Publié dans Société

Recherches sur les sciences marines - Pollution et déforestation pointées du doigt

Publié le lundi, 10 décembre 2018

Des mangroves et récifs coralliens en dégradation. Les ressources marines à Madagascar sont en danger à cause des différentes problématiques qui persistent, selon le Plan directeur de la recherche sur les sciences marines (PDRSM). « La déforestation impacte sur l’état des récifs coralliens à cause des diverses sédimentations qui s’y forment. Il en est de même pour les mangroves, notamment dans la côte Ouest de l’île où plus de 10 % d’entre elles sont détruites par la pollution marine. Cette situation s’explique par l’habitude des habitants de jeter leurs déchets dans la mer. Les ordures s’entassent et envahissent les bords de mer, nuisant à la biodiversité marine qui y vit », informe Rasoanarivo, enseignant-chercheur provenant de Mahajanga. Ce spécialiste d’ajouter qu’en dehors de la déforestation et de la pollution marine, la surexploitation des espèces marines comme les crabes et crevettes constitue aussi une menace. A cela s’ajoutent la variabilité climatique et le réchauffement des océans, des problématiques internationales qui ne cessent de gagner de l’ampleur. Dans tous les cas, les habitants devraient être conscientisés sur les avantages tirés de la mer ainsi que des dangers qui guettent la population marine sans des actions de préservation à travers les travaux de recherche.


 Quatre axes prioritaires
 Avec les diverses problématiques touchant l’écosystème marin, les chercheurs et opérateurs ont déterminé 4 axes prioritaires dans le PDRSM. Ce dernier, élaboré à l’issue des consultations régionales à Toliara, Mahajanga et Toamasina au cours de l’année 2018, a été  présenté hier au siège du ministère de l’Enseignement supérieur et de la Recherche scientifique (MESUPRES) à Fiadanana. Il s’agit d’un plan auquel les chercheurs, opérateurs ainsi que les partenaires techniques et financiers vont se référer afin de contribuer au développement de la Grande île. De plus, il servira de base de données pour les recherches, d’après Claudine Ramiarison, directeur général de la Recherche scientifique (DGRS) auprès du ministère de tutelle. Parmi les axes prioritaires du PDRSM figure la santé des écosystèmes, laquelle expose les problèmes de pollution et les solutions y afférentes. La gestion durable des espèces marines et leurs habitats, dont celle par la communauté locale, fait aussi partie des axes.  « Le milieu marin contribue grandement à la sécurité alimentaire. Toutefois, la pollution et la dégradation de l’écosystème marin risqueront de la compromettre si des activités de recherche pour une meilleure préservation ne sont pas menées », avance le DGRS. Le dernier axe se rapporte sur les informations nécessaires pour la gestion marine. L’économie bleue, concernant tout ce qui est technologie, biologie, ou encore les activités menées dans le milieu marin en font partie.
Patricia Ramavonirina

Laissez un commentaire

Assurez-vous d'indiquer les informations obligatoires (*).
Le code HTML n'est pas autorisé.

Fil infos

  • Week-end de Pâques - 1 mort, plus de 80 consultations
  • Port et détention illégale d’armes - Arrestation d’une ancienne députée
  • Couple présidentiel à Antanifotsy - Une fête pascale sous le signe de la générosité et de la simplicité !
  • Toamasina - 40 kg d’héroïne saisis sur la route nationale 5
  • Décentralisation effective et suppression du Sénat - Andry Rajoelina demande l’avis du peuple
  • Ville de Toamasina - A la merci des émanations gazeuses suffocantes
  • Concours ENMG - D'autres têtes risquent de tomber
  • Nosy Be - La décision de la Justice bafouée par des autorités
  • Gestion et recensement du personnel de l'Etat - Ultimatum d'un mois pour tous les ministres
  • Algoculture - Des bénéfices souvent négligés

La Une

Editorial

  • Retour sur terre
    La petite semaine de ferveur de Pâques prend déjà fin. Après avoir été « dans les nuages », on redescend sur terre. Les choses sérieuses attendent. Malgré que les célébrations des fêtes de Pâques n’atteignent pas le degré d’exultation de celles de Noël, elles ont quand même réussi à remplir leur contrat. Eglises et temples ont été pris d’assaut et les … affaires des commerçants, tout gabarit confondu, n’en déméritent pas. Normalement, les réjouissances de Pâques devraient revêtir une importance capitale parmi les chrétiens du fait qu’elles sont les seules fêtes inscrites et recommandées par Dieu dans les Saintes Ecritures judéo-chrétiennes ou la Bible. Les seuls « Jours de réjouissances » où chrétiens et juifs (judaïsme) célèbrent ensemble, à leur manière chacun, ces « andro firavoravoana ». Par contre, les célébrations de Noël, telles qu’on assiste dans les temples et églises, sont pour la plupart de pures inventions dans l’imaginaire des hommes. La Bible n’a jamais…

A bout portant

AutoDiff