Publié dans Société

Kidnapping - Les cerveaux et complices arrêtés à Andraisoro

Publié le vendredi, 08 février 2019

Si Tsaratanàna retient les esprits avec la succession des rapts qui s'y déroulent actuellement, dans la Capitale, la situation est tout autre. Les récentes investigations de la Police l'ont menée sur la piste des commanditaires supposés de ces rapts à Andraisoro. Les Forces de l'ordre enchaînent les coups de filet de certains auteurs d'enlèvements qui ont marqué cette ville l'année dernière. Ainsi, le matin du jeudi 7 février dernier, dans le quartier d'Andraisoro, la Brigade criminelle (BC4) a interpellé trois cerveaux supposés, dont deux femmes, de deux kidnappings de citoyens indo-pakistanais survenus en juillet et en décembre 2018.

L'enquête de la Police a révélé que l'homme incriminé dans ces affaires est un ex-élément des Forces de l'ordre radié de son poste et qui fut arrêté à Anosy. Récemment, il fait office de chauffeur de service d'un avocat à Anosy. Durant son audition, il a avoué avoir touché sa part de la rançon de sa propre épouse. Cette dernière qui fut également interpellée lui aurait donné 43 billets de 50 euros mais qui étaient déjà échangés en monnaie locale, depuis.

En poussant davantage les investigations à propos de la dame en cause, la Police a appris que le couple a dépensé l'argent de la rançon reçu en juillet 2018 en vacances dans une cité balnéaire du pays, mais aussi dans l'achat d'une belle  voiture que le gang utilise d'ailleurs pour commettre un enlèvement. Par ailleurs, la rançon perçue en novembre de l'année dernière a été consacrée à la construction de maisons.

Pour revenir dans les circonstances des arrestations à Andraisoro, la Brigade criminelle n'y trouvait que l'épouse et une sœur du principal incriminé. De toute façon, ce sont les deux femmes qui furent arrêtées en premier. Sitôt soumises à une enquête, elles ont avoué que le suspect figurerait bel et bien parmi les personnes recherchées par la Police pour sa participation présumée dans ces affaires d'enlèvement.

Enfin, la Police précise que tous ces kidnappeurs d'Indo-pakistanais appartiennent au même réseau. 10 d'entre eux sont déjà arrêtés dont 4 séjournent actuellement à la prison de Tsiafahy et 6 autres à Antanimora. L'enquête se poursuit encore.

F.R.

Laissez un commentaire

Assurez-vous d'indiquer les informations obligatoires (*).
Le code HTML n'est pas autorisé.

Fil infos

  • Attaque de la chenille légionnaire - Antanetibe Mahazaza sur le qui-vive
  • Commune urbaine d’Antsirabe - Les employés décrètent la grève générale
  • Arrestations « musclées » de Rajaonah et Eddy « bois de rose » - Les Forces de l’ordre justifient leurs actions
  • Kidnapping à Tsaratanàna - Complicité de certains gendarmes ?
  • Décès de la jeune Andotiana - La Police française conclut à une mort par noyade
  • Critiques à tout-va et prématurées - Les détracteurs du régime se ridiculisent
  • Habitation - Des logements sociaux sur 58 ha à Ivato
  • Délestage - La JiRAMA avance une cause technique et environnementale
  • Epidémie de rougeole - Vaccination gratuite des enfants dans 22 districts
  • Assassinat de Richard Ratsimandrava - Un témoin oculaire révèle des faits troublants

La Une

Editorial

  • L’effet de domino !
    L’interception de Mbola Rajaonah, jugée rocambolesque pour certains, courageuse pour d’autres, déclencha, qu’on le veuille ou non, des ondes de choc dont les fortes vibrations vont secouer d’autres « éléments ». Bien avant, après une petite semaine de leurs installations, les nouveaux responsables mirent aux arrêts une grosse tête de l’ancien régime HVM, Hugues Ratsiferana, pris en flagrant délit de vol et un gros poisson des trafics illicites des richesses naturelles et endémiques du pays, Eddy bois de rose. Ce dernier et Mbola Rajaonah, jusque-là intouchables, mettent en péril la vie des 25 millions de Malagasy. Certes, des « criminels » de leur gabarit existent en quantité dans le pays. Il faut les traquer sans attendre ! Il y a urgence.

A bout portant

AutoDiff