Notice: Undefined property: stdClass::$numOfComments in /var/www/clients/client5/web10/web/components/com_k2/views/item/view.html.php on line 264
Publié dans Société

Jour d’élection présidentielle - Les marchands de rue vaquent à leur occupation

Publié le mercredi, 07 novembre 2018

Outre les incidents remarqués au niveau des bureaux de vote, la situation dans la capitale au niveau des marchés ne laisse pas sans voix. Il n’y a pas eu de différence entre un jour ouvrable ordinaire et le jour d’une élection présidentielle dans la capitale de Madagascar. L’on peut dire même que la journée d’hier a été un moment opportun pour augmenter les bénéfices. La majorité des magasins, où des citoyens malgaches y sont employés, ont continué à exercer et envahis par des clients. Encore moins, les marchands de rue du côté d’Analakely ont tous rejoint la place pour  vendre leurs articles. Pour eux, la précarité de la vie les empêche de prendre une pause et de se concentrer à cet événement si important pour le pays.  Mais le pire dans cette situation c’est que ces marchands sont constitués majoritairement par des personnes qui ne sont pas inscrites sur la liste électorale.

Raison pour laquelle, ils ont décidé d’occuper les trottoirs au lieu de faire la queue au niveau des bureaux du fokontany pour la carte d’électeur  qu’ils n’obtiendront jamais. « Déjà, je ne suis pas inscrite sur la liste électorale, à quoi de bon se lamenter à la maison, pourquoi ne pas continuer le travail quotidien qui n’a pas d’heure particulière. Même si les clients se font rares, c’est encore  mieux d’être au marché que d’attendre le miracle. L’argent, il faut aller le chercher si l’on espère réussir », martèle une mère de famille vendant des chaussures à Soarano. Selon ses propos, le fait de ne pas remplir son devoir électoral  augmente le temps qu’elle peut passer à marchander.   « Cela fait deux ans que je suis venue à Antananarivo avec des documents administratifs en règle  et qui ont été remis au Fokontany. Pourtant, je ne figure pas sur la liste électorale. Or,  nous, la plupart des marchands de rue d’Analakely, ne sommes pas nés dans la capitale. On rencontre ainsi les mêmes problèmes. On préfère donc travailler au lieu de rester sans rien faire et sans argent », indique un marchand ambulant de chaussures de friperie. 

Toutefois, il y a ceux qui ont leurs cartes électorales mais préfèrent marchander jusqu’à 15 heures avant de passer au bureau de vote. Quelques-uns l’on fait très tôt le matin. « Place d’abord aux activités génératrices de revenus avant d’aller aux urnes. De toute façon, j’ai déjà  ramené avec moi au travail ma Carte d’identité nationale (CIN) et celle éléctorale, mes pièces d’accès au bureau de vote. Je peux même vous le montrer », avance un réparateur de montre à Analakely.  « Etre rongée par le remords de ne pas avoir voté comme après la dernière élection communale n’est plus une option. Pour cela, j’ai organisé mon passage au bureau de vote en fonction de mon travail. J’ai fini de cocher le bulletin de vote vers 7 heures et j’ai pris tout de suite la direction d’Analakely pour reprendre la routine qutodienne »,  raconte Nirina, une commerçante de produits cosmétiques à Analakely.  

 Recueillis par KR. 

 

Fil infos

  • Emergence de Madagascar - Une majorité présidentielle s'avère indispensable à l'Assemblée nationale
  • Acquisition illicite de terrains - Un vice-président du Sénat soupçonné de détournement de biens publics
  • Violence basée sur le genre - Mialy Rajoelina prête à organiser une conférence internationale à Madagascar
  • Gestion de la Capitale - L'immobilisme de Lalao Ravalomanana agace
  • Président de la République  à Antsiranana - « Les travaux du « velirano » commenceront dans un mois »
  • Braquage chez Accès Banque - Coup de filet sur les présumés auteurs principaux
  • Industrie sucrière de Brickaville - Andry Rajoelina siffle la fin des conflits
  • « Fihariana » - Trois projets financés 
  • Immigration clandestine - Une dizaine d’Africains débusqués dans la forêt du Nord
  • Projet « Fihariana » - Un self-made-man, Andry Rajoelina se soucie des jeunes

La Une

Editorial

  • Par amour !
    « Et l'amour en est le plus grand ! » Tel est le thème-phare cher au TGV/MAPAR. Une « profession de foi » que Rajoelina Andry Nirina porte en lui dans la profondeur de son cœur et de son âme, et cela, depuis sa tendre enfance et qu'il aime témoigner à tout vent, n'importe où et n'importe quand. A Ambilobe ou à Amboasary Atsimo ou à Toamasina ou à Antsiranana ou même à … Paris, Zandry Kely ne cesse de partager à quiconque qui veut l'entendre son amour pour sa patrie, pour ses compatriotes surtout ceux dans la tourmente. Une conviction voire un credo que le leader de la Révolution Orange, Rajoelina Andry, devenu Président de la République de Madagascar entend « prêcher » haut et fort. Le livre « Par Amour de la Patrie », à l'allure d'une autobiographie, qu'il publiait chez « Les guetteurs du Vent » à…

A bout portant

AutoDiff