Publié dans Société

Automédication - Une pratique courante à Madagascar et demeurant un danger public

Publié le mercredi, 16 janvier 2019

Dans la société malagasy, il est devenu une habitude pour tout le monde de prendre des médicaments jugés basiques en cas de petite maladie comme la migraine, la toux ou encore la fièvre. Dafalgan, Paracétamol ou encore Cotrimoxamole et Fervex… il existe plusieurs médicaments qui ne nécessitent pas de l'ordonnance venant du médecin. On a qu'à en acheter à la pharmacie ou dans l'épicerie du village. Et apparemment, cette pratique semble marcher à tous les coups. Seulement, l'automédication est néfaste voire très dangereuse pour la santé.

Puisque chacun veut être le seul maître de sa santé, il fait recours au marché de l'automédication qui, actuellement, est en pleine expansion. Les soins médicaux de qualité sont hors de portée de la population, soit à cause de l'isolement, soit à cause du coût de ces soins. Selon les études menées par des spécialistes, les bactéries résistantes aux antibiotiques représentent un danger car elles provoquent des infections difficiles à traiter.

Augmentation des bactéries

Si une personne prend des antibiotiques de manière répétée et inappropriée, cela contribue à l'augmentation des bactéries résistantes aux antibiotiques, ce qui constitue l'un des problèmes de santé à traiter de manière urgente dans le monde. « Il n'est pas du tout mauvais que chaque ménage ait quelques produits pharmaceutiques à la maison. Mais le constat est que cette mini-pharmacie à domicile comporte quelquefois des ratés en termes de molécules et de solutions ayant dépassé la date de leur utilisation. Ainsi, pourquoi s'en servir sans l'avis du médecin ou de l'infirmier ou encore sans d'autres consultations au préalable en cas d'une nouvelle maladie même si les signes sont similaires ? Ce qui est vrai, un produit pharmaceutique mal utilisé est un poison que l'on introduit dans l'organisme, même si dans un premier temps, on a eu une sensation d'un soulagement passager », explique le docteur Randrianjanaka Marcel, médecin généraliste dans un cabinet privé à Itaosy.

Et lui d'ajouter : « On a plus souvent noté des effets secondaires plus sévères à court, moyen ou long terme. Ainsi donc, l'automédication peut être comparable à une arme prise dans les mains d'un non initié. Pratiquée sans conscience, elle est plus dangereuse et produit des effets regrettables. L'automédication, qu'on le veuille ou non, a le même résultat que ces pharmacies de rue tenues par de jeunes gens qui, sans aucune connaissance de la discipline médico-pharmaceutique, se permettent de vendre des molécules à ciel ouvert. Je conseille toujours tout le monde d'aller consulter un médecin et de ne pas faire ce travail à sa place. D'ailleurs, c'est sa raison d'être ». Dernièrement, une information non fondée circule sur les réseaux sociaux, avertissant sur le danger d'un certain nouveau modèle du médicament Paracétamol avec une mention P/500. Apparemment, c'est un nouveau type de Paracétamol, d'une couleur très blanchâtre contenant le virus « Machupo », considéré comme l'un des virus les plus dangereux au monde avec un degré de mortalité élevé. En tout cas, rien n'est fondé dans cette information, mais il faut tout de même rester prudents et ne pas consommer tout ce qui est écrit « médicament ».

T.A.

Laissez un commentaire

Assurez-vous d'indiquer les informations obligatoires (*).
Le code HTML n'est pas autorisé.

Fil infos

  • Attaque de la chenille légionnaire - Antanetibe Mahazaza sur le qui-vive
  • Commune urbaine d’Antsirabe - Les employés décrètent la grève générale
  • Arrestations « musclées » de Rajaonah et Eddy « bois de rose » - Les Forces de l’ordre justifient leurs actions
  • Kidnapping à Tsaratanàna - Complicité de certains gendarmes ?
  • Décès de la jeune Andotiana - La Police française conclut à une mort par noyade
  • Critiques à tout-va et prématurées - Les détracteurs du régime se ridiculisent
  • Habitation - Des logements sociaux sur 58 ha à Ivato
  • Délestage - La JiRAMA avance une cause technique et environnementale
  • Epidémie de rougeole - Vaccination gratuite des enfants dans 22 districts
  • Assassinat de Richard Ratsimandrava - Un témoin oculaire révèle des faits troublants

La Une

Editorial

  • L’effet de domino !
    L’interception de Mbola Rajaonah, jugée rocambolesque pour certains, courageuse pour d’autres, déclencha, qu’on le veuille ou non, des ondes de choc dont les fortes vibrations vont secouer d’autres « éléments ». Bien avant, après une petite semaine de leurs installations, les nouveaux responsables mirent aux arrêts une grosse tête de l’ancien régime HVM, Hugues Ratsiferana, pris en flagrant délit de vol et un gros poisson des trafics illicites des richesses naturelles et endémiques du pays, Eddy bois de rose. Ce dernier et Mbola Rajaonah, jusque-là intouchables, mettent en péril la vie des 25 millions de Malagasy. Certes, des « criminels » de leur gabarit existent en quantité dans le pays. Il faut les traquer sans attendre ! Il y a urgence.

A bout portant

AutoDiff