Publié dans Société

Agriculture - 1 053 cultivateurs formés pour une production agricole durable

Publié le lundi, 06 juin 2016

Formation technique, professionnelle et organisationnelle. C’est ce dont bénéficient 1 053 agriculteurs dans les Districts périurbains d’Antananarivo Nord. Ces agriculteurs, issus de Manjakandriana, d’Ambohidratrimo et Mahitsy, d’Itaosy et de Talata Volonondry bénéficient d’un renforcement de capacité destiné à pérenniser leurs activités, à identifier des partenaires et à rentabiliser leurs productions.

 

« Nous travaillons avec les Malagasy professionnels de l’élevage (Mpe) pour améliorer leurs activités. Nous aidons également ces derniers à intégrer ou améliorer les organisations paysannes », explique Ambinintsoa Andriamboavonjy Rakotovao, responsable du projet Profapan (Professionnalisation des filières agricoles périurbaines d'Antananarivo Nord).

Le projet Profapan s’intègre au programme Asa (Agro-sylviculture autour d’Antananarivo), financé par le dixième Fonds européen de développement (Fed). Dans ce cadre, la formation a débuté depuis un an et est continuelle.

Cette formation comprend celle professionnelle, un appui matériel, un suivi-conseil de proximité et une information sur l’état du marché. Pour limiter les intermédiaires commerciaux et les pertes dues au transport, l’action professionnalise également 72 très petites entreprises commerciales ancrées sur des circuits courts, par un programme qui associe le renforcement de compétences, appui à l’investissement et information sur les marchés. Pour fournir au secteur privé un environnement favorable aux échanges, la maîtrise d’ouvrage communale est renforcée pour permettre une amélioration des infrastructures de commercialisation. La formation est assurée par des techniciens. « Un technicien forme 60 agriculteurs », explique le responsable du projet. 

Maîtres exploitants

Outre la formation commune, les dix meilleurs agriculteurs de chaque zone d’intervention reçoivent une formation privilégiée pour devenir des maîtres-exploitants. « Ces maîtres-exploitants sont formés pour transmettre leur savoir-faire à d’autres exploitants qui n’ont pas forcément reçu une formation agricole du projet Profapan ou d’un autre », explique toujours Ambinintsoa Andriamboavonjy Rakotovao.

En effet, pour bénéficier de la formation Profapan, il faut s’inscrire au « Fokontany » de la zone d’intervention et remplir trois critères : savoir lire et écrire, posséder une ou plusieurs terres et habiter dans la zone d’intervention.

Tiasoa Samantha

Laissez un commentaire

Assurez-vous d'indiquer les informations obligatoires (*).
Le code HTML n'est pas autorisé.

Fil infos

  • Privation de discours à Vohipeno - La colère très mal placée de Hery Rajaonarimampianina
  • Déplacements de Marc Ravalomanana et Andry Rajoelina - Le régime aux abois
  • Manifestations publiques interdites - Les catholiques font de la résistance
  • Régime Hvm - S’expliquer pour mieux couler !
  • Rencontre avec les Tananariviens - Manifestation des députés Tim -Mapar maintenue
  • Ramena – Antsiranana II - Abus de pouvoir d’un ancien maire
  • Conjoncture politique - Prédiction d’une semaine… « révolutionnaire » !
  • Ihanta Randriamandranto - « Non à l’anarchie, remettons de la discipline »
  • Rapport des députés du TIM et du MAPAR - Rendez-vous avec les Tananariviens ce samedi à l’Hôtel de ville
  • De Mahajanga à Vohipeno - Week-end noir de Hery Rajaonarimampianina

La Une

Editorial

  • Le mensonge d’Etat
    Richard Yung, sénateur français de « la république en marche », de passage au pays, déclarait à l’issue d’une interview qu’il avait accordée à un quotidien de la place que « la France n’a pas de candidat ». Une déclaration qui laissait évasifs et perplexes les analystes des relations existant entre la France et l’Afrique les cinquante dernières années. Certains même la qualifient de dilatoire. En fait, Mr Yung corrobore ce que le nouveau locataire de l’Elysée, Emmanuel Macron, annonçait devant les étudiants burkinabé à Ouagadougou le 28 novembre 2017 selon lequel « qu’il n’y avait pas de politique africaine de la France ».

A bout portant

AutoDiff