Publié dans Sport

Golf- Championnat de Madagascar - Le couple Ratsimbazafy au firmament !

Publié le mercredi, 02 novembre 2016

Luc Ratsimbazafy et Hanitra Ratsimbazafy entrent à jamais dans l’histoire du golf malagasy, après leur sacre suprême au tout premier championnat de Madagascar, tenu du 29 au  31 octobre à  l’Azura Golf Resort & Spa de Foulpointe. Une compétition officielle qui a réuni 106 participants, issus des cinq clubs de golf existants dans l’île, à savoir Rova Andakana, Nosy Be, Antsirabe, Foulpointe et Malaza.

Une participation massive qui constitue, également, une grande première dans les annales de ce sport de précision. La bataille a été âpre durant ces trois journées de compétition, tant chez les hommes que côté Dames.

Luc Ratsimbazafy à l’arrachée

 « L’expérience internationale et le mental ont fait la différence à la fin. Toutefois, j’ai dû me batailler dur et me concentrer à 100% jusqu’à l’ultime trou de la dernière journée, face à des adversaires coriaces qui m’ont donné du fil à retordre, tout au long de la compétition », avoue Luc Ratsimbazafy qui a été, longtemps, malmené soit par Djawad Hiridjee, soit par Benjamin Memmi ou François Douessy. Avec une meilleure carte de 82 à la première journée, le futur champion de Madagascar a été, à la deuxième journée, coiffé au poteau par Benjamin Memmi qui lui a pris la place de leader, avec un total de 162 (84,78).

« C’est très difficile de battre Djawad et Luc en trois tours, mais je tâcherai de jouer sans la moindre pression et on verra demain », avance Memmi Benjamin à la fin du 2ème tour. Un second tour, marqué par la bonne prestation de François Douessy, qui a rendu une carte de 77. De son côté, Djawad Hiridjee a enregistré un jour sans avec une carte de 88 et a été relégué à la 3ème place, à égalité de points avec François Douessy (164). N’empêche, l’infime écart entre le top 4 a fait l’ultime journée une finale, mettant aux prises quatre compétiteurs alors que tout le monde s’attendait à un duel, Luc Ratsimbazafy-Djawad Hiridjee. Avant que le premier swing du départ s’effectue, on sentait à mille lieux la tension qui rongeait les finalistes.

Luc Ratsimbazafy enchaine les birdies, mais Memmi Benjamin et Hiridjee parviennent à suivre la cadence en assurant les par, d’autant plus que des bogeys agrémentent la carte de Luc Ratsimbazafy. C’est seulement à quatre trous de l’arrivée que ce dernier a poussé un ouf de soulagement en réalisant son 7ème birdie qui lui a permis de filer, lentement mais sûrement, vers le toit national devant Djawad et Memmi Benjamin.

Hanitra Ratsimbazafy en roue libre

Si le chef Luc Ratsimbazafy a eu un mal fou pour ravir la victoire finale, son épouse, en l’occurrence Hanitra, a pour sa part roulé en roue libre vers le trône. Et ce pour diverses raisons dont, entre autres, le début poussif de Ony Marchand dans la compétition avec une carte de 90 qui lui a été fatale au décompte final, ainsi que la dernière journée catastrophique de Riana Raveloarison, pourtant leader du groupe à l’issue de la journée inaugurale. Mais les observateurs avancent que la régularité s’avère la principale force de Hanitra Ratsimbazafy.

C’est un peu vrai, conforte la championne de Madagascar, mais la virée à l’île de La Réunion, au tournoi interclubs de l’océan Indien, à une semaine du début de championnat de Madagascar, m’a vraiment aidée à gérer la pression des rencontres d’envergure et à entamer la compétition dans les règles de l’art. Effectivement, dès le huitième trou, les carottes semblent déjà cuites. Et c’est avec quatre et six points d’avance sur Ony Marchand(254) et Riana Raveloarison (256) que Hanitra Ratsimbazafy termine l’épreuve.

Mainmise de Malaza golfy club

Comme il fallait s’y attendre, les golfeurs de Malaza ont dominé la compétition chez les juniors. Disputé également en trois tours, le tournoi a mis, sur la plus haute marche du podium, Ansermet Noé, suivi par ses coéquipiers de Malaza golfy club, Rajena Timoty et Rajerison Rick Valery. Des golfeurs à devenir sur qui, la fédération nationale doit avoir un œil attentif afin que Madagascar, dans un futur proche, parvienne à se hisser en haut du tableau de l’océan Indien.

Pour la catégorie des Pro, dont le championnat s’est déroulé en deux tours sur une journée, les pensionnaires du Rova Andakana restent intouchables. La palme est revenue à E. Roalahy , auteur d’un total de 135, soit neuf au-dessus du par. Excusez du peu. Laza Soa Randrianjafimahandry revêt l’habit de vice-champion (139) et Jean Bà Ramarozatovo termine à la dernière marche du podium.

La soirée de remise des trophées aux méritants, en brut et en net, ainsi qu’aux gagnants des différents concours, a clôturé les trois journées sportives et festives abritées par l’Azura Golf Resort & Spa. Vivement le prochain rendez-vous d’envergure nationale du milieu golfique…

 

Rata

Laissez un commentaire

Assurez-vous d'indiquer les informations obligatoires (*).
Le code HTML n'est pas autorisé.

Fil infos

  • Violences policières à Antsakabary - La vidéo remise en mains propres à la Police
  • Séjour irrégulier au pays - Expulsion confirmée des 12 Pakistanais
  • Propagande présidentielle 2018 - Départ avant l'heure de Hery Rajaonarimampianina
  • Port de Toamasina - La société Mictsl dicte sa loi
  • Corruption au Tribunal d'Anosy - Deux greffiers placés sous mandat de dépôt
  • Villa Elisabeth - Le contractant avec l'Etat, un escroc !
  • Critiques tous azimuts - Le pouvoir Rajaonarimampianina se fait tirer les oreilles
  • Moramanga - Un Français expulse 3 600 Malagasy de leurs terres
  • Lalatiana Rakotondrazafy - « Des choses illogiques dans les propos du Pm »
  • Hery Rajaonarimampianina - Un déplacement « secret » en Angola

La Une

Editorial

  • Noyautage indécent
    A la guerre comme à la guerre ! On attaque. On neutralise. Et tous les moyens sont bons. Le pouvoir en place, en position de force, ne lésine pas sur toutes les astuces pour terrasser l'adversaire, l'opposition. La presse, le quatrième pouvoir dit-on, l'une des armes les plus efficaces entre les mains des deux camps, constitue la cible idéale. Le mode opératoire, vieux comme le monde, consiste à étouffer les médias indépendants ou proches du camp d'en face.

A bout portant

AutoDiff