Publié dans Sport

Football- Euro 2016 - Ronaldo, une tête au dessus de la mêlée

Publié le mardi, 12 juillet 2016

Auteur de l’ouverture du score et impliqué sur le deuxième but de son équipe mercredi, contre le pays de Galles, Cristiano Ronaldo n’est plus qu’à 90 minutes de son rêve : brandir un trophée avec le Portugal. Rendons à César ce qui est à César : on peut le critiquer pour un prétendu excès d’individualisme, un comportement de diva ou une mentalité qui frôle la mégalomanie, mais Cristiano Ronaldo répond toujours présent dans les grands rendez-vous.

Et c’est encore le cas dans cet Euro. Sans doute émoussé après une longue saison avec le Real Madrid, saison au terme de laquelle le triple Ballon d’or a une nouvelle fois soulevé la Ligue des champions, il n’a pas toujours eu le rendement escompté. On se souvient par exemple de son match insipide  ou de ses ratés en cascade, dont un penalty, contre l’Autriche (0-0). Mais lorsqu’il a fallu sortir le bleu de chauffe et inscrire un doublé pour sauver la partie contre la Hongrie, lors du troisième et dernier match de poules (3-3), CR7 était là. C’est encore lui qui a délivré son équipe mercredi soir, à Lyon, contre le Pays de Galles en demi-finales de l’Euro 2016 (victoire 2-0). Et ce d’un coup de tête magistrale avec une détente digne d’un joueur NBA, en début de seconde période. I

l est également impliqué sur le second but portugais, trois minutes après le premier, sa frappe écrasée ayant été reprise par Nani. En début de match, on se souvient qu’il aurait pu (dû ?) bénéficier d’un penalty après avoir été ceinturé par James Collins. Et il a eu une foule d’autres situations chaudes, que ce soit en toute fin de première période, avec une tête non cadrée, ou lors des 20-25 dernières minutes, après le but du break de Nani. Le tout avec une activité incessante et la volonté de toujours être disponible.

Le Portugal, ce n’est pas que Ronaldo

Oui, Ronaldo est une star, une superstar même, mais il fait surtout ce qu’il faut pour mettre son équipe sur la voie du succès. Sur le terrain, mais aussi en termes de leadership. « Nous sommes une vraie équipe, a souligné le Madrilène face à la presse. Nous avons un équipe uni et solidaire. C’est comme cela qu’on en est arrivé là, en travaillant ensemble. J’ai toujours été au service de l’équipe, pas seulement en marquant, mais en luttant sur chaque ballon, en défendant. J’ai tout donné à chaque match jusqu’ici.

23 joueurs se sont battus pour ce maillot et les supporters nous ont vraiment soutenus. Ça a été très précieux pour nous. Après avoir remporté la finale de la Ligue des champions, je croyais qu’on allait aller très loin dans cet Euro. On n’a pas commencé la meilleure des manières, mais c’est un marathon. Nani, Renato Sanches et d’autres ont marqué, c’est la preuve qu’on est une vraie équipe. J’ai eu la chance de marquer ce soir (mercredi). Je suis heureux parce que j’ai aidé mon équipe à accéder à la finale », jure encore le natif de Funchal. On ne peut effectivement pas nier que cette équipe portugaise, à défaut d’être flamboyante, fait preuve d’une vraie force collective.

Rappelons que le Portugal était privé de Pepe, son meilleur défenseur, mercredi soir. Fernando Santos a choisi d’aligner Bruno Alves, qui n’avais plus joué depuis… son rouge en match de préparation. Il a été associé à José Fonte, titulaire depuis les huitièmes de finale. Mais cela n’a pas perturbé le moins du monde la Seleçao, qui a une fois de plus fait preuve d’une belle solidité derrière. Le tout avec l’efficacité diabolique d’un Cristiano Ronaldo, parfaitement servi par l’ex-Lorientais Raphaël Guerreiro. « La chose la plus importante, c’est que l’équipe soit en finale, a-t-il souligné, en réponse à une question sur le record de Platini. Les records, j’en ai déjà battu beaucoup et je continuerai à en faire tomber. Mais tout cela est naturel. Le plus important, c’était la qualification. Je suis heureux et fier du travail de mes coéquipiers. J’ai toujours rêvé remporter un trophée avec le Portugal. On n’est qu’à une marche de ce rêve ».

Or, comme l’a expliqué l’intéressé, « rêver ne coûte rien, alors continuons à rêver ». Un rêve qui, s’il se réalisait, permettrait d’oublier le cauchemar qu’a représenté la finale de l’Euro 2004. La seule disputée par le Portugal dans un tournoi majeur jusqu’ici. C’était à Lisbonne, avec une victoire surprise de la Grèce (0-1). Ronaldo était déjà de la partie : « J’avais 18 ans, j’étais au tout début de ma carrière. 12 années ont passé. Nous allons jouer une autre finale. Je suis très fier de cet accomplissement. J’espère que le moment est venu pour nous. Je suis confiant. Je ne pense pas que beaucoup d’observateur nous imaginait en finale, mais nous y sommes. Il va falloir ben se préparer pour que notre rêve devienne réalité.» Ce sera dimanche prochain, au Stade de France de Saint-Denis. 

Sport24 

Laissez un commentaire

Assurez-vous d'indiquer les informations obligatoires (*).
Le code HTML n'est pas autorisé.

Fil infos

  • Trafic de bois de rose - Accusations gratuites contre Maminiaina Ravatomanga
  • Andry Rajoelina à Antsirabe - La population du Vakinankaratra conquise !
  • Vie de parti - Le HVM dépouillé des ses éléments « acceptables »
  • Course à la magistrature suprême - Des détraqués salissent l’image du candidat du TGV
  • Présidentielle 2018 - Hajo Andrianainarivelo fera tout pour faire élire Andry Rajoelina
  • Election présidentielle - Guerre de leadership dans le camp du régime
  • RN 4 - Embuscade spectaculaire à Mahatsinjo, un bébé blessé
  • Démission DG Kraoma Malagasy - Suite à la vente d'actions de la société aux Russes ?
  • Préfets et chefs de région au congrès du HVM - Des sanctions attendues !
  • Insécurité à Madagascar - Un des grands échecs du régime Rajaonarimampianina

La Une

Editorial

  • Essai transformé !
    Les cent jours de la « période d’essai » de Ntsay Christian touchèrent à leur fin ce vendredi 14 septembre 2018. Nommé le 14 juin 2018, exactement trois mois et dix jours, le nouveau locataire de Mahazoarivo tenait d’une main de fer la barre du pays. Il est d’usage comme dans toute entreprise digne de l’être d’accorder un temps d’essai à un employé ou cadre nouvellement recruté au terme duquel la Direction se réserve le droit d’apprécier à sa juste valeur la nouvelle recrue pour une confirmation ou pour un simple rejet.

A bout portant

AutoDiff