Publié dans Société

Ankazobe - Blanchiment de bovidés, un suspect se qualifie fils d’un général de la Présidence

Publié le vendredi, 02 novembre 2018

Ils sont deux, le père et son fils à être en état d’arrestation par la compagnie de gendarmerie, dans la commune rurale de Fiadanana à Ankazobe, le 26 octobre dernier. Ils étaient arrêtés pour les motifs tels que le premier se qualifie de général de la Présidence et le second journaliste. En réalité, tous les deux ont récidivé pour une affaire de blanchiment de bovidés soit 31 têtes. Les animaux ont été mis en fourrière, depuis.  Une affaire qui leur a valu d’être déjà  placés sous mandat de dépôt durant la période de l’opération de sécurisation baptisée « Mandio » de la gendarmerie, mais à laquelle ils ont finalement obtenu la liberté provisoire.


Cette affaire, dans laquelle ils sont accusés pour faux acte de vente, remonte la veille de leur deuxième incrimination et donc de leur déferrement. Toujours est-il que durant ladite période, ils ont bénéficié de la complicité d’un chef fokontany et d’un délégué de la localité d’Ambohimanarivo. Une fois libres, les deux suspects ont de nouveau regagné Ambohimanarivo avec en tête l’idée d’obtenir les paperasseries nécessaires auprès du fokontany et de la commune afin qu’ils puissent récupérer le bétail saisi, ou du moins le souhaiter faire. Il était donc clair qu’ils chercheraient à enfreindre simplement l’interdiction judiciaire, celle de disposer du troupeau par les concernés et les mesures de confiscation du troupeau décidées par le tribunal.
Informés sur les intentions des deux énergumènes, les gendarmes sont intervenus, histoire de les rechercher sur place. C’était dans ces circonstances que les gendarmes les ont surpris en pleine route,  en provenance de Fiadanana et cap sur Ankazobe,  et que tous deux ont voyagé sur une moto. Une vérification faite par les gendarmes ont révélé alors qu’ils ne sont que des usurpateurs de fonctions lesquelles ils auraient cherché à « snober » les magistrats et les forces de l’ordre. Puisque ni l’un, ni l’autre n’est général ou journaliste, les gendarmes les ont embarqués pour une enquête préludant à leur deuxième déferrement, enfin à leur mandat de dépôt le 31 octobre dernier. Quant au chef fokontany trempé dans l’affaire, il s’était enfui et fait maintenant l’objet d’un mandat d’arrêt.
F.R

Laissez un commentaire

Assurez-vous d'indiquer les informations obligatoires (*).
Le code HTML n'est pas autorisé.

Fil infos

  • Attaque de la chenille légionnaire - Antanetibe Mahazaza sur le qui-vive
  • Commune urbaine d’Antsirabe - Les employés décrètent la grève générale
  • Arrestations « musclées » de Rajaonah et Eddy « bois de rose » - Les Forces de l’ordre justifient leurs actions
  • Kidnapping à Tsaratanàna - Complicité de certains gendarmes ?
  • Décès de la jeune Andotiana - La Police française conclut à une mort par noyade
  • Critiques à tout-va et prématurées - Les détracteurs du régime se ridiculisent
  • Habitation - Des logements sociaux sur 58 ha à Ivato
  • Délestage - La JiRAMA avance une cause technique et environnementale
  • Epidémie de rougeole - Vaccination gratuite des enfants dans 22 districts
  • Assassinat de Richard Ratsimandrava - Un témoin oculaire révèle des faits troublants

La Une

Editorial

  • L’effet de domino !
    L’interception de Mbola Rajaonah, jugée rocambolesque pour certains, courageuse pour d’autres, déclencha, qu’on le veuille ou non, des ondes de choc dont les fortes vibrations vont secouer d’autres « éléments ». Bien avant, après une petite semaine de leurs installations, les nouveaux responsables mirent aux arrêts une grosse tête de l’ancien régime HVM, Hugues Ratsiferana, pris en flagrant délit de vol et un gros poisson des trafics illicites des richesses naturelles et endémiques du pays, Eddy bois de rose. Ce dernier et Mbola Rajaonah, jusque-là intouchables, mettent en péril la vie des 25 millions de Malagasy. Certes, des « criminels » de leur gabarit existent en quantité dans le pays. Il faut les traquer sans attendre ! Il y a urgence.

A bout portant

AutoDiff