Publié dans Société

Centre commercial Smart - Tanjombato Alerte à la bombe

Publié le jeudi, 07 juin 2018

Smart, le centre commercial sis à Tanjombato,   était entré  en effervescence vers la fin de l’après-midi, hier. Une alerte à la bombe a provoqué une grande panique sur les lieux aussi bien pour les employés que  pour les clients. La situation s’est produit à un moment où il y avait encore une assez grande affluence sur les lieux.  Un carton de couleur noire suspect a été trouvé dans la zone des toilettes. En même temps, les responsables du centre auraient reçu un appel d’un interlocuteur parlant très bien le français demandant le paiement d’une forte rançon sinon il fera exploser la bombe. Pire, il aurait fixé un ultimatum jusqu’à 18 heures. Pour les premiers  éléments de l’enquête, il s’agirait de trois  engins  artisanaux dotés d’un  système de commande  à distance.

 

Les responsables de l’établissement en question  ont fait évacuer l’endroit.  Une zone de sécurisation s’étendant sur plusieurs mètres autour de la grande surface, a été créée. Les Forces de l’ordre composées des éléments de la Gendarmerie et de la Police sont arrivées sur place.  Mesure fut  prise afin d’interdire aux curieux de pénétrer dans le secteur du grand magasin pendant que les experts ont voulu procéder à une vérification du contenu du colis suspect.  Vers 20h, les spécialistes ont étudié de près  un soi-disant explosif. « Rien ne permet encore de confirmer qu’il s’agit vraiment d’un explosif ou non », a annoncé la Gendarmerie vers le début de soirée. La vérification a pris du temps, ne cessant ainsi de nourrir le suspense parmi les riverains et autres curieux, qui ont assisté de loin à la scène.   A l’heure indiquée par le maitre chanteur, aucun paiement n’a été effectué et que la « bombe » en question restait muette…

Franck Roland

Laissez un commentaire

Assurez-vous d'indiquer les informations obligatoires (*).
Le code HTML n'est pas autorisé.

Fil infos

  • Sortie de crise - Les sans-grades se ridiculisent
  • Quatrième République - Les artisans de la descente aux enfers du régime
  • Vie de parti politique - La famille « recomposée » du HVM s'entretue
  • Le contexte politique vu par Jeune Afrique - Madagascar : un parfum de fin de règne pour Rajaonarimampianina
  • Premier ministre Christian Ntsay « Il faut laisser le gouvernement travailler »
  • Non à Riana Andriamandavy VII - Forte mobilisation des journalistes
  • Conjoncture politique - Les Nations Unies appellent au renforcement du dialogue
  • Mahafaly Solonandrasana à la Primature - La gabegie au quotidien !
  • Sortie de crise définitive - Place aux élections
  • Ministère de la Communication - Riana Andriamandavy VII, l'indésirable

Editorial

  • Au boulot !
    Et maintenant, au travail. Sauf quelques rares exceptions, tous les Départements ministériels ont effectué les passations de service nécessaires pour que les nouveaux désignés puissent entrer en fonction. Certes, pour certains cas à problèmes dont on connait les raisons, les syndicats suivis de l'ensemble du Personnel du ministère concerné ne baissèrent pas les bras. En fait, il s'agit pour la plupart des « nouveaux-anciens » patrons ou des redoublants dont la réputation fait honte à l'intégrité et à la crédibilité de la haute charge de l'Etat. Leur présence effective au nouveau Gouvernement viole la teneur de la Décision du 25 mai de la HCC.

A bout portant

AutoDiff