Notice: Undefined property: stdClass::$numOfComments in /var/www/clients/client5/web10/web/components/com_k2/views/item/view.html.php on line 264
Publié dans Société

Fermeture de l’école Saint Vincent de Paul - Le Vicaire général Ludovic Rabenantoandro persiste et signe

Publié le lundi, 09 juillet 2018

Un acte pas très catholique. C’est ce que le Vicaire général en charge de l’éducation auprès de la Diocèse d’Antananarivo, Mgr Ludovic Rabenantoandro, remarque quant à la manifestation  du samedi dernier à l’école Saint Vincent de Paul sise à Ambatonilita. Des parents d’élèves et enseignants s’opposent, rappelons-le, à la fermeture dudit établissement suite à une décision prise par la Direction diocésaine des écoles catholiques (DIDEC) d’Antananarivo au début mai. Ils ont exprimé leur mécontentement à travers des hurlements et un sit-in en fin de semaine, au point d’envisager une rencontre avec le Cardinal Tsarahazana pour s’en plaindre. Questionné à ce sujet, le numéro Un de la DIDEC d’Antananarivo reste ferme. 

 

« L’école Saint Vincent de Paul à Ambatonilita sera fermée à partir de la fin de l’année de l’année scolaire 2017-2018. C’est une décision irrévocable, validée par l’Archevêque d’Antananarivo. Ni les parents ni les enseignants ou autres n’ont pas à faire des commentaires. D’ailleurs, ce n’est pas un acte admis auprès de la religion catholique de s’opposer à une décision de l’Archevêque, qui a toujours le dernier mot. La hiérarchie est là pour être respectée », martèle notre source.

L’administration remise en question

Le nombre dégressif des élèves inscrits auprès de cet établissement confessionnel fait partie des raisons de sa fermeture, d’après la DIDEC d’Antananarivo. En fait, cet effectif est passé de 1 900 à 700 élèves actuellement. A cela s’ajoute la vétusté des infrastructures, plus précisément la grosse fissure constatée au niveau de l’un des bâtiments de l’école en 2017. Cela constitue un danger non seulement pour les élèves et enseignants, mais aussi pour la population environnante. A ce sujet, un responsable de l’établissement a avancé, lors de la manifestation de samedi dernier, qu’ils pourront se charger de sa réhabilitation. Toutefois, le Vicaire général remet en question l’administration au sein de l’établissement. « Nous avons attendu ce qu’ils pouvaient faire pendant des années, mais en vain. Après 120 années d’existence, l’école semble être en déclin », a souligné Mgr Rabenantoandro. Le Vicaire général a également souligné que l’école sera transformée en un centre à vocation sociale, destiné pour venir en aide aux gens défavorisés, et non un centre commercial comme les parents d’élèves avancent.

Concernant l’avenir des élèves, ils seront repartis avec une certaine facilité dans plus de 50 établissements catholiques d’Antananarivo, au choix de leurs parents. Aussi, les coordonnées des enseignants ont déjà été prises en compte, conclut le responsable de la DIDEC.

 Recueillis par Patricia Ramavonirina

Fil infos

  • Emergence de Madagascar - Une majorité présidentielle s'avère indispensable à l'Assemblée nationale
  • Acquisition illicite de terrains - Un vice-président du Sénat soupçonné de détournement de biens publics
  • Violence basée sur le genre - Mialy Rajoelina prête à organiser une conférence internationale à Madagascar
  • Gestion de la Capitale - L'immobilisme de Lalao Ravalomanana agace
  • Président de la République  à Antsiranana - « Les travaux du « velirano » commenceront dans un mois »
  • Braquage chez Accès Banque - Coup de filet sur les présumés auteurs principaux
  • Industrie sucrière de Brickaville - Andry Rajoelina siffle la fin des conflits
  • « Fihariana » - Trois projets financés 
  • Immigration clandestine - Une dizaine d’Africains débusqués dans la forêt du Nord
  • Projet « Fihariana » - Un self-made-man, Andry Rajoelina se soucie des jeunes

La Une

Editorial

  • Par amour !
    « Et l'amour en est le plus grand ! » Tel est le thème-phare cher au TGV/MAPAR. Une « profession de foi » que Rajoelina Andry Nirina porte en lui dans la profondeur de son cœur et de son âme, et cela, depuis sa tendre enfance et qu'il aime témoigner à tout vent, n'importe où et n'importe quand. A Ambilobe ou à Amboasary Atsimo ou à Toamasina ou à Antsiranana ou même à … Paris, Zandry Kely ne cesse de partager à quiconque qui veut l'entendre son amour pour sa patrie, pour ses compatriotes surtout ceux dans la tourmente. Une conviction voire un credo que le leader de la Révolution Orange, Rajoelina Andry, devenu Président de la République de Madagascar entend « prêcher » haut et fort. Le livre « Par Amour de la Patrie », à l'allure d'une autobiographie, qu'il publiait chez « Les guetteurs du Vent » à…

A bout portant

AutoDiff