Publié dans Société

Ville d'Antananarivo - Les « fous furieux » se multiplient !

Publié le mardi, 10 juillet 2018

Un danger public. Le nombre des « fous furieux » qui errent dans la ville d'Antananarivo ne cesse d'augmenter ces derniers temps. A l'exemple d'hier, une jeune femme dans la trentaine a fait le tour d'Anosy et Ampefiloha, presque nue. Cette dernière étant apparemment agressive, les passants ont eu peur de l'approcher. Toutefois, ils n'ont pas manqué de prendre des photos d'elle pour ensuite les publier sur les réseaux sociaux. Après une matinée à errer dans cet axe, la « folle furieuse » s'en est prise au pare-brise d'une voiture à Anosy.

Mécontent, le propriétaire du véhicule n'a pu rien faire que de la chasser. Les témoins oculaires ont, quant à eux, déploré cet acte dangereux et destructeur. « Je me demande pourquoi les autorités compétentes, à l'exemple de la Commune urbaine d'Antananarivo, le ministère de la Population ou encore le ministère de la Santé publique restent impuissants face à une telle situation ? », s'interroge Nomentsoa R., une vendeuse ambulante œuvrant dans cette localité. Cependant, les passants et le voisinage craignent pour leur vie et leurs biens à chaque passage des aliénés. Au lieu d'être internés dans les centres spécialisés, ces derniers circulent librement dans la Capitale. D'ailleurs, leurs familles confient que faute de moyens, ils ne peuvent s'assurer de la prise en charge médicale et de leur séjour dans les hôpitaux psychiatriques. Les malades mentaux en ont pourtant besoin. Rappelons qu'un fou furieux a dernièrement agressé un passant, au point de le tuer. Pour information, la plupart de la déficience mentale surgit suite à des dépressions liées à la pauvreté, la perte d'un être cher ou des problèmes de couple. D'autres perdent la raison à cause de l'abus de drogue.
P.R.

Laissez un commentaire

Assurez-vous d'indiquer les informations obligatoires (*).
Le code HTML n'est pas autorisé.

Fil infos

  • Tournée IEM dans la SAVA - Andry Rajoelina répond à ses détracteurs
  • Manifestation des enseignants - Le Premier ministre voit des dessous politiques
  • Présidentielle et législatives - Le HVM en ordre dispersé
  • Mouvement « Fanarenana ifotony » - Des réunions douteuses dans les Fokontany
  • Maître Willy - Razafinjatovo alias Olala « Le HVM veut me faire taire »
  • Election présidentielle - Les appels à la candidature d’Andry Rajoelina se multiplient
  • Journée internationale - Nelson Mandela L’amnésie du président Hery Rajaonarimampianina
  • Revendications syndicales - Christian Ntsay interpelle ses ministres
  • Soupçons de corruption à Tsimbazaza - 7 députés encourent une arrestation
  • Période électorale - Vers un verrouillage à double tour de la RNM et TVM

Editorial

  • Quel message !
    100 ans ! S’il était encore resté vivant, parmi les siens, Madiba aurait 100 ans mercredi dernier. En effet, Nelson Rolihlahla Mandela, de son vrai nom, est né le 18 juillet 1918 à Mvezo, dans la province de Cap et mort à l’âge de 95 ans, le 5 décembre 2013 à Johannesburg, Afrique du Sud.Faisant partie d’une rare élite noire dans une République sud-africaine (RSA) ségrégationniste, dirigée d’une main de fer par les Blancs, Nelson Mandela, avocat de son état, s’engagea dès son jeune âge dans la lutte contre toutes formes d’injustice, d’inégalité et de non-respect des droits humains. Il fonçait tout droit dans la bataille, parfois armée, contre la politique de ségrégation raciale appliquée par les tenants du pouvoir.

A bout portant

AutoDiff