Publié dans Société

Soavina - Il tue sa propre épouse

Publié le vendredi, 28 décembre 2018

Un homme de 24 ans fut interpellé par les éléments du poste de police de Soavina le 25 décembre dernier pour le meurtre de son épouse. La veille, le corps sans vie d'une jeune femme de 20 ans fut retrouvé dans une rizière située à Isaingy, Soavina. La Police a ainsi démarré une enquête. Au cours de son investigation, il s'avérait qu'un homme et une femme se sont disputés en cours de route en rentrant chez eux. Sur le coup d'une violente colère, les époux ont pris chacun des chemins différents.

C'était dans ces circonstances qu'un inconnu était passé. La jeune femme l'a ainsi supplié de l'accompagner jusque chez elle par crainte de la nuit. Or, elle n'a pas réalisé que son conjoint les a suivis juste derrière, à quelques mètres de distance. A un moment donné, le mari jaloux a essayé de charger l'inconnu qui était à côté de sa femme avec un couteau. Mais il a raté son coup et au lieu d'atteindre son supposé rival, la lame effilée du couteau s'est fichée dans le dos de son épouse. Sur le coup, l'accompagnateur improvisé de la dame a pris les jambes à son cou. Le mari jaloux a fait autant. Mais les investigations de la Police ont donc fini par retrouver les traces du dernier, lequel fut embarqué à la Brigade criminelle, après quoi il était déféré au Parquet d'Anosy, hier.

F.R.

Fil infos

  • Nouveau gouverneur de la Banque centrale - La consolidation des réserves d’or en priorité
  • Andry Rajoelina sur les îles éparses - « L’intérêt du pays passe avant les divergences politiques »
  • Environnement et corruption - Les évêques s’alarment
  • Traite de personnes vers l’Arabie Saoudite - Une passeuse condamnée à 5 ans d’emprisonnement
  • Problèmes de la JIRAMA - “Je prendrai mes responsabilités”, affirme le Chef d’Etat
  • Stade de Mahamasina - La réhabilitation incontournable !
  • Détournement de deniers publics - Liberté provisoire refusée pour Claudine Razaimamonjy et le maire d’Ambohimahamasina
  • Revendication des îles éparses - La cohésion nationale, condition primordiale du succès
  • Vague de limogeage à la JIRAMA - La Direction générale fait fausse route
  • Mairie d'Antananarivo - Des sénateurs appellent à voter pour Naina Andriantsitohaina

La Une

Editorial

  • Elan national
    Les portes de la Commission mixte, Malagasy et Français chargée de trancher sur le sort des îles Eparses, s’ouvriront ce lundi 18 novembre 2019 à Antananarivo (Andafiavaratra) avec en toile de fond un tableau apparemment contrasté. D’une part, la récente déclaration, incendiaire et provocante, d’Emmanuel Macron aux îles les Glorieuses  « Ici c’est la France ! » De l’autre, la détermination de Madagasikara de vouloir « récupérer » à tout prix les îles malagasy sournoisement appelées « îles éparses ». Les autorités malagasy, soutenues par l’ensemble de l’opinion nationale, campent sur leur position à savoir les cinq perles dites îles Eparses (Europa, Bassa da India, Juan de Nova, les Glorieuses et Tromelin) sont malagasy et ce conformément aux deux résolutions de l’Assemblée Générale des Nations Unies du 12 septembre 1979 portant n° 34/91 et du 11 décembre 1980 n°35/123.  

A bout portant

AutoDiff