Notice: Undefined property: stdClass::$numOfComments in /var/www/clients/client5/web10/web/components/com_k2/views/item/view.html.php on line 264
Publié dans Société

Fugues, égarements ou kidnappings - Des enfants et adolescents retrouvés

Publié le jeudi, 13 juin 2019

Plus de deux cas signalés par jour. La disparition d’enfants a créé une panique générale, notamment dans la ville d’Antananarivo. Les diverses publications sur les réseaux sociaux, annonçant ces cas touchant non seulement les enfants mais aussi les adolescents et jeunes, ont intensifié la psychose.

 

Bon nombre de parents ou proches font les publications pour aviser les disparitions. Mais une fois les enfants ou ados retrouvés, ils omettent d’en faire part dans la plupart des cas. Pourtant, bon nombre d’entre ces enfants sont déjà retrouvés, quelques heures ou jours après leur égarement. C’est le cas des 3 garçons âgés de 6 et 8 ans du Fokontany Soaranokely Imerimanjaka, disparus jeudi en fin d’après-midi. Ils ont été retrouvés à Dorodosy et ont été emmenés au poste de Police d’Imerimanjaka, hier matin. Selon les informations recueillies, ils ont fugué après avoir été grondés par leurs parents respectifs. Ils ont ainsi dormi dans les rizières, avec le froid et sans nourriture. Une jeune fille de 19 ans, étudiante à Ankatso, a aussi disparu la semaine dernière. Après les publications très partagées sur Facebook, un particulier a appelé son père le lendemain de sa disparition. « Elle n’était pas dans son état normal, mais nous ne pouvons rien dire de plus puisque les enquêtes policières se poursuivent en ce moment », avance la mère de la jeune fille. L’on ne sait pas si c’est un cas de fugue ou d’égarement. La disparition d’une collégienne d’Antanimena a également été publiée la semaine dernière. « Si la publication a été faite dans la matinée, elle a pu rentrer vers 19h du soir. Elle aurait copié les leçons chez des amis. En tant que tuteurs à Antananarivo, nous avons décidé de la renvoyer chez ses parents à la campagne pour éviter le pire », nous confie la tutrice de l’adolescente, encore confuse.

 Le service de protection de l’enfant à l’œuvre

Hier, la Police nationale a évité de parler de cette psychose quant aux disparitions fréquentes d’enfants. Toutefois, une conférence de presse y afférente se fera ce jour. Quant à la Gendarmerie nationale, 4 cas de disparitions d’enfants et jeunes ont été enregistrés auprès du service de protection de l’enfant, ces derniers jours. D’après le Lieutenant Vonjiniaina Jean Baptiste, chef intérimaire dudit service, ces disparus sont tous retrouvés, après les enquêtes menées. C’est le cas de l’enfant perdu à Betsizaraina Ambohimangakely, le 9 juin dernier, retrouvé le jour même du côté de la RN2. L’enfant a été emmené au poste avancé de la Gendarmerie à Ambohimalaza, où la famille de l’enfant l’a recueilli. Un autre enfant a été retrouvé mort, une semaine après sa disparition. L’enquête y afférente se poursuit actuellement du côté de la Brigade de la Gendarmerie Ambohibao. A cela s’ajoute le cas de kidnapping d’un enfant par un membre de sa famille, lequel a demandé des rançons. L’enfant a été retrouvé à Mananara Nord tandis que 6 personnes suspectes sont placées sous mandat de dépôt suite à cette affaire, selon les informations émanant du service suscité. En général, les enfants sont retrouvés 3 à 7 jours après leurs disparitions, avec les recherches, investigations et enquêtes de voisinage menées par la Gendarmerie. La crise d’adolescente, le manque de communication ou encore les problèmes familiaux constituent les principales causes des fugues. Les parents devraient peser leurs mots en grondant les enfants, tout en maintenant une relation basée sur la communication et la confiance.

Patricia Ramavonirina

Fil infos

  • Présidente de l’Assemblée nationale - Christine Razanamahasoa plébiscitée
  • Dénonciations contre Mamy Ravatomanga - Les machinations du HVM mises à nu par la Justice française
  • Banditisme et détention illégale d'armes - Les arrestations et les saisies se poursuivent
  • Coupe d'Afrique des Nations 2019 - Les Barea décorés et récompensés
  • Marc Ravalomanana - Toujours aussi dédaigneux et méprisant
  • Développement du football - Le Président Rajoelina prend les « Barea » par les cornes
  • Iles Eparses - Un comité mis en place par le Gouvernement
  • Retour au pays des Barea - La population reconnaissante réserve un accueil triomphal
  • Défaite des Barea - Réaction exemplaire des malagasy
  • Un père désespéré - A la reconquête de ses droits

La Une

Editorial

  • Que des ratages !
     L’audiovisuel public peine à sortir de l’auberge. Etant la plus ancienne sinon l’ainée des chaines de télévisions locales, la télévision malagasy (TVM) traine encore les pattes et se trouve, en dépit de tout, dans le peloton de la queue. Il fut un temps à ses débuts,  des années 60, où la TVM faisait la fierté du pays. Des Jean-Louis Rafidy et bien d’autres animaient les émissions avec brio. Des commentateurs d’évènements de haut vol avec des analyses intéressantes et instructives. Rien d’étonnant dans la mesure où ces animateurs de chaine avaient bénéficié des formations dans les grandes écoles spécialisées sous d’autres cieux. Les responsables de l’époque misaient en premier plan la formation des agents. Mais depuis, abandonnée à elle-même, la TVM ne cesse de dégrader. Les matériels à la disposition ne parviennent plus à suivre l’évolution des progrès technologiques de la communication. Or les besoins ne cessent de croître. Les…

A bout portant

AutoDiff