Publié dans Société

Meurtre d’un Indo-pakistanais à Tanjombato - Un des assaillants arrêté

Publié le vendredi, 19 avril 2019

 Irfan Farouk Daya, fils de Farouk Daya, a succombé des suites de ses blessures suite à une tentative de kidnapping à Tanjombato, le 31 janvier dernier. Depuis, la Police n’a pas cessé ses investigations pour apporter de la lumière sur cette affaire. Le 12 avril dernier donc, les hommes de la Brigade criminelle ont piégé l’un des cinq présumés auteurs du forfait à Tanjombato même.

Un renseignement entre les mains de la Police a indiqué que le suspect avait rôdé sur les lieux, facilitant ainsi l’opération pour le faire tomber dans l’embuscade. Le même renseignement a ajouté que les cinq suspects ont pu être identifiés grâce aux images filmées par les caméras de surveillance du secteur. Et au fil des vérifications, il était rendu plus facile pour les Forces de l’ordre de reconnaître l’un d’eux par les traits, celui qui a erré dans les parages à Tanjombato, le vendredi 12 avril dernier. Le suspect aurait dû être présenté devant le Parquet, hier. Par ailleurs, la Police poursuit ses recherches afin de tenter de retrouver les traces de ses quatre complices, encore en cavale.

Rappelons que l’agression qui a coûté la vie au jeune Irfan Farouk est survenue l’après-midi du 31 janvier 2019. Là, deux assaillants, qui ont circulé à bord de deux scooters, ont cherché à kidnapper la victime, qui se trouvait à bord d’une voiture avec les siens. Les bandits n’ont pas alors hésité à ouvrir le feu sur ses occupants, touchant mortellement ainsi l’un des deux fils de Farouk Daya. Evacué d’urgence à l’hôpital,  le malheureux  a succombé à ses blessures tandis que son frère était toujours en soins intensifs.  Après leur sale coup, les malfaiteurs, loin de réussir l’enlèvement de la victime, situation qui a malheureusement débouché sur sa mort, s’étaient rapidement enfuis.

C’est en regagnant les locaux de l’entreprise spécialisée en meubles - dont leur père est propriétaire - que deux hommes se sont fait surprendre.  Depuis lors, les investigations par les Forces de l’ordre, ont donc mis tout ce temps pour finalement remonter la piste de l’un des assaillants, interpellé le 12 avril dernier. Affaire à suivre.

Franck Roland

Fil infos

  • Ravalomanana en défenseur de l’opposition - Mémoire courte, mea culpa ou hypocrisie ?
  • Alana Cutland - Le corps toujours à la morgue de l’HJRA
  • Titre de chef de l’opposition - Insistance gênante de Marc Ravalomanana
  • Gendarmerie Sofia vs Gendarmerie Alaotra-Mangoro - Casse-tête chinois sur l’affaire des 450 zébus
  • Programme national « Fihariana » - Les entrepreneurs du Vakinankaratra à l’honneur !
  • Hery Vaovaon’i Madagasikara - Un petit tour et puis s’en va
  • Ambohimangakely - Un Sprinter volé à deux doigts d’un démontage…
  • Session extraordinaire du Parlement - Accent mis sur les intérêts nationaux
  • Scandales de détournement - Quid des anciens ministres impliqués ?
  • Toamasina - Quand une rumeur provoque une mini-émeute

La Une

Editorial

  • Enfin, du changement !
    Le verdict est tombé ! Le pouvoir sous la direction de Rajoelina Andry Nirina abrogea, ce mercredi 14 août 2019, en Conseil des ministres le décret n°2017-096 du 26 avril 2017 portant nomination du directeur général de la Compagnie nationale Jiro sy Rano Malagasy (JIRAMA) Olivier Jaomiary. Nommé il y a deux ans et quatre mois de cela, le 26 avril 2017, sous le régime HVM, Jaomiary Olivier n’a pas réussi à convaincre ni le pouvoir en place, issu de la dernière élection, ni l’opinion publique notamment les usagers. Un moment, se croyant être indéboulonnable de son poste, au-dessus de toute tentative de limogeage, le désormais ex-DG de la JIRAMA finit par se faire rattraper en raison de son incompétence à redresser la Compagnie, mission principale qu’on lui avait confiée.

A bout portant

AutoDiff