Publié dans Société

Coupure de l’électricité à Ambanidia - Un transformateur grillé découvert chez un particulier

Publié le mercredi, 08 août 2018

Incroyable mais vrai. Un transformateur de la JIRAMA (« Jiro sy Rano Malagasy ») a été découvert chez un particulier à Ambanidia, au moment où il a été grillé. En fait, de nombreux ménages ont été privés d’électricité depuis la soirée de lundi dernier jusqu’à hier du côté d’Ambanidia, Volosarika et Ambatoroka à cause de cet incident. Au moment où les techniciens de la JIRAMA ont voulu intervenir pour réparer les dégâts et remplacer le matériel, ils ont dû frapper à la porte d’un ménage puisque le poste de transformateur électrique y est abrité. Un fait à la fois insolite et illégal mais surtout dangereux, non seulement pour la maison qui l’abrite mais surtout pour son voisinage. Outre leurs blessures, leur maison aurait pu être incendiée.


Alors que les riverains ont pointé du doigt l’irresponsabilité de la JIRAMA, la première responsabilité revient au « Fokontany » et à la Commune urbaine d’Antananarivo. Apparemment, la construction de la maison n’avait reçu aucun permis, sinon le transformateur électrique n’y était pas intégré. Les riverains auraient dû dénoncer cette illégalité, avant que le pire arrive, mais en vain. « Nous avons fait de nombreuses réclamations auprès des autorités concernées pour les cas de ce genre, mais cela reste sans suite », souligne la directrice de la communication auprès de la dite société d’approvisionnement en eau et en électricité dans le pays. Rappelons qu’une situation pareille s’est déjà produite du côté des 67 Ha, où un poteau électrique était inclus dans l’extension d’une maison. Il a fallu de nombreuses plaintes et des publications sur « Facebook » pour que les responsables réagissent.
Plus de 12 heures de travaux
Après l’incendie du transformateur à Ambanidia, il a fallu plus de 12 heures de travaux avant que le courant y soit rétabli, hier à 11h 45. Les agents de la JIRAMA ont dû utiliser une grue pour sortir le matériel grillé, lequel pèse jusqu’à 500 Kg. Cette action a duré plus de 5 heures de temps avant le démarrage des travaux de réparation. « Les travaux ont pris toute une journée et une soirée. L’installation du nouveau transformateur n’a pu commencer que dans la matinée », confirme Lantoniaina Rasoloelison, ministre de l’Energie et des Hydrocarbures. Ce premier responsable de souligner que les transformateurs, fabriqués par des techniciens, sont faits pour être grillés en cas d’usure, mais la JIRAMA fait tout son possible pour les remplacer. Par contre, les habitants devraient faire attention à l’endroit où construisent leur maison pour éviter qu’une telle situation se répète. Les responsables des « Fokontany » et Communes devraient également suivre de près les constructions, notamment celles illicites. Le ministre de tutelle a même avancé que les agents de la JIRAMA ont du mal à s’assurer des travaux d’entretien, de réparation et de contrôle des postes de transformation électrique à cause de l’étroitesse des chemins qui y mènent, et ce à cause du pullulement des constructions illicites.
Recueillis par Patricia Ramavonirina

Laissez un commentaire

Assurez-vous d'indiquer les informations obligatoires (*).
Le code HTML n'est pas autorisé.

Fil infos

  • Prétendu « achat de voix » pendant la propagande - Un candidat répond aux observateurs européens
  • Visite de Ravalomanana aux Barea - Une offense au football malagasy
  • Fianarantsoa I, Mananjary … - Des preuves flagrantes de manipulation de voix
  • Insécurité urbaine - Nassir de Conforama kidnappé
  • Anomalies électorales - Le camp Rajoelina saisira la HCC
  • Trafic à la douane - Mbola Rajaonah interdit de sortie du territoire
  • Représentant auprès de la CENI - Le camp Rajoelina plie bagage
  • Haingo Rasolofonjoa - « Il faut préserver avant tout la paix sociale dans ce contexte difficile »
  • District de Tsaratanana - Un kidnappeur notoire éliminé
  • Distribution d’argent - Démenti formel des Ampanjaka

Editorial

  • Flou déroutant !
    Pour des raisons qui restent à définir sinon à  éclaircir, la CENI s’entête à œuvrer dans un cadre embrouilliaminique. Le manque de visibilité dans lequel les travaux relatif aux décomptages et aux traitements des voix issues de l’élection présidentielle du 7 novembre 2018 s’effectuent, irrite les esprits. L’entêtement de l’équipe du Maitre Hery Rakotoarimanana à continuer de publier des contestés déconcertent plus d’un. Elle juge inappropriée la requête des proches collaborateurs de certains candidats, entre autres ceux du MAPAR d’Andry Nirina Rajoelina, de revoir le mécanisme de traitement des procès-verbaux (P.V.) émanant directement des Bureaux de vote (B.V.). Les décalages sont flagrants ! Il se trouve que le candidat n° 13 soit  le plus perdant dans cet imbroglio. Mais en fin de compte, la majorité des candidats se sentent tous lésés à travers ce mic-mac. Mais, la CENI ne veut rien en savoir ! 

A bout portant

AutoDiff