Publié dans Société

Ankazobe - 1 mort et plusieurs blessés dans l’embardée d’un Sprinter

Publié le mercredi, 02 janvier 2019

A nouveau, un accident de minibus a fait des victimes hier vers les premières heures de la matinée, à 8 km d’Ankazobe sur la RN4. Un minibus Sprinter reliant la Capitale et Antsiranana y a fait une embardée, faisant ainsi un mort et au moins 7 blessés graves, selon un bilan provisoire. La même information d’ajouter qu’une jeune passagère a perdu la vie dans cet accident. La victime aurait été tuée sur le coup, selon cette information.

L’accident est survenu sur une voie escarpée laquelle s’ajoute un problème technique ayant fait perdre le contrôle du véhicule pour le conducteur. Du coup, le minibus, qui se trouvait ainsi en pleine descente, s’était dévié de sa trajectoire avant qu’il ne bascule finalement sur le côté. Outre donc les victimes, les dégâts matériels imputables au grave choc, sont très importants. Les bagages ont péri tandis que le véhicule lui-même a terriblement souffert du choc.

L’accident d’hier matin, quoiqu’il fût sanglant, fut sans doute le moins grave que tous les précédents. Il y a deux ans, 3 maîtres FRAM de Mandritsara ont péri tandis que 22 autres furent blessés lorsque le minicar qui les a transportés a également terminé sa course folle dans une embardée. Les victimes devaient rejoindre Mandritsara après avoir assisté à la cérémonie de remise de leur contrat de travail au Palais des sports et de la culture à Mahamasina, le vendredi 15 septembre dernier.

L’an dernier, une paroissienne de l’EKAR Mahitsy a également succombé des suites de ses blessures lorsque l’autocar dans laquelle elle a voyagé, elle et ses coreligionnaires, a fini dans un ravin à Manankazo. Les victimes allaient participer à la Journée mondiale de la jeunesse (JMJ) à Mahajanga. Enfin, est-il encore nécessaire de rappeler la tragédie de l’autocar ou « Boeing », lequel a basculé en faisant plusieurs tonneaux dans un ravin, causant ainsi une dizaine de morts et davantage de blessés, exactement près de Manankazo, encore il y a quelques années.

F. Roland

Laissez un commentaire

Assurez-vous d'indiquer les informations obligatoires (*).
Le code HTML n'est pas autorisé.

Fil infos

  • Attaque de la chenille légionnaire - Antanetibe Mahazaza sur le qui-vive
  • Commune urbaine d’Antsirabe - Les employés décrètent la grève générale
  • Arrestations « musclées » de Rajaonah et Eddy « bois de rose » - Les Forces de l’ordre justifient leurs actions
  • Kidnapping à Tsaratanàna - Complicité de certains gendarmes ?
  • Décès de la jeune Andotiana - La Police française conclut à une mort par noyade
  • Critiques à tout-va et prématurées - Les détracteurs du régime se ridiculisent
  • Habitation - Des logements sociaux sur 58 ha à Ivato
  • Délestage - La JiRAMA avance une cause technique et environnementale
  • Epidémie de rougeole - Vaccination gratuite des enfants dans 22 districts
  • Assassinat de Richard Ratsimandrava - Un témoin oculaire révèle des faits troublants

La Une

Editorial

  • L’effet de domino !
    L’interception de Mbola Rajaonah, jugée rocambolesque pour certains, courageuse pour d’autres, déclencha, qu’on le veuille ou non, des ondes de choc dont les fortes vibrations vont secouer d’autres « éléments ». Bien avant, après une petite semaine de leurs installations, les nouveaux responsables mirent aux arrêts une grosse tête de l’ancien régime HVM, Hugues Ratsiferana, pris en flagrant délit de vol et un gros poisson des trafics illicites des richesses naturelles et endémiques du pays, Eddy bois de rose. Ce dernier et Mbola Rajaonah, jusque-là intouchables, mettent en péril la vie des 25 millions de Malagasy. Certes, des « criminels » de leur gabarit existent en quantité dans le pays. Il faut les traquer sans attendre ! Il y a urgence.

A bout portant

AutoDiff