Publié dans Société

Forum international de la météo - Mise en œuvre du Cadre national pour les services climatologiques

Publié le lundi, 06 juin 2016

Lutte contre le changement climatique. Madagascar met actuellement en œuvre, le Cadre national pour les services climatologiques (Cnsc). Ce dernier fait figure de politique nationale pour lutter concrètement contre le changement climatique, de plus en plus extrême à Madagascar. 

D’après les explications de Mamy Nirina Randrianarivelo, chef de service de la communication au sein de la Météo malagasy, « Il faudrait se munir d’une stratégie de communication qui impacte tous les cibles : décideurs, secteurs de développement, et le grand public ». Le réchauffement de la planète demeurant la principale cause du changement climatique, la participation des collectivités territoriales est cruciale afin de faire face efficacement aux effets néfastes de ce changement et de mettre en pratique les solutions déjà mises au point, mais également de trouver de nouvelles solutions. « Les impacts du changement climatique diffèrent selon les territoires », articule le communiqué. Le Service de la météorologie insiste sur la participation de tous les acteurs au sein de la communauté, notamment la contribution possible des collectivités territoriales pour la lutte contre le changement climatique. 

Le Cnsc sera ainsi le levier pour la réalisation de ces solutions dans la Grande Ile. Celle-ci est une déclinaison du Cmsc (Cadre mondial pour les services climatologiques). Le bureau a pour mission de « sensibiliser aux enjeux sanitaires du changement climatique, de renforcer les capacités et de coordonner les relations des services météorologiques et des experts du secteur de la santé en matière de gestion des risques ». Durant la 13e édition du Forum international de la météo et du climat (Fim) à Paris, auquel a participé Madagascar, du 28 au 30 mai dernier, Ban Ki-moon, secrétaire général de l’Onu (Organisation des Nations Unies), a insisté sur la prise de mesures pour lutter contre le changement climatique. 

Solutions d’adaptation

La 13e édition du Fim, parrainée par l’astrophysicien Hubert Reeves, a placé au cœur de ses préoccupations  « la valorisation des solutions d’adaptation ». « Il s’agira d’apporter 5 mois après la Cop21 (21e conférence des parties) des réflexions sur les enjeux climatiques dans la perspective d’aboutir à des propositions concrètes pour l’avenir », explique Mamy Nirina Randrianarivelo. 

Pour Hubert Reeves, « le Fim 2016 va contribuer à valoriser les actions les plus efficaces pour la réduction des émissions de gaz à effet de serre, lequel est si dangereux pour notre bien-être d’aujourd’hui et de demain ».

Créé en 2004, ce forum international est un événement annuel international axé autour de la problématique du changement climatique qui reste un défi majeur pour l’humanité.

Tiasoa Samantha

14637 Commentaires

Laissez un commentaire

Assurez-vous d'indiquer les informations obligatoires (*).
Le code HTML n'est pas autorisé.

Fil infos

  • Présidence de la République - Démission de Hery Rajaonarimampianina dans dix mois
  • Souffrances de la population malagasy - Le Parlement européen fait mieux que le nôtre
  • Violences policières à Antsakabary - La vidéo remise en mains propres à la Police
  • Séjour irrégulier au pays - Expulsion confirmée des 12 Pakistanais
  • Propagande présidentielle 2018 - Départ avant l'heure de Hery Rajaonarimampianina
  • Port de Toamasina - La société Mictsl dicte sa loi
  • Corruption au Tribunal d'Anosy - Deux greffiers placés sous mandat de dépôt
  • Villa Elisabeth - Le contractant avec l'Etat, un escroc !
  • Critiques tous azimuts - Le pouvoir Rajaonarimampianina se fait tirer les oreilles
  • Moramanga - Un Français expulse 3 600 Malagasy de leurs terres

La Une

Editorial

  • Nuisible réseau
    Contre-productif. Le réseau de la filière « riz » va à l’encontre de la saine production de cet aliment de base des 24 millions de Malagasy dans le pays. Au lieu de jouer le rôle de levier à la croissance, il fait obstacle. La population souffre, de manière chronique, de l’insuffisance de ce produit vital pour la consommation quotidienne. Le « kapoaka » ou le kilo s’achète à prix d’or sur le marché.

A bout portant

AutoDiff