Publié dans Société

Antsirabe - Le chanteur Omguy meurt dans un accident

Publié le lundi, 06 juin 2016

Le monde de la chanson est en deuil. Le chanteur Omguy, et non moins leader du groupe NyAinga, a perdu la vie au cours d’un accident, hier vers 12h30 à Antsirabe. Une atteinte cérébrale lui a été fatale après un long moment de coma. Rabesaiky Guillaume, son nom dans l’Etat civil, est également connu dans le milieu politique en étant député élu sous l’étique de Avi (« Asa vita no ifampitsarana »), puis conseiller de la Transition.

 

Le véhicule tout-terrain Kia qui l’a conduit a fait une sortie de route avant de faucher une rangée de pins bordant la route du côté de Tombontsoa à 10 km au nord d’Antsirabe. Le plus gros choc a frappé l'angle avant-droit là où Omguy était assis, c'est-à-dire sur la place du mort. Les quatre autres personnes qui étaient dans la même voiture, ont été indemnes.

Son chauffeur aurait évité d’entrer en collision avec un camion venu d’en face. Le mastodonte venait de dépasser un autre véhicule. « Le chauffeur du 4x4 a dû serrer un peu trop sur sa droite, là où il surplombait un ravin. Puis, il a tenté de contrebraquer, ce qui a pour effet de précipiter le choc du véhicule contre les arbres », devait rapporter l’un des rescapés du drame.

Aussitôt après, les victimes ont été évacuées à l’hôpital Flm Andranomadio d’Antsirabe où le chanteur était encore dans le coma avant de succomber un peu plus tard.

Omguy et sa troupe comptaient se produire sur scène à Manandona dans le cadre d’une tournée musicale du groupe lorsque le destin a alors choisi autrement. En hommage à son leader, le groupe a encore maintenu le spectacle avant de se rendre au chevet de son leader.

Le défunt s’est distingué dans la médiation des hostilités entre deux groupes d’étudiants issus de la Région du Boeny et celle de la Sofia, il y a quelques jours dans le campus de l’Université d’Ambondrona à Mahajanga.

Roland R.

1 Commentaire

  • Posté par Mitzi
    samedi, 25 février 2017

    Wonderful article! We will be linking to this great post on our site.
    Keep up the good writing.

    Rapporter

Laissez un commentaire

Assurez-vous d'indiquer les informations obligatoires (*).
Le code HTML n'est pas autorisé.

Fil infos

  • Privation de discours à Vohipeno - La colère très mal placée de Hery Rajaonarimampianina
  • Déplacements de Marc Ravalomanana et Andry Rajoelina - Le régime aux abois
  • Manifestations publiques interdites - Les catholiques font de la résistance
  • Régime Hvm - S’expliquer pour mieux couler !
  • Rencontre avec les Tananariviens - Manifestation des députés Tim -Mapar maintenue
  • Ramena – Antsiranana II - Abus de pouvoir d’un ancien maire
  • Conjoncture politique - Prédiction d’une semaine… « révolutionnaire » !
  • Ihanta Randriamandranto - « Non à l’anarchie, remettons de la discipline »
  • Rapport des députés du TIM et du MAPAR - Rendez-vous avec les Tananariviens ce samedi à l’Hôtel de ville
  • De Mahajanga à Vohipeno - Week-end noir de Hery Rajaonarimampianina

La Une

Editorial

  • Le mensonge d’Etat
    Richard Yung, sénateur français de « la république en marche », de passage au pays, déclarait à l’issue d’une interview qu’il avait accordée à un quotidien de la place que « la France n’a pas de candidat ». Une déclaration qui laissait évasifs et perplexes les analystes des relations existant entre la France et l’Afrique les cinquante dernières années. Certains même la qualifient de dilatoire. En fait, Mr Yung corrobore ce que le nouveau locataire de l’Elysée, Emmanuel Macron, annonçait devant les étudiants burkinabé à Ouagadougou le 28 novembre 2017 selon lequel « qu’il n’y avait pas de politique africaine de la France ».

A bout portant

AutoDiff