Publié dans Société

Antohomadinika - Un jeune homme sauvagement assassiné

Publié le lundi, 09 juillet 2018

Les meurtres sauvages se multiplient actuellement dans la Capitale. Hier, vers 5h30 du matin, le corps sans vie et baignant dans le sang d’un jeune homme d’une vingtaine d’années a été rétrouvé dans la rue, dans le secteur du IIIG Hangar à Antohomadinika. Des passants matinaux s’étaient alarmés de cette découverte macabre et ont tout fait pour que les proches du malheureux soient informés. Plusieurs plaies occasionnées par un couteau ont été observées sur le thorax de la victime, prouvant ainsi l’acharnement démentiel du tueur pour l’éliminer. Bien que les habits portés par la victime soient assez épais, cela ne l’a pas pu protéger des ravages de l’objet tranchant sur sa chair.

« L’assassin a laissé l’arme du crime à l’endroit même de son forfait. Il s’agit d’un grand couteau tout marqué de corrosion », rapporte une source. Outre le regrettable décès de cet étudiant en quatrième année à la Faculté d’Ankatso, selon une source auprès de sa famille, tous les objets qu’il a transportés furent volés dont des canards et bien sûr son téléphone. Le malheureux a envisagé d’apporter ces présents pour des proches en vue d’une circoncision. Bien que l’hypothèse d’une agression de bandits a été privilégiée, du moins pour le moment, la version d’un membre de la famille de la victime, un homme dans la cinquantaine et qui se prononce comme élément des Forces de l’ordre, est tout autre : « Ils ont tout simplement éliminé notre enfant. Il était plutôt connu pour sa ferveur lors de la récente lutte populaire sur la place du 13 Mai. Nous n’allons pas croiser les bras, croyez-en ! Vous aurez bientôt des nouvelles à propos de cette affaire car nous sommes informés à propos des tueurs et ces derniers ont pris la fuite dans l’Est du pays. Et que justice soit faite ! », déclare sans ambages notre interlocuteur. Actuellement, l’affaire est entre les mains de la Brigade criminelle. De même, l’objet tranchant, considéré comme l’arme du crime, fut également saisi en vue de la poursuite de l’enquête.

Franck Roland

Laissez un commentaire

Assurez-vous d'indiquer les informations obligatoires (*).
Le code HTML n'est pas autorisé.

Fil infos

  • Tournée IEM dans la SAVA - Andry Rajoelina répond à ses détracteurs
  • Manifestation des enseignants - Le Premier ministre voit des dessous politiques
  • Présidentielle et législatives - Le HVM en ordre dispersé
  • Mouvement « Fanarenana ifotony » - Des réunions douteuses dans les Fokontany
  • Maître Willy - Razafinjatovo alias Olala « Le HVM veut me faire taire »
  • Election présidentielle - Les appels à la candidature d’Andry Rajoelina se multiplient
  • Journée internationale - Nelson Mandela L’amnésie du président Hery Rajaonarimampianina
  • Revendications syndicales - Christian Ntsay interpelle ses ministres
  • Soupçons de corruption à Tsimbazaza - 7 députés encourent une arrestation
  • Période électorale - Vers un verrouillage à double tour de la RNM et TVM

Editorial

  • Quel message !
    100 ans ! S’il était encore resté vivant, parmi les siens, Madiba aurait 100 ans mercredi dernier. En effet, Nelson Rolihlahla Mandela, de son vrai nom, est né le 18 juillet 1918 à Mvezo, dans la province de Cap et mort à l’âge de 95 ans, le 5 décembre 2013 à Johannesburg, Afrique du Sud.Faisant partie d’une rare élite noire dans une République sud-africaine (RSA) ségrégationniste, dirigée d’une main de fer par les Blancs, Nelson Mandela, avocat de son état, s’engagea dès son jeune âge dans la lutte contre toutes formes d’injustice, d’inégalité et de non-respect des droits humains. Il fonçait tout droit dans la bataille, parfois armée, contre la politique de ségrégation raciale appliquée par les tenants du pouvoir.

A bout portant

AutoDiff