Publié dans Société

Agression d’un avocat - Les deux accusés placés sous MD à Antanimora

Publié le mardi, 04 décembre 2018

L’enquête sur l’affaire concernant l’agression de maître Ialy Harivelo,  membre de l’ordre des avocats, du samedi matin dernier à Antanimena, a évolué rapidement.  Après le déferrement  des deux auteurs présumés dont le militaire « blessé » vers la fin de la matinée,  ce qui devait arriver arriva. Après leur audition par le juge d’instruction, ils furent  immédiatement  placés sous mandat de dépôt à Antanimora, vers  l’après-midi.  Cependant, l’affaire risque de ne pas s’arrêter de sitôt car les deux agresseurs auraient intenté à leur tour un recours à la Justice pour tentative d’assassinat, selon une source informée.

Avant que les prévenus aient déposé leurs plaintes,   le bruit a circulé que  l’ordre des avocats aurait, du moins dans un premier temps,  mis son veto à la demande d’une assistance judiciaire de la part des  accusés. Mais le bâtonnier leur a finalement  accordé la prestation  de quelques avocats. Ce qui étonne le plus aussi dans cette affaire, c’est qu’on n’en a plus entendu parler du troisième suspect de l’affaire. Si le concerné a été acquitté, par quelle magie a-t-il donc pu le réussir, ne manque de s’interroger l’opinion.  « Seule la Justice décide de la nature des chefs d’inculpation ou les charges qu’on incrimine les prévenus », a déclaré Me Hubert Raharison, président des bâtonniers, au ministère de la Justice à Faravohitra, hier après-midi.

Pour revenir dans l’atmosphère qui prévalait au Tribunal d’Anosy hier, la chronologie des évènements et l’ambiance méritent d’être revus à la loupe. Vers 11h, un pick-up de la Gendarmerie bourré d’éléments lourdement armés, pénètre sur le parvis du Palais de Justice.

Deux officiers, des dossiers à la main, se hâtaient dans le hall des pas perdus avant qu’ils ne se dirigeaient vers le Parquet. Mais pas de traces des prévenus.  « Vous ne pouvez pas les voir par où ils étaient entrés, et ils ne vous le montreront jamais. C’est une question  hautement sécuritaire », chuchote un avocat. Ainsi donc, armés de leurs caméras ou autres matériels de prise de sons, les membres de la presse ont pris position à l’entrée et braquent leurs artilleries sur les nouveaux-venus, en vain.

Le temps que la presse s’est momentanément déplacée jusque dans le bureau de l’ordre des avocats situé dans un autre angle du Palais de justice pour obtenir quelques informations, voilà qu’on lui a annoncé que le quidam se trouverait déjà dans le secteur du Parquet. Effectivement, c’est le cas. A nouveau, l’endroit fut assailli par une horde de journalistes. Dans un sourire gêné, le suspect fut  mitraillé par les flashs des appareils photographiques.

Ce n’était que vers midi que les gendarmes l’ont de nouveau  escorté, toujours filmé et photographié dans le couloir menant vers le bureau du juge d’instruction, pour y être  finalement auditionné.

Quant à l’arrivée au Tribunal du second prévenu, qui  est déclaré hospitalisé et plâtré, personne n’a jamais réussi  à le voir entrer.  Il a été emmené directement de  l’hôpital  HOMI de Soavinandriana, presque en catimini. « Il n’avait plus de plâtre à son arrivée au Tribunal », confie cette même source.

Pendant qu’une sorte de fièvre a donc régné au Tribunal, maître Ialy, la victime-plaignante dans l’affaire, occupe toujours sa chambre d’hôpital à l’HJRA où, depuis une fenêtre qui donne sur l’allée menant au Tribunal, peut voir les va-et-vient au Tribunal. Affaire à suivre.

Franck Roland

Fil infos

  • Communales à Tana - « Iarivo Mandroso » vote pour Naina Andriantsitohaina
  • De la Région d’Itasy à la DIANA - Un week – end marathon pour le Président
  • Nouveau gouverneur de la Banque centrale - La consolidation des réserves d’or en priorité
  • Andry Rajoelina sur les îles éparses - « L’intérêt du pays passe avant les divergences politiques »
  • Environnement et corruption - Les évêques s’alarment
  • Traite de personnes vers l’Arabie Saoudite - Une passeuse condamnée à 5 ans d’emprisonnement
  • Problèmes de la JIRAMA - “Je prendrai mes responsabilités”, affirme le Chef d’Etat
  • Stade de Mahamasina - La réhabilitation incontournable !
  • Détournement de deniers publics - Liberté provisoire refusée pour Claudine Razaimamonjy et le maire d’Ambohimahamasina
  • Revendication des îles éparses - La cohésion nationale, condition primordiale du succès

Editorial

  • Quid de la Haute Cour de Justice !
    Cinq ans après ou presque de la date butoir de son entrée en fonction, la Haute Cour de Justice (HCJ) n’est pas encore opérationnelle. Un retard flagrant et voulu par un régime, en particulier son chef, qui n’avait pas du tout l’intérêt à son opérationnalité. La Constitution, votée le 17 novembre 2010 et proclamée le 11 décembre de la même année mettant en place la 4ème République, prévoit dans le titre IV l’existence et le fonctionnement de la HCJ. La première Constitution malagasy donnant naissance à la Première République datait de 1959 qui prendra fin à l’élection d’une nouvelle Constitution en 1975, date du début de la Deuxième République qui sera, elle aussi, balayée par la naissance de la Troisième République en raison d’une nouvelle Constitution votée en 1992. Elle s’achèvera en 2010. Le Président de la République Rajaonarimampianina Hery faillit, en 2015, abandonner le siège doré d’Iavoloha en raison…

A bout portant

AutoDiff