux abois
  • Manifestations publiques interdites - Les catholiques font de la résistance

Editorial

  • Bataille rangée
    Guerre déclarée. L’escalade de provocations, déclenchée initialement par les maîtres du régime, propulse inexorablement le pays vers la logique de confrontation. Une guerre déclarée dont personne ne sait quel en est la véritable raison. Des troubles inutiles et incompris sciemment fomentés un peu partout.  En face, l’opinion publique, des acteurs pertinents de la société civile, les leaders des formations politiques principalement de l’opposition et même les prélats des Eglises, à l’instar de l’Eglise catholique apostolique romaine (ECAR) ou ceux des Eglises non affiliées au FFKM ne restent pas insensibles. Ils réagissent chacun dans leur propre camp. En fait, ils ne veulent pas rester indifférents et sont déterminés à manifester leur rejet aux dérives dictatoriales, répétées, de ces détenteurs de l’autorité d’Etat. Des tirs croisés, apparemment percutants, atteignent de plein fouet le centre de gravité du pouvoir. Ainsi, le régime doit faire face à une bataille rangée sur plusieurs fronts.Les catholiques, très…

A bout portant

AutoDiff