Publié dans Société

Kidnapping - Le patron d'Ocean Trade enlevé

Publié le lundi, 11 juin 2018

Et le cauchemar continue ! Les membres de la communauté indo-pakistanaise demeurent les principales victimes de la série de kidnappings qui sévissent ces derniers jours dans tout Madagascar. Hier vers 18h, c'était au tour de Moustapha Hiridjee, patron du concessionnaire automobile Ocean Trade et à la fois membre au sein du Groupement des concessionnaires automobiles de Madagascar (GCAM) de figurer sur la longue liste des personnes enlevées.  Quatre kidnappings en moins d'un mois, trop c'est trop ! Le rapt s'est produit dans le quartier de Tsarasaotra, sur une voie menant vers Soavimasoandro. La seule information que l'on a reçu, c'est que la victime venait de quitter son bureau.

Les ravisseurs dont le nombre n'a pas été connu, et encore moins la manière avec laquelle ils ont opéré, ont intercepté le véhicule 4x4 de marque Mazda appartenant à la victime avant de l'emmener de force avec eux. La seule chose que les curieux ont pu voir, c'était la voiture garée au beau milieu de la chaussée, les deux portières côté conducteur laissées grandes ouvertes et les phares restés allumés. Ce qui prouve la soudaineté de l'acte. Pour le moment, aucun témoin n'a pu fournir des détails sur le déroulement du rapt. On ne sait donc si les ravisseurs étaient venus en voitures ou en motos.
La longue série d'enlèvements a débuté le soir du 24 mai à Ampasampito. La première victime était NavageVeldjee, le propriétaire de la société Veloptic à Ankorondrano. Ses ravisseurs l'ont relâché le vendredi 6 juin au même endroit. Rishi Chandarana, le fils du patron de Mellis Hôtel lui a emboîté le pas le 3 juin dernier sur le parking du Golf club à Andakana. Le troisième rapt s'est déroulé à Toamasina avec comme victime Nizar Pirbay, propriétaire de Business Center, enlevé le soir du vendredi 6 juin. Aucun contact n'est établi jusqu'à ce jour entre la famille de l'otage et les ravisseurs.
De son côté, le Collectif des Français d'origine indienne de Madagascar (CFOIM) a promis qu'il ne baissera pas les bras pour chercher la vérité. On assure également que la grogne commence à monter au sein de la communauté indo-pakistanaise après cette succession de rapts et d'agressions touchant ses membres.
Vu donc l'enchaînement diabolique des kidnappings, l'on peine vraiment à croire que ce sont de simples citoyens lambda qui sont derrière ces affaires. Puisque l'échéance électorale approche et que la course pour trouver les meilleures sources de financement fait rage, on écarte donc pas l'hypothèse comme quoi seuls des gens hautement placés auraient donc intérêt à agir ainsi. A preuve, les rançons exigées se chiffrent par millions d'euros et non avec de la monnaie locale. Seul l'apprenti terroriste du centre commercial Smart à Tanjombato a demandé des millions d'ariary.
Franck Roland

Laissez un commentaire

Assurez-vous d'indiquer les informations obligatoires (*).
Le code HTML n'est pas autorisé.

Fil infos

  • Tournée IEM dans la SAVA - Andry Rajoelina répond à ses détracteurs
  • Manifestation des enseignants - Le Premier ministre voit des dessous politiques
  • Présidentielle et législatives - Le HVM en ordre dispersé
  • Mouvement « Fanarenana ifotony » - Des réunions douteuses dans les Fokontany
  • Maître Willy - Razafinjatovo alias Olala « Le HVM veut me faire taire »
  • Election présidentielle - Les appels à la candidature d’Andry Rajoelina se multiplient
  • Journée internationale - Nelson Mandela L’amnésie du président Hery Rajaonarimampianina
  • Revendications syndicales - Christian Ntsay interpelle ses ministres
  • Soupçons de corruption à Tsimbazaza - 7 députés encourent une arrestation
  • Période électorale - Vers un verrouillage à double tour de la RNM et TVM

Editorial

  • Quel message !
    100 ans ! S’il était encore resté vivant, parmi les siens, Madiba aurait 100 ans mercredi dernier. En effet, Nelson Rolihlahla Mandela, de son vrai nom, est né le 18 juillet 1918 à Mvezo, dans la province de Cap et mort à l’âge de 95 ans, le 5 décembre 2013 à Johannesburg, Afrique du Sud.Faisant partie d’une rare élite noire dans une République sud-africaine (RSA) ségrégationniste, dirigée d’une main de fer par les Blancs, Nelson Mandela, avocat de son état, s’engagea dès son jeune âge dans la lutte contre toutes formes d’injustice, d’inégalité et de non-respect des droits humains. Il fonçait tout droit dans la bataille, parfois armée, contre la politique de ségrégation raciale appliquée par les tenants du pouvoir.

A bout portant

AutoDiff