Notice: Undefined property: stdClass::$numOfComments in /var/www/clients/client5/web10/web/components/com_k2/views/item/view.html.php on line 264
Publié dans Société

Meurtre d’un gendarme retraité français à Toamasina - Sa jeune maitresse de 19 ans comme présumé cerveau

Publié le mardi, 25 décembre 2018

Le 20 décembre dernier, une partie du corps sans vie et déjà en état de décomposition avancé  d’Auguste  Mario Bret (69 ans), ce gendarme retraité Français résidant  à La Réunion, fut retrouvé   dans une armoire  sur la plage  d’Antseranampasika   à Toamasina. L’autre partie était enterrée dans le sable. Les riverains ont alors informé la gendarmerie, qui a démarré aussitôt l’enquête.    Un saut rapide  dans l’évolution de l’enquête  a permis de mettre le soupçon sur la jeune maîtresse tamatavienne de 19 ans du Réunionnais comme cerveau de son assassinat atroce.  Précisons que celui-ci n’était pas allé seul car il avait sa maitresse attitrée, également une autochtone.  Avec l’aide de ses trois complices, cette deuxième jeune maîtresse a  tué le sexagénaire le soir du 19 décembre, juste à un moment où il était retourné pour la voir pour la troisième fois à son domicile à Ambalamanasy. Précisons qu’elle  entretient en même temps que l’étranger âgé, une liaison avec son autre amant, un autochtone ce dernier.


Au moment de la découverte macabre le matin du samedi 22 décembre dernier, ce jeune homme n’a pas hésité à porter ses soupçons sur sa petite amie.  Du coup, elle était arrêtée. L’enquête n’a pas duré longtemps car la jeune femme a reconnu les faits et elle a dénoncé  ses trois complices, deux femmes et un homme. Ces derniers auraient été payés à 7 millions d’ariary pour l’exécution de la victime, selon  le chef d'escadron de la section de recherche criminelle de la gendarmerie à Toamasina. Les deux participantes à ce crime devraient  recevoir leurs parts de 2 millions d’ariary chacune tandis que l’homme recevrait 3 millions. Tous auraient déjà empôché leurs salaires. Le linge ayant servi à envelopper le cadavre ainsi que l’armoire dans lequel ils l’ont caché, appartiendraient à la jeune suspecte. De plus, la moto de marque Bws ainsi que la carte de visa de la victime étaient retrouvées sur les  suspects. Ces derniers ont entre 21 et 26 ans. Les enquêteurs de la gendarmerie leur ont trouvé encore  les objets ayant servi à tuer : un marteau  et un épar, cette pièce de bois servant à verrouiller une porte à l’intérieur. Dans leurs aveux, les suspects ont expliqué avoir tenté d’empoisonner le Réunionnais. Puisque le plan a échoué, ils s’étaient alors résolus à rouer le malheureux de coups à l’aide de ces objets durs et dangereux jusqu’à ce que mort s’ensuive.  

Il l’a  maintes fois conseillée à déménager
A la genèse de cette triste affaire,   l’alerte fut alors donnée par voie médiatique locale lorsque le Réunionnais n’a plus donné signe de vie  le 20 décembre dernier.  Selon la gendarmerie, il a débarqué à Toamasina le 18 décembre  dernier. Le lendemain de cela, il  a enjoint sa jeune maîtresse attitrée de l’accompagner pour rendre visite à sa deuxième petite amie à Ambalamanasy. Des témoins ont affirmé avoir vu l’étranger entrer en de vifs échanges verbaux  avec la résidente d’Ambalamanasy laquelle il aurait conseillée de déménager. Il n’aurait pas supporté la voir avec de soi-disant mauvaises compagnies dans cette maison.
Le Réunionnais  a alors tenté à plusieurs reprises de convaincre sa jeune maîtresse de quiitter l’endroit pour qu’il puisse lui trouver un autre logement, disons plus décent ! A la troisième tentative, ce fut la mort qui l’a donc attendu ! Les quatre locataires ne lui ont donné aucune chance de s’en sortir vivant. Enfin, ils ont encore tenté d’empoyer une sale ruse, histoire  d’enfoncer la jeune maîtresse attitrée de la victime : ils ont mis une photocopie de la carte d’identité de celle-ci près  de l’endroit où ils ont enterré le corps. Mais cela n’a pas marché et on connaît la suite !  La vérité a fini par éclater à leur sujet et que justice soit faite. Le sinistre quartet aura  notamment  à répondre de ses actes devant le Juge d’instruction.
Franck R./Kamy

Fil infos

  • Nouveau Gouvernement - Le nom du Premier ministre connu dans les prochaines heures
  • 60ème anniversaire du Sénat - Rivo Rakotovao, le nouvel Icare ?
  • Corruption passive et extorsion - Un inspecteur de police écope de deux ans de prison ferme
  • Assemblée nationale - Les membres du Bureau permanent connus
  • Exécutif - Démission du Gouvernement ce jour
  • Dans sa fuite précipitée - Henri Rabary-Njaka a laissé des dettes au pays
  • Présidente de l’Assemblée nationale - Christine Razanamahasoa plébiscitée
  • Dénonciations contre Mamy Ravatomanga - Les machinations du HVM mises à nu par la Justice française
  • Banditisme et détention illégale d'armes - Les arrestations et les saisies se poursuivent
  • Coupe d'Afrique des Nations 2019 - Les Barea décorés et récompensés

La Une

Editorial

  • Et le combat continue !
    Les Barea, version compétions africaines CAN et CHAN ou mondiales, viennent de rehausser la dignité du pays et conforter l’assise de la fierté et l’unité nationale. L’équipe à Faneva Ima franchit le cap de niveau continental jamais atteint jusque-là. Nicolas Dupuis, le chef d’orchestre reconnu et respecté lançait royalement sur orbite le Onze national. La Nation toute entière manifestait sa reconnaissance. Le Chef de l’Etat s’était personnellement investi et cela pour redorer le blason et soutenir le sport notamment le football à Madagascar. Tout compte fait, les 25 millions de Malagasy sont fiers de l’exploit inédit de nos héros. Maintenant, le plus important consiste à poursuivre et redoubler d’efforts car le plus dur et le plus ardu restent encore et toujours à faire. Et le combat continue !La 10 ème édition des Jeux des îles débute ce jour à l’île Maurice et ne se terminera que le 28 juillet prochain. Madagasikara,…

A bout portant

AutoDiff