Publié dans Sport

Football - Elections Caf - Ahmad fait trembler Issa Hayatou

Publié le jeudi, 09 mars 2017

Annoncée par certains de ses détracteurs, notamment locaux, comme une candidature peu crédible, celle déposée par Ahmad au poste de président de la Confédération africaine de football (Caf) devient de plus en plus menaçante pour l’actuel occupant. L’élection prévue se tenir le 16 mars prochain s’annonce serrée. Les faits qui se sont déroulés ces derniers jours dans le continent confortent cette thèse.

Au lendemain de la prise de position du Cosafa (« Council of Southern Africa Football Association »), qui regroupe 14 pays, de soutenir Ahmad, le président de l’association, Philip Chiyangwa a lancé une invitation à l’endroit des présidents de fédération des autres associations à une journée festive au Zimbabwe, après l’assemblée générale ordinaire de la Caf en Afrique du Sud. Une invitation décriée et interdite par l’instance suprême du ballon rond africain qui voit d’un mauvais œil l’initiative. Malgré cette interdiction, la réunion festive a pu se tenir samedi et outre la présence d’une trentaine de présidents de fédération, une dizaine selon la Caf, celle du président de la Fifa, Gianni Infatino, accompagné par la secrétaire générale (Sg), Fatma Samoura, a fortement marqué plus d’un. Ce coup de force réussi par le Cosafa à l’endroit d’Issa Hayatou témoigne que la guerre est bel et bien déclarée entre les deux entités. Autre fait saillant, le démenti apporté par le ministère des Sports de l’Afrique du Sud sur la communication faite par la Caf. Le site de cette dernière aurait mentionné que le président sud-africain, Jacob Zuma, a jeté son dévolu sur Issa Hayatou. Une affirmation réfutée par le Gouvernement de l’Afrique du Sud qui a précisé que la réception d’Issa Hayatou au Palais présidentiel ne signifie en aucun cas un soutien à son endroit. Etant donné que l’Afrique du Sud a abrité l’assemblée générale de la Caf, c’est tout à fait normal que le Président du pays hôte reçoit le numéro « un » de la Caf, précise le communiqué du ministère des Sports. Rien de plus. Au Nigéria, le torchon brûle également entre le ministère des Sports et la fédération nationale. Le président de ce dernier, Amaju Pinnick, n’a pas caché en effet qu’il roule pour le changement à la tête de la Caf. Bien qu’il n’ait pas mentionné directement son soutien à Ahmad, c’est clair comme de l’eau de roche. Cette insinuation est loin de plaire au ministre local des Sports qui a annoncé la semaine dernière que le Nigéria n’a pas encore fixé son choix entre les deux candidats. « La déclaration du président de la fédération (Nnf) n’engage que lui-même et non le Gouvernement », stipule le communiqué envoyé par le ministère à la presse. Mais la réponse du berger à la bergère ne s’est fait pas attendre. En effet, le conseil d’administration de la fédération affirme qu’il donne carte blanche à Amaju Pinnick pour décider sur le choix qu’il juge utile pour le football du Nigéria en particulier et celui de l’Afrique en général. Décidément, l’entrée en lice d’Ahmad à la course pour la présidence de la Caf fait du bruit. « La réélection d’Issa Hayatou annoncée par certains comme acquise, n’est plus certaine à quelques semaines du 16 mars 2017 », prévient un journaliste international. Lui qui enfonce le clou en révélant que la Caf est la seule Confédération encore aux mains d’un rescapé de l’ancien régime de la Fifa, celui de Blatter. Le slogan choisi par Ahmad « Ensemble pour le changement » commence ainsi à faire trembler le camp d’Issa Hayatou.
Rata

Fil infos

  • Ministère des Affaires étrangères - Naina Andriantsitohaina prend congé de ses collaborateurs
  • Fondation d'Andry Rajoelina - Feu vert de la HCC
  • Changement climatique - Madagascar parmi les plus vulnérables
  • Naina Andriantsitohaina - Désormais libre pour la bataille municipale !
  • Loi sur la communication médiatisée - Le Conseil du Gouvernement adopte l'avant-projet de loi sans amendements
  • Face aux enjeux électoraux - Le bateau TIM fait eau de toutes parts
  • Fin de mandat à la Mairie - 18 bourdes de Lalao Ravalomanana dévoilées
  • Football- Fédération nationale - Nicolas Dupuis à la tête de la direction technique
  • Remarques mal placées sur l’âge - Marc Ravalomanana raillé par ses propres partisans
  • Problème de distribution d’eau à Ambatokary - Le calvaire des habitants

La Une

Editorial

  • Etat riche !
    Ntsay Christian, le Premier ministre de consensus, dès le moment où il débarqua à Mahazoarivo, au palais de la Primature, jugea nécessaire l'assainissement de l'Administration. Dans le viseur du PM, le patrimoine de l'Etat dont le parc automobile se trouve, en premier lieu, en ligne de mire. Nanti d'une volonté politique inébranlable, le nouveau Premier ministre a eu le courage d'ouvrir la boîte de Pandore.  

A bout portant

AutoDiff