Publié dans Société

Falsifications et branchements électriques illicites - Un millier de ménages d’Antananarivo surpris par la JIRAMA

Publié le mardi, 07 août 2018

7 500 ménages touchés par le ratissage depuis le début de cette année. Des agents de la JIRAMA (« Jiro sy Rano Malagasy ») ont sillonné de nombreuses localités de la ville d’Antananarivo et périphéries pour assurer les contrôles auprès des ménages en matière de branchements électriques. Le but de ces descentes étant notamment de vérifier non seulement les causes des coupures intempestives de l’électricité, mais aussi les tricheries probables. Ces dernières se manifestent notamment par les falsifications de compteurs ainsi que par les branchements illicites, soit à travers le piquage direct depuis les poteaux, soit celui effectué à partir des branchements, selon les informations émanant de la directrice de la communication auprès de cette société d’approvisionnement en eau et en électricité du pays.

« Sur les 7 500 ménages contrôlés, 1 365 ont triché sur leurs branchements électriques. Outre l’enlèvement des compteurs pour ceux qui en disposent, ces « tricheurs » ont ainsi eu un rappel de consommation, à régler dans un délai de 30 jours. En cas de non paiement, leurs dossiers sont portés devant la Justice », informe Tsirohery Francesca Andriamampionona, notre interlocutrice. A l’exemple du mois d’avril, 22 dossiers sont passés au Tribunal. Selon l’article 401 du Code pénal, « les autres vols non spécifiés dans la présente, les larcins et filouteries, ainsi que les tentatives de ces mêmes délits, seront punis d’un emprisonnement de 6 mois au moins et de 5 ans au plus et pourront même l’être d’une amende qui sera de 720 000 ariary au moins et de 10 800 000 ariary au plus ».
Hier, 2 ménages ont été surpris par les agents de la JIRAMA pour avoir falsifié leurs compteurs et réduire ainsi leur consommation électrique, lors d’une descente à Anosibe. Ce contrôle inopiné a été mené suite à la dénonciation de particuliers auprès de la Direction, d’où la vérification sur place par des techniciens. Toutefois, ces derniers n’attendent pas les plaintes pour agir, notamment auprès des localités où la coupure électrique surgit fréquemment. « La saturation du réseau de distribution constitue le problème à Antananarivo. Ce surnombre d’abonnés, par exemple 150 ménages au lieu de 50, favorise la brûlure des poteaux ou des transformateurs ou encore des disjoncteurs qui sont grillés », explique la directrice de communication. Puisque la JIRAMA ne dispose pas encore de détecteur automatique d’anomalies, les techniciens se déplacent pour la détection ainsi que pour les travaux de réparation et d’entretien.
Patricia Ramavonirina

Laissez un commentaire

Assurez-vous d'indiquer les informations obligatoires (*).
Le code HTML n'est pas autorisé.

Fil infos

  • Prétendu « achat de voix » pendant la propagande - Un candidat répond aux observateurs européens
  • Visite de Ravalomanana aux Barea - Une offense au football malagasy
  • Fianarantsoa I, Mananjary … - Des preuves flagrantes de manipulation de voix
  • Insécurité urbaine - Nassir de Conforama kidnappé
  • Anomalies électorales - Le camp Rajoelina saisira la HCC
  • Trafic à la douane - Mbola Rajaonah interdit de sortie du territoire
  • Représentant auprès de la CENI - Le camp Rajoelina plie bagage
  • Haingo Rasolofonjoa - « Il faut préserver avant tout la paix sociale dans ce contexte difficile »
  • District de Tsaratanana - Un kidnappeur notoire éliminé
  • Distribution d’argent - Démenti formel des Ampanjaka

Editorial

  • Flou déroutant !
    Pour des raisons qui restent à définir sinon à  éclaircir, la CENI s’entête à œuvrer dans un cadre embrouilliaminique. Le manque de visibilité dans lequel les travaux relatif aux décomptages et aux traitements des voix issues de l’élection présidentielle du 7 novembre 2018 s’effectuent, irrite les esprits. L’entêtement de l’équipe du Maitre Hery Rakotoarimanana à continuer de publier des contestés déconcertent plus d’un. Elle juge inappropriée la requête des proches collaborateurs de certains candidats, entre autres ceux du MAPAR d’Andry Nirina Rajoelina, de revoir le mécanisme de traitement des procès-verbaux (P.V.) émanant directement des Bureaux de vote (B.V.). Les décalages sont flagrants ! Il se trouve que le candidat n° 13 soit  le plus perdant dans cet imbroglio. Mais en fin de compte, la majorité des candidats se sentent tous lésés à travers ce mic-mac. Mais, la CENI ne veut rien en savoir ! 

A bout portant

AutoDiff