Notice: Undefined property: stdClass::$numOfComments in /var/www/clients/client5/web10/web/components/com_k2/views/item/view.html.php on line 264
Publié dans Société

Parc national d’Ankarafantsika - Sonnette d’alarme face au défrichement

Publié le vendredi, 05 avril 2019

Une situation inquiétante. « Depuis le mois d’août 2018 jusqu’à maintenant, environ 2 à 3 autobus en provenance du Sud de Madagascar arrivent par semaine aux alentours d’Ankarafantsika. Un car transporte en moyenne une cinquantaine de personnes. Ces migrants sont invités par des « patrons » pour renforcer l’équipe de main d’œuvre qui défriche le Parc National Ankarafantsika dans le but de pratiquer des cultures de maïs et d’haricots », regrette le directeur de cette aire protégée.

« La pratique du défrichement suivie d’incinération dans des fourrés secs accélère le processus de savanisation, la baisse de fertilité du sol et l’ensablement des bas-fonds de la plaine rizicole de Marovoay. C’est pourquoi, bon nombre de migrants qui ne cessent d’augmenter sont à la recherche continue de terrains fertiles », poursuit le premier responsable. Etant obligés de rembourser leurs frais de transport lors de la prochaine récolte, les nouveaux venus sont forcés d’assurer en même temps le paiement de leur dette et leur survie. Un fait qui aggrave les pressions anthropiques telles que la coupe illicite, la carbonisation, la chasse et le braconnage qui s’abattent sur cette aire protégée.
Coupes de bois en recrudescence
La superficie des terrains défrichés auprès du Parc national d’Ankarafantsika, suivis d’incinération pour la culture de rente, n’ont cessé d’augmenter. Au début de cette année, la surface touchée a atteint les 67,62 hectares, soit plus que le double de l’année dernière. Le prix d’un sac de maïs à 110 000 ariary reste toujours très attractif pour les migrants. D’un autre côté, la recrudescence des coupes de bois à l’intérieur de cette aire protégée s’intensifie depuis cette année. Cela en parallèle avec la multiplication des entrepôts de charbon installés le long de la RN4, entre les Communes rurales de Marosakoa et d’Ambondromamy. Pis, des « patrons » assurent la distribution des emballages aux charbonniers des villages d’Ambarinjanahary, de Madiromaroanaka et de Betaramahamay, afin de faciliter le transport des charbons vers les lieux d’embarquement. Des camionneurs assurent le transport à destination de la ville de Mahajanga. Avec le rythme de dégradation actuel, ce réservoir d’eau finira par disparaitre dans très peu de temps.
Appel à l’aide du MNP
Dépassée par la situation, l’organisme « Madagascar National Parks » (MNP), à travers le Parc national Ankarafantsika, a envoyé une doléance auprès des autorités régionales et a invité les hauts responsables de la Région de Boeny et de la Direction régionale de l’Environnement et du Développement durable (DREDD) à voir de visu les différentes pressions qui sévissent sur cette aire protégée. L’objectif est de solliciter une réunion d’urgence pour l’élaboration d’un plan d’action incluant une intervention multisectorielle pour la sauvegarde de ce site. Des réunions intersectorielles ont effectivement eu lieu le 2 et 3 avril derniers, avec la participation des représentants des différents ministères concernés, dont celui des Transports, celui de la Population ou encore celui de l’Agriculture. Des maires des Communes avoisinantes, des « Tangalamena » ou encore le président de l’association des Antandroy étaient aussi au rendez-vous. Un plan d’action a été élaboré et sera validé par les décideurs régionaux. En attendant, la MNP lance une fois de plus un appel à tous les concernés pour la protection de ce parc national dont la faune et la flore méritent qu’on s’en préoccupe pour leur nature inégalée, leur authenticité et leur générosité.
Recueillis par Patricia Ramavonirina

Fil infos

  • Violence basée sur le genre - Mialy Rajoelina prête à organiser une conférence internationale à Madagascar
  • Gestion de la Capitale - L'immobilisme de Lalao Ravalomanana agace
  • Président de la République  à Antsiranana - « Les travaux du « velirano » commenceront dans un mois »
  • Braquage chez Accès Banque - Coup de filet sur les présumés auteurs principaux
  • Industrie sucrière de Brickaville - Andry Rajoelina siffle la fin des conflits
  • « Fihariana » - Trois projets financés 
  • Immigration clandestine - Une dizaine d’Africains débusqués dans la forêt du Nord
  • Projet « Fihariana » - Un self-made-man, Andry Rajoelina se soucie des jeunes
  • Guy Maxime Ralaiseheno - « Un changement se base sur une pratique politique saine de tous »
  • Vente de la Résidence de Madagascar à New-York - La sulfureuse affaire refait surface

Editorial

  • Le bon choix !
    A quelques encablures de la date fatidique du 27 mai, il faut mettre le paquet. Le régime IEM doit concentrer tous les efforts pour que le pays ne rate pas le coche. Un tournant décisif pour tous les Malagasy et une étape cruciale pour les tenants du pouvoir ! Tout dépend du choix intime de chacun dans le secret de l'isoloir. Cette fois encore, le verdict des urnes impactera sur l'avenir des 25 millions de Malagasy. En effet, un bon choix dans les urnes comblera le pays de la sérénité et de la prospérité.  

A bout portant

AutoDiff