Publié dans Société

Antananarivo sous l’eau - La CUA muette comme une…carpe !

Publié le jeudi, 06 décembre 2018

La période de pluie est toujours considérée comme un mauvais temps pour les Malagasy. Tout le monde se souvient encore des inondations des années précédentes où beaucoup ne se sont pas encore remis des conséquences des éboulements et de la montée des eaux. Nombreuses personnes y ont laissé leur vie si d’autres ont vu leurs propriétés s’effondrer en un clin d’œil. Ces mauvais souvenirs ont dû interpeller les responsables étatiques et les inciter à prendre des mesures pour mieux se préparer pour la prochaine saison des pluies mais ce n’est pas le cas.

De son côté, la direction de la météorologie annonce de forte précipitation  pour cette année et les conséquences seront dévastatrices.  La saison des pluies commence à peine et voilà qu’Antananarivo se trouve déjà sous l’eau. Actuellement, des centaines d’hectares de rizières sont déjà inondées comme dans la Commune de Soavina tandis que les bas-quartiers de la Capitale dont Besarety, Ilanivato, Anosipatrana, Ampefiloha Ambodirano sont sous l’eau. A cela s’ajoute le problème de circulation puisque les routes se dégradent de plus en plus. Ceci sans parler des centaines de maisons et de maisonnettes sur les zones en altitude qui sont exposées à des risques d’effondrement. Devant tous ces problèmes et menaces, la CUA reste sans voix et ne donne même pas une esquisse de solution.  La déception est totale pour ceux qui ont cru aux promesses de Lalao Ravalomanana durant la propagande. Cette dernière a annoncé pouvoir apporter une nouvelle vision pour la Capitale, prendre en considération les besoins de la population, afficher une gestion transparente et surtout, trouver un financement pour résoudre les problèmes d’infrastructures.

Promesses en l’air

Mais ce ne sont que des promesses en l’air. La mairesse s’est pourtant vantée d’avoir un mari en bonne relation avec les bailleurs de fonds et qui peut facilement bénéficier d’appui financier. Mais finalement, ce ne sont que des « bobards » pour berner la population tananarivienne.  Par ailleurs, malgré l’existence des nouveaux camions destinés aux ramassages, les montagnes d’ordures continuent toujours de s’amonceler dans plusieurs endroits de la Capitale. Et à partir de là, on imagine tous ces microbes et maladies charriés par les eaux, qui vont partout et qui s’infiltrent n’importe où. Sans parler des matières fécales. Les piles d’ordures observées presque dans tous les quartiers d’Antananarivo risquent de provoquer une apparition d’épidémie de diarrhée. Pire encore, l’ombre de la peste plane  voire couvre toujours sur la Capitale malagasy. Ordures et pluies faisant bon ménage pour une éventuelle résurgence de cette maladie, il serait plus que temps pour les responsables auprès du SAMVA de trouver une solution aux soucis de collecte des ordures. En tout cas, si l’on veut une ville bien propre, cela doit d’abord venir de chacun, une responsabilité de tous les citoyens malagasy. A commencer par ne plus jeter des ordures dans les canaux ou jeter n’importe quoi n’importe où. Puis aux autorités de prendre leurs responsabilités. 

T.A.

Laissez un commentaire

Assurez-vous d'indiquer les informations obligatoires (*).
Le code HTML n'est pas autorisé.

Fil infos

  • Andry Rajoelina dans le Vakinankaratra - Des élus locaux témoignent des abus du régime Ravalomanana
  • Hôtel de ville - Hajo Andrianainarivelo démonte le mensonge de Marc Ravalomanana
  • Selon Rolly Mercia - Ravalomanana est un « vorace sans scrupules et sans vergogne »
  • Premier débat de l'entre-deux-tours - Rajoelina cloue le bec à Ravalomanana
  • Andry Rajoelina dans le Sud-est et l’Atsinanana - Des grands travaux hospitaliers dès son arrivée à la Présidence
  • Andry Rajoelina - « Je serai le Président du vrai changement »
  • Archives 2015 - Les 4 vérités de Rolly Mercia sur Marc Ravalomanana
  • Ordre des avocats de Madagascar - Maître Olala suspendu par le barreau
  • Contrat d’Andry Rajoelina avec le peuple de l’Alaotra - Hausse de la production rizicole et travaux sur la Rn44 comme priorités
  • Conférence sur la sécurité et défense - Rivo Rakotovao polémique pour un rien

La Une

Editorial

  • Et les indécis ?
    La campagne électorale pour le second tour du 19 décembre entame la deuxième et dernière semaine. Tous les observateurs et simples citoyens s’accordent à dire qu’on est dans la phase décisive et irréversible devant sceller le sort du scrutin et l’avenir de la Nation. Selon le chiffre annoncé par la Commission  électorale nationale indépendante (CENI) à travers les résultats officiels provisoires et corroboré par la Haute Cour constitutionnelle (HCC) dans le cadre des résultats officiels définitifs, le taux de participation s’élève à 53,95%. Soit, un taux d’abstention de  l’ordre de 46%. Ce qui revient à dire que quelque 4.000.000 de votants, inscrits sur la liste électorale, ne se sont pas déplacés! Un chiffre assez élevé quand même ! Un nombre non négligeable qui risque de mettre en péril ou compromettre la légitimité de l’élu surtout au cas où il se confirmerait ou au pire s’il s’aggrave au second tour. L’abstentionnisme est…

A bout portant

AutoDiff