Publié dans Société

Antohomadinika - Un jeune homme sauvagement assassiné

Publié le lundi, 09 juillet 2018

Les meurtres sauvages se multiplient actuellement dans la Capitale. Hier, vers 5h30 du matin, le corps sans vie et baignant dans le sang d’un jeune homme d’une vingtaine d’années a été rétrouvé dans la rue, dans le secteur du IIIG Hangar à Antohomadinika. Des passants matinaux s’étaient alarmés de cette découverte macabre et ont tout fait pour que les proches du malheureux soient informés. Plusieurs plaies occasionnées par un couteau ont été observées sur le thorax de la victime, prouvant ainsi l’acharnement démentiel du tueur pour l’éliminer. Bien que les habits portés par la victime soient assez épais, cela ne l’a pas pu protéger des ravages de l’objet tranchant sur sa chair.

« L’assassin a laissé l’arme du crime à l’endroit même de son forfait. Il s’agit d’un grand couteau tout marqué de corrosion », rapporte une source. Outre le regrettable décès de cet étudiant en quatrième année à la Faculté d’Ankatso, selon une source auprès de sa famille, tous les objets qu’il a transportés furent volés dont des canards et bien sûr son téléphone. Le malheureux a envisagé d’apporter ces présents pour des proches en vue d’une circoncision. Bien que l’hypothèse d’une agression de bandits a été privilégiée, du moins pour le moment, la version d’un membre de la famille de la victime, un homme dans la cinquantaine et qui se prononce comme élément des Forces de l’ordre, est tout autre : « Ils ont tout simplement éliminé notre enfant. Il était plutôt connu pour sa ferveur lors de la récente lutte populaire sur la place du 13 Mai. Nous n’allons pas croiser les bras, croyez-en ! Vous aurez bientôt des nouvelles à propos de cette affaire car nous sommes informés à propos des tueurs et ces derniers ont pris la fuite dans l’Est du pays. Et que justice soit faite ! », déclare sans ambages notre interlocuteur. Actuellement, l’affaire est entre les mains de la Brigade criminelle. De même, l’objet tranchant, considéré comme l’arme du crime, fut également saisi en vue de la poursuite de l’enquête.

Franck Roland

Laissez un commentaire

Assurez-vous d'indiquer les informations obligatoires (*).
Le code HTML n'est pas autorisé.

Fil infos

  • Habitation - Des logements sociaux sur 58 ha à Ivato
  • Délestage - La JiRAMA avance une cause technique et environnementale
  • Epidémie de rougeole - Vaccination gratuite des enfants dans 22 districts
  • Assassinat de Richard Ratsimandrava - Un témoin oculaire révèle des faits troublants
  • Président Andry Rajoelina à Addis-Abeba - Sortie internationale, politique et économique
  • Bois de rose, fraude douanière, corruption… - Mbola Rajaonah interpellé
  • Maire de Toamasina et conseillers municipaux - Une Saint -Valentin pas comme les autres
  • Trafic de bois de rose - Arrestation spectaculaire d’Eddy Maminirina
  • Président Andry Rajoelina - « La JIRAMA autorisée à importer directement du fuel lourd »
  • Gendarmerie nationale - Haro sur la corruption et les abus

La Une

Editorial

  • Impunité zéro
    De grosses têtes tombent, du moins commencent à tomber. De gros bonnets ou de gros poissons se font coincés dans le filet des limiers. Le temps de l’impunité est révolu. Finie l’époque où seuls les menus fretins payèrent les pots cassés. Le Président de la République, Rajoelina Andry Nirina, lors de son discours d’investiture déclarait qu’il va mener une bataille sans merci et sans pitié contre la corruption, le pillage des richesses naturelles, souvent endémiques, toutes formes d’exactions frauduleuses, les détournements de deniers publics et le gaspillage du Trésor public, etc. Il déclenchera également la lutte intransigeante contre l’insécurité. Dans la foulée, notre jeune et courageux Chef d’Etat prendra aussi des mesures urgentes afin de soulager, à long terme, le malheur de son peuple. Et pour couronner le tout, Rajoelina  s’engagea  à éradiquer, dans tout le pays, toutes les formes d’impunité. Le régime IEM tranche avec tous ses prédécesseurs  dans…

A bout portant

AutoDiff