Publié dans Société

Ankazobe - 1 mort et plusieurs blessés dans l’embardée d’un Sprinter

Publié le mercredi, 02 janvier 2019

A nouveau, un accident de minibus a fait des victimes hier vers les premières heures de la matinée, à 8 km d’Ankazobe sur la RN4. Un minibus Sprinter reliant la Capitale et Antsiranana y a fait une embardée, faisant ainsi un mort et au moins 7 blessés graves, selon un bilan provisoire. La même information d’ajouter qu’une jeune passagère a perdu la vie dans cet accident. La victime aurait été tuée sur le coup, selon cette information.

L’accident est survenu sur une voie escarpée laquelle s’ajoute un problème technique ayant fait perdre le contrôle du véhicule pour le conducteur. Du coup, le minibus, qui se trouvait ainsi en pleine descente, s’était dévié de sa trajectoire avant qu’il ne bascule finalement sur le côté. Outre donc les victimes, les dégâts matériels imputables au grave choc, sont très importants. Les bagages ont péri tandis que le véhicule lui-même a terriblement souffert du choc.

L’accident d’hier matin, quoiqu’il fût sanglant, fut sans doute le moins grave que tous les précédents. Il y a deux ans, 3 maîtres FRAM de Mandritsara ont péri tandis que 22 autres furent blessés lorsque le minicar qui les a transportés a également terminé sa course folle dans une embardée. Les victimes devaient rejoindre Mandritsara après avoir assisté à la cérémonie de remise de leur contrat de travail au Palais des sports et de la culture à Mahamasina, le vendredi 15 septembre dernier.

L’an dernier, une paroissienne de l’EKAR Mahitsy a également succombé des suites de ses blessures lorsque l’autocar dans laquelle elle a voyagé, elle et ses coreligionnaires, a fini dans un ravin à Manankazo. Les victimes allaient participer à la Journée mondiale de la jeunesse (JMJ) à Mahajanga. Enfin, est-il encore nécessaire de rappeler la tragédie de l’autocar ou « Boeing », lequel a basculé en faisant plusieurs tonneaux dans un ravin, causant ainsi une dizaine de morts et davantage de blessés, exactement près de Manankazo, encore il y a quelques années.

F. Roland

Fil infos

  • Alain Ramaroson - Quel avenir politique pour lui 
  • Claudine Razaimamonjy - De nouveau devant la barre hier
  • Découverte de crânes humains à Toamasina - Les affirmations de la domestique s’avèrent fausses
  • Calendrier scolaire - Dérapage incontrôlé de la Société civile
  • Naufrage du cargo Viviano - Les passagers sains et saufs, les marchandises totalement perdues
  • Restriction budgétaire - Le Premier ministre recadre les sénateurs
  • Représentations extérieures de Madagascar - 18 postes d'ambassadeur, trois représentants permanents, trois consulats généraux  à pourvoir
  • Tagnamaro - Une belle économie pour la caisse publique
  • Politique Générale de l’Etat - Un milliard d’ariary pour chaque région
  • SPAT Toamasina - Le DG victime de dénigrements

La Une

Editorial

  • Ntsay, le maestro !
     Au fil des jours, des semaines et mois, Ntsay Christian se confirme de façon incontestée à son poste. Qui aurait cru que cet ancien haut fonctionnaire du Bureau international du Travail (BIT)  en poste à Antananarivo serait encore là où il est, au palais de la Primature à Mahazoarivo. Nommé le 4 juin 2018 en tant que Premier ministre de « consensus », ce natif du grand Nord, 58 ans révolus, à la surprise générale, maîtrise les arcanes de l’Administration. Normalement, prévu pour ne durer que le temps d’organiser l’élection présidentielle anticipée, Ntsay y reste toujours un an et deux mois après et contre toute attente son aura augmente imperturbablement en envergure. Le mouvement des « 73 députés pour le changement » en avril 2018 porta un coup fatal pour le régime HVM de Rajaonarimampianina Hery. Trop habitués à … taper contre tout mouvement de contestation, Rajao et ses acolytes commirent l’irréparable ce jour…

A bout portant

AutoDiff