Publié dans Société

Tortures et traitements inhumains - Vers la poursuite des auteurs dans les Forces de l'ordre

Publié le mardi, 04 décembre 2018

Souvent pointés du doigt. Outre les agents pénitentiaires, les éléments des Forces de l'ordre constituent les principaux agents publics dénoncés comme étant des auteurs des actes de torture, de peines ou encore de traitements cruels, inhumains et dégradants. Les suspects arrêtés suite à des délits ou crimes en sont les victimes, non seulement durant les arrestations mais aussi lors des enquêtes. Outre les coups physiques, ces personnes subissent des tortures morales et psychologiques qui pourraient les marquer à jamais.

Face à cette situation, de nombreux acteurs dans la prohibition de la torture et la peine de mort, entre autres l'ACAT Madagascar, la Commission nationale indépendante des Droits de l'Homme (CNIDH), le Haut Commissariat des Nations unies aux Droits de l'Homme (OHCHR), sans oublier le ministère de la Justice, ont proposé la révision de la Loi 2008-008. « Parmi les recommandations figure la poursuite des gendarmes, policiers ou militaires qui auraient commis des actes de torture sans une autorisation préalable signée par les autorités hiérarchiques. La Loi révisée propose également à ce que les crimes de torture soient imprescriptibles, même après 1 000 ans », informe Omer Kebiwou Kalameu, conseiller aux Droits de l'Homme auprès de l'OHCHR. D'un autre côté, cette Loi révisée recommande à ce que les victimes de la torture commise par un gendarme, un militaire ou un policier bénéficient de la gratuité d'une prise en charge médicale, psycho-sociale ou encore d'une réinsertion socio-économique. En fait, les auteurs les ont commis au nom de l'Etat, c'est pourquoi les victimes sont considérées comme des victimes de l'Etat. L'adoption de la Loi révisée semble actuellement sur la bonne voie, à en croire une responsable auprès du ministère de la Justice. D'ailleurs, le Parlement l'a déjà validée. On attend sa validation finale avant la fin de l'année.

Pour information, Madagascar dispose en ce moment d'un mécanisme national indépendant de prévention de la torture qui se rapporte à la Loi 2016-054 du 16 décembre 2016 et à la ratification du protocole facultatif se référant à la Convention contre la torture et autres peines ou traitements inhumains ou dégradants du 18 décembre 2002. Au lieu de mettre en place une nouvelle structure, la CNIDH endosse cette mission. Ladite Commission se chargera ainsi des actions de prévention et de contrôle, par exemple en faisant des descentes inopinées dans les prisons ou en assistant aux procès, à en croire Andrianiraina Rasamoely, l'un des commissaires membres. C'était lors du colloque sur la prohibition de la torture et la peine de mort qui s'est tenu hier à Andraharo. En même temps, les acteurs de lutte renforcent les sensibilisations ainsi que les présentations et la mise en vigueur des Lois y afférentes, afin que les victimes puissent briser le silence dû à la crainte, menace et pression pour enfin dénoncer les actes de torture…

Patricia Ramavonirina

Laissez un commentaire

Assurez-vous d'indiquer les informations obligatoires (*).
Le code HTML n'est pas autorisé.

Fil infos

  • Andry Rajoelina dans le Vakinankaratra - Des élus locaux témoignent des abus du régime Ravalomanana
  • Hôtel de ville - Hajo Andrianainarivelo démonte le mensonge de Marc Ravalomanana
  • Selon Rolly Mercia - Ravalomanana est un « vorace sans scrupules et sans vergogne »
  • Premier débat de l'entre-deux-tours - Rajoelina cloue le bec à Ravalomanana
  • Andry Rajoelina dans le Sud-est et l’Atsinanana - Des grands travaux hospitaliers dès son arrivée à la Présidence
  • Andry Rajoelina - « Je serai le Président du vrai changement »
  • Archives 2015 - Les 4 vérités de Rolly Mercia sur Marc Ravalomanana
  • Ordre des avocats de Madagascar - Maître Olala suspendu par le barreau
  • Contrat d’Andry Rajoelina avec le peuple de l’Alaotra - Hausse de la production rizicole et travaux sur la Rn44 comme priorités
  • Conférence sur la sécurité et défense - Rivo Rakotovao polémique pour un rien

Editorial

  • Et les indécis ?
    La campagne électorale pour le second tour du 19 décembre entame la deuxième et dernière semaine. Tous les observateurs et simples citoyens s’accordent à dire qu’on est dans la phase décisive et irréversible devant sceller le sort du scrutin et l’avenir de la Nation. Selon le chiffre annoncé par la Commission  électorale nationale indépendante (CENI) à travers les résultats officiels provisoires et corroboré par la Haute Cour constitutionnelle (HCC) dans le cadre des résultats officiels définitifs, le taux de participation s’élève à 53,95%. Soit, un taux d’abstention de  l’ordre de 46%. Ce qui revient à dire que quelque 4.000.000 de votants, inscrits sur la liste électorale, ne se sont pas déplacés! Un chiffre assez élevé quand même ! Un nombre non négligeable qui risque de mettre en péril ou compromettre la légitimité de l’élu surtout au cas où il se confirmerait ou au pire s’il s’aggrave au second tour. L’abstentionnisme est…

A bout portant

AutoDiff