Publié dans Société

Conflit entre le MEN et les enseignants - Les élèves malagasy souffrent le martyr

Publié le lundi, 09 juillet 2018

La grève continue pour le syndicat des enseignants réunis dans le «  Mandantehezan'ny fampianarana ».  La manifestation ne s'arretêra pas tant ces syndicalistes n'obtiendront pas gain de cause concernant les 5 points de leur revendication. Samedi dernier, ils ont organisé une manifestation devant la société CNAPMAD à Ankorondrano. A cette occasion, ils ont réuni les parents d'élèves pour exposer leurs revendications, ainsi que les impacts de la situation actuelle, notamment sur le calendrier des examens officiels que l'Etat compte maintenir.

D'après le coordonateur de la SEMPAMA Nosy dans la Région d'Atsinanana, Arivelo Ratolotsihanaka, la tenue de ces examens en fonction du calendrier préétabli par le ministère de tutelle est un forcing. Pour préparer les élèves, il suffit qu'ils rejoingent les bancs de l'école, au moins trois semaines avant les épreuves. « Avec ce forcing, l'Etat ne fait que martyriser les enfants malagasy. Soit les diplômes sont bradés en diminuant la difficulté des épreuves, soit le nombre des admis est infime », avance-t-il. Ces revendications concernent les indemnités de logement, les indemnités forfaitaires de résidence ou spéciales pour les personnels du ministère de l'Education nationale (MEN), les indemnités de correction et de préparation, le recrutement des fonctionnaires qui est une promesse présidentielle. Outre cette manifestation, les membres du syndicat ont sensibilisé les responsables au sein de la société CNAPMAD au sujet du forcing de l'Etat pour l'impression des sujets d'examen.
Quant au ministère de l'Education nationale, il campe sur sa position pour la tenue du CEPE et du BEPC. Le premier aura lieu le 14 août prochain, tandis que le BEPC se tiendra du 3 au 6 septembre. D'après le ministre Horace Gatien, l'impression des sujets d'examen pour le CEPE est déjà en cours. Sur ce, l'année blanche n'est pas à craindre. Ce jour, deux différentes manifestations se tiendront dans la Capitale. D'un côté, une assemblée générale aura lieu quelque part, et de l'autre, le camp adverse se donnera rendez-vous devant le siège du MEN.
Recueillis par Anatra R.

Laissez un commentaire

Assurez-vous d'indiquer les informations obligatoires (*).
Le code HTML n'est pas autorisé.

Fil infos

  • Andry Rajoelina contre l’insécurité - L’arrêt de l’exportation bovine en perspective
  • Région Menabe - La mafia des bois précieux fait parler d’elle
  • Atteinte à la sûreté intérieure de l'Etat - Pety Rakotoniaina de nouveau en prison
  • Election présidentielle - Narson Rafidimanana et 150 maires séduits par le programme de Rajoelina
  • Déstabilisation et manœuvres de coup d'Etat - Des mains étrangères au cœur des soupçons
  • Conseil du Fampihavanana Malagasy - Perte de crédibilité confirmée !
  • Permis et carte grise biométriques - Accusés, levez-vous !
  • Antoko Repoblikanina - Le dernier- né des partis politiques à Madagascar
  • Mbola Rajaonah, le pestiféré - Sur les traces de Claudine Razaimamonjy
  • Trafic de bois précieux au Vakinankaratra - Deux femmes proches de Rajaonarimampianina dans le coup

La Une

Editorial

  • HVM, que reste-t-il ?
    Alors que toutes les formations politiques, du moins celles dignes de leur stature, resserrent les rangs pour affronter la course en vue de la magistrature suprême, le parti du Président démissionnaire Hery Rajaonarimampianina s’effrite. Le parti au pouvoir va en ordre dispersé.  Les démissions se succèdent. Une défection cache une autre ! A ce rythme, le parti présidentiel, une formation politique, sûre de sa puissance, à  l’époque, et qui défiait avec un certain orgueil et d’une fierté, mal placée, les autres serait d’ici peu une carcasse d’ossements, sans âme, ni corps,  l’ombre de lui-même ! Les « départs définitifs » se poursuivent. Et la liste n’est pas exhaustive !

A bout portant

AutoDiff