Publié dans Société

Affaire Antanimena - Le directeur de la sécurité à la Primature limogé

Publié le jeudi, 06 décembre 2018

La décision était attendue. Suspendu depuis quelques jours suite à l'affaire d'Antanimena impliquant ses deux fils, le directeur de la sécurité à la Primature a été relevé de ses fonctions hier. Le décret abrogeant la nomination de ce Général nommé par l'ancien Premier ministre Olivier Mahafaly Solonandrasana a été pris hier en Conseil des ministres. Il est remplacé par le Général de brigade André Roger Mahaziakely, dont la nomination a été adoptée hier également en Conseil des ministres.

Les raisons de son éviction n'ont pas été communiquées. Ce changement intervient en tout cas quelques jours après la suspension de cet officier général de ses fonctions, pour prévenir tout trafic d'influence dans une affaire impliquant ses fils.  Trois individus dont deux sont les fils de l'officier général de l'Armée malagasy limogé ont infligé, samedi dernier, des coups, à l'avocat Aly Arivelo Roman. La scène, qui s'est déroulée à Antanimena, non loin d'une célèbre boîte de nuit, a été filmée par un témoin et publiée sur le réseau social Facebook.

La vidéo a provoqué un tollé. Le Premier ministre Christian Ntsay a exigé qu'une enquête soit ouverte et diligentée sans ingérence et a suspendu son directeur de la sécurité. Lequel avait usé de son nom pour faire sortir ses fils du commissariat après l'éclatement de cette affaire pour ensuite remettre l'un des deux à la section de recherches criminelles de la Gendarmerie nationale à Fiadanana. Déférés devant le Parquet près du Tribunal de première instance à Antananarivo en début de semaine, le deux jeunes hommes ont été placés en détention préventive à la maison centrale d'Antanimora.  Un troisième individu mêlé à cette affaire reste introuvable.

Tous les trois sont accusés de coups et blessures volontaires  ainsi que de destruction de biens d'autrui. Outre les éventuelles sanctions pénales, l'un des frères, accusé d'être le principal auteur de l'agression sur l'avocat, ayant donné un coup de pied à la tête et mettant en joue ce dernier, risque également des sanctions disciplinaires et statutaires. Selon les explications du ministre de la Défense nationale, le Général Béni Xavier Rasolofonirina, sa situation devra être tranchée par un conseil de discipline.

L.R.

Laissez un commentaire

Assurez-vous d'indiquer les informations obligatoires (*).
Le code HTML n'est pas autorisé.

Fil infos

  • Allégation de corruption à Ivato Explications peu convaincantes des douaniers
  • Domaine public - Le jardin d’Antaninarenina disparaitra à jamais !
  • Complicité avec les bandits - Des gendarmes placés sous MD
  • Kraoma - Le nouveau DG prend fonction
  • SIRAMA Nosy Be et Brickaville - Quid de la sécurisation des investissements !
  • Attaque de la chenille légionnaire - Antanetibe Mahazaza sur le qui-vive
  • Commune urbaine d’Antsirabe - Les employés décrètent la grève générale
  • Arrestations « musclées » de Rajaonah et Eddy « bois de rose » - Les Forces de l’ordre justifient leurs actions
  • Kidnapping à Tsaratanàna - Complicité de certains gendarmes ?
  • Décès de la jeune Andotiana - La Police française conclut à une mort par noyade

Editorial

  • Coudées franches.
    Réunie en séance privée dans la matinée du mercredi 13 février 2019, la Haute Cour Constitutionnelle (HCC) déclara conforme à la Constitution la loi 2019-001 autorisant le président de la République à légiférer en lieu et place du Parlement, et pour cela, dans un cadre bien déterminé pour  un temps limité. Rappel, le nouveau Chef d’Etat Rajoelina Andry Nirina, évitant tout risque d’un vide institutionnel pouvant bloquer les actions d’urgence du Gouvernement, soumit au Parlement une loi l’autorisant à légiférer par ordonnance en l’absence du parlement. Au final, les deux chambres ont voté la loi 2019-001 soumise par l’Exécutif. En effet, le 1 er février, l’Assemblée Nationale  l’adopta par une large majorité. Tandis que, le Sénat fit de même le 5 février. Ainsi, sollicitée par le président, pour le besoin du contrôle de constitutionnalité, la HCC décida la  conformité de la loi votée et prit le soin de délimiter le…

A bout portant

AutoDiff