Publié dans Société

Journée mondiale de la liberté de la presse - Les futurs journalistes manifestent également pour la cause

Publié le vendredi, 03 mai 2019

Au nom de la liberté d'expression ! Lors de la célébration de la Journée mondiale de la liberté de la presse, des journalistes issus des organes de presse se sont donné rendez-vous hier devant la stèle de la liberté à Analakely. Ils ont manifesté en faveur de ce qui leur tient à cœur avec des pancartes à la main.  Pour cette année, la participation des « futurs » journalistes a marqué la journée. « Je suis étudiante en communication. Le métier de journalisme m'intéresse beaucoup car les journalistes acquièrent chaque jour de nouvelles connaissances. Cependant, ils rencontrent souvent de difficulté dans l'accès aux sources d'information et dans leurs écrits.  J'envisage de travailler dans ce domaine. C'est pourquoi je revendique dès aujourd'hui mes droits pour ma future carrière », explique Rakotomalala Nyavo, étudiante en deuxième année à l'E-media.


Code de la communication médiatisée
Réformes. C'est ce qui résume les revendications attendues dans le Code de la communication médiatisée. « Tous les pays du monde entier célèbre cette journée. Elle est surtout orientée vers une réflexion pour ce qui est déjà acquis et les objectifs à atteindre afin d'améliorer cette liberté d'expression. Pour le cas de Madagascar, on se penche essentiellement sur une journée de rappel concernant les règlementations encadrant le métier, c'est-à dire le Code de la communication médiatisée. Cette loi a créé une polémique lors de son adoption en 2016. Cette année, le ministre de la Communication a déjà témoigné son engagement pour une amélioration de ces textes. Ladite loi sera présentée au sein du Parlement lors de la session du mois de juillet prochain. Donc, on croise les doigts à ce qu'elle soit votée. Parallèlement à cela, les conditions de travail des journalistes doivent également être regardées de près », relate Didi Ratsimbazafy, vice-président de l'Ordre des journalistes de Madagascar (OJM). A noter que Madagascar se trouve en ce moment au 54e rang sur 180 pays en matière de liberté d'expression. Avec l'effort mené par le Gouvernement actuel, le vice-président  de l'OJM espère que la Grande île fera un bond dans son classement au niveau mondial l'année prochaine. A part cette manifestation « silencieuse » devant la stèle sise à Soarano, organisée par l'OJM et le ministère de la Communication, des émissions communes entre les chaînes privées et publiques ont été diffusées hier sur la Radio et télévision nationale.
Solange Heriniaina

Fil infos

  • Graves diffamations contre le Chef de l'Etat - L'immobilisme du Gouvernement fait jaser
  • Région Betsiboka - L’Etat renforce la lutte contre l’insécurité
  • Projets sociaux - Le Président Andry Rajoelina exige du concret
  • Diffamation sur internet - La France, base arrière pour des cybercriminels malagasy ?
  • Alain Ramaroson - Quel avenir politique pour lui 
  • Claudine Razaimamonjy - De nouveau devant la barre hier
  • Découverte de crânes humains à Toamasina - Les affirmations de la domestique s’avèrent fausses
  • Calendrier scolaire - Dérapage incontrôlé de la Société civile
  • Naufrage du cargo Viviano - Les passagers sains et saufs, les marchandises totalement perdues
  • Restriction budgétaire - Le Premier ministre recadre les sénateurs

La Une

Editorial

  • Servir et non se faire servir !
    En tant que présidente de l'Assemblée nationale, Christine Razanamahasoa, magistrate et députée d'Ambatofinandrahana, pour un second mandat de son état, mit le point sur le « i » dès l'entame de la mandature des nouveaux élus à Tsimbazaza. Face aux comportements qui frisent l'indélicatesse de certains élu(e)s et qui défrayent la chronique, Mme Razanamahasoa tient à préciser qu'un député en tant que représentant(e) du peuple a été élu pour servir les intérêts du « vahoaka » qu'il est censée représenter et non se faire servir comme un prince.

A bout portant

AutoDiff