Publié dans Société

Antananarivo sous l’eau - La CUA muette comme une…carpe !

Publié le jeudi, 06 décembre 2018

La période de pluie est toujours considérée comme un mauvais temps pour les Malagasy. Tout le monde se souvient encore des inondations des années précédentes où beaucoup ne se sont pas encore remis des conséquences des éboulements et de la montée des eaux. Nombreuses personnes y ont laissé leur vie si d’autres ont vu leurs propriétés s’effondrer en un clin d’œil. Ces mauvais souvenirs ont dû interpeller les responsables étatiques et les inciter à prendre des mesures pour mieux se préparer pour la prochaine saison des pluies mais ce n’est pas le cas.

De son côté, la direction de la météorologie annonce de forte précipitation  pour cette année et les conséquences seront dévastatrices.  La saison des pluies commence à peine et voilà qu’Antananarivo se trouve déjà sous l’eau. Actuellement, des centaines d’hectares de rizières sont déjà inondées comme dans la Commune de Soavina tandis que les bas-quartiers de la Capitale dont Besarety, Ilanivato, Anosipatrana, Ampefiloha Ambodirano sont sous l’eau. A cela s’ajoute le problème de circulation puisque les routes se dégradent de plus en plus. Ceci sans parler des centaines de maisons et de maisonnettes sur les zones en altitude qui sont exposées à des risques d’effondrement. Devant tous ces problèmes et menaces, la CUA reste sans voix et ne donne même pas une esquisse de solution.  La déception est totale pour ceux qui ont cru aux promesses de Lalao Ravalomanana durant la propagande. Cette dernière a annoncé pouvoir apporter une nouvelle vision pour la Capitale, prendre en considération les besoins de la population, afficher une gestion transparente et surtout, trouver un financement pour résoudre les problèmes d’infrastructures.

Promesses en l’air

Mais ce ne sont que des promesses en l’air. La mairesse s’est pourtant vantée d’avoir un mari en bonne relation avec les bailleurs de fonds et qui peut facilement bénéficier d’appui financier. Mais finalement, ce ne sont que des « bobards » pour berner la population tananarivienne.  Par ailleurs, malgré l’existence des nouveaux camions destinés aux ramassages, les montagnes d’ordures continuent toujours de s’amonceler dans plusieurs endroits de la Capitale. Et à partir de là, on imagine tous ces microbes et maladies charriés par les eaux, qui vont partout et qui s’infiltrent n’importe où. Sans parler des matières fécales. Les piles d’ordures observées presque dans tous les quartiers d’Antananarivo risquent de provoquer une apparition d’épidémie de diarrhée. Pire encore, l’ombre de la peste plane  voire couvre toujours sur la Capitale malagasy. Ordures et pluies faisant bon ménage pour une éventuelle résurgence de cette maladie, il serait plus que temps pour les responsables auprès du SAMVA de trouver une solution aux soucis de collecte des ordures. En tout cas, si l’on veut une ville bien propre, cela doit d’abord venir de chacun, une responsabilité de tous les citoyens malagasy. A commencer par ne plus jeter des ordures dans les canaux ou jeter n’importe quoi n’importe où. Puis aux autorités de prendre leurs responsabilités. 

T.A.

Laissez un commentaire

Assurez-vous d'indiquer les informations obligatoires (*).
Le code HTML n'est pas autorisé.

Fil infos

  • Allégation de corruption à Ivato Explications peu convaincantes des douaniers
  • Domaine public - Le jardin d’Antaninarenina disparaitra à jamais !
  • Complicité avec les bandits - Des gendarmes placés sous MD
  • Kraoma - Le nouveau DG prend fonction
  • SIRAMA Nosy Be et Brickaville - Quid de la sécurisation des investissements !
  • Attaque de la chenille légionnaire - Antanetibe Mahazaza sur le qui-vive
  • Commune urbaine d’Antsirabe - Les employés décrètent la grève générale
  • Arrestations « musclées » de Rajaonah et Eddy « bois de rose » - Les Forces de l’ordre justifient leurs actions
  • Kidnapping à Tsaratanàna - Complicité de certains gendarmes ?
  • Décès de la jeune Andotiana - La Police française conclut à une mort par noyade

Editorial

  • Coudées franches.
    Réunie en séance privée dans la matinée du mercredi 13 février 2019, la Haute Cour Constitutionnelle (HCC) déclara conforme à la Constitution la loi 2019-001 autorisant le président de la République à légiférer en lieu et place du Parlement, et pour cela, dans un cadre bien déterminé pour  un temps limité. Rappel, le nouveau Chef d’Etat Rajoelina Andry Nirina, évitant tout risque d’un vide institutionnel pouvant bloquer les actions d’urgence du Gouvernement, soumit au Parlement une loi l’autorisant à légiférer par ordonnance en l’absence du parlement. Au final, les deux chambres ont voté la loi 2019-001 soumise par l’Exécutif. En effet, le 1 er février, l’Assemblée Nationale  l’adopta par une large majorité. Tandis que, le Sénat fit de même le 5 février. Ainsi, sollicitée par le président, pour le besoin du contrôle de constitutionnalité, la HCC décida la  conformité de la loi votée et prit le soin de délimiter le…

A bout portant

AutoDiff