Publié dans Société

Commune d’Andoharanofotsy - Les transporteurs ne respectent pas les cahiers de charges

Publié le vendredi, 06 juillet 2018

Les transporteurs dictent leurs lois. Autant que les zones urbaines, celles dans la Commune d’Andoharanofotsy ne font que souffrir la population à travers le manque de qualité de services, la propreté ou encore les mi parcours. D’après une mère de famille, habitant  dans cette périphérie de la Capitale et qui travaille à Analakely, la majorité des transporteurs ont pour objectif de vendre une place à quatre ou cinq personnes. Pourtant, effctuer ce travail est un choix, mais pas une obligation. Sur ce, il faut  le respecter.

Comme les autres taxi-be, ils refusent les voyageurs qui veulent se rendre au terminus.
 Face à cette situation, le président de la coopérative, avec les responsables de la marie  de cette localité ont renforcé le contrôle dans les arrêts-bus, les  ittinéraires et les terminus. « Nous n’accepterons plus le manque de respects effectués par ces transporteurs à l’égard des voyageurs », avance t-il. Sur ce, les transporteurs qui ne respectent pas le cahier de charges seront sanctionnés.  Leurs véhicules seront mis en fourière durant une longue durée. Et ce, sans payer une amande, pour éviter toutes rumeurs que les initiateurs de ce projet sont corrompus.  Cette mésure est opérationnell, depuis la fin de semaine.  «  La Commune a déjà fait beaucoup de projets pour les transporteurs, mais en retour, ils ne font que soufrir la population. Ces derniers qui font parti des coopératives qui ont augmenté le frais à 500 ariary. Ainsi, un incendie est évité de justesse, l’année dernière. A cause de leur colère, un groupe de personne fou de rages ont voulu incendier les véhicules de transport.
Pour la coopérative Soamiafara composé des lignes 187 et 137, ils ont demandé aux clients de respecter ainsi les transporteurs. Elle veut offrir un meilleur service aux clients, mais le moyen à bord est encore insuffisant.
Anatra R.

Laissez un commentaire

Assurez-vous d'indiquer les informations obligatoires (*).
Le code HTML n'est pas autorisé.

Fil infos

  • Andry Rajoelina contre l’insécurité - L’arrêt de l’exportation bovine en perspective
  • Région Menabe - La mafia des bois précieux fait parler d’elle
  • Atteinte à la sûreté intérieure de l'Etat - Pety Rakotoniaina de nouveau en prison
  • Election présidentielle - Narson Rafidimanana et 150 maires séduits par le programme de Rajoelina
  • Déstabilisation et manœuvres de coup d'Etat - Des mains étrangères au cœur des soupçons
  • Conseil du Fampihavanana Malagasy - Perte de crédibilité confirmée !
  • Permis et carte grise biométriques - Accusés, levez-vous !
  • Antoko Repoblikanina - Le dernier- né des partis politiques à Madagascar
  • Mbola Rajaonah, le pestiféré - Sur les traces de Claudine Razaimamonjy
  • Trafic de bois précieux au Vakinankaratra - Deux femmes proches de Rajaonarimampianina dans le coup

Editorial

  • HVM, que reste-t-il ?
    Alors que toutes les formations politiques, du moins celles dignes de leur stature, resserrent les rangs pour affronter la course en vue de la magistrature suprême, le parti du Président démissionnaire Hery Rajaonarimampianina s’effrite. Le parti au pouvoir va en ordre dispersé.  Les démissions se succèdent. Une défection cache une autre ! A ce rythme, le parti présidentiel, une formation politique, sûre de sa puissance, à  l’époque, et qui défiait avec un certain orgueil et d’une fierté, mal placée, les autres serait d’ici peu une carcasse d’ossements, sans âme, ni corps,  l’ombre de lui-même ! Les « départs définitifs » se poursuivent. Et la liste n’est pas exhaustive !

A bout portant

AutoDiff