Publié dans Sport

Football - Election de Ahmad à la Caf - Attention aux désillusions !

Publié le vendredi, 17 mars 2017

« Qu’il qualifie maintenant les Barea de Madagascar à une phase finale de la Coupe d’Afrique des Nations », « On espère un réel développement du football malagasy »… Tels sont , entre autres, les propos et attentes des compatriotes de Ahmad recueillis sur les réseaux sociaux, au lendemain de son élection à la présidence de la Confédération africaine de football (Caf). Des souhaits, somme toute, justifiés pour une Nation qui n’a jamais participé à ce rendez-vous continental.

Toutefois, les observateurs avertis estiment à raison que les Malagasy se trompent de Saint à qui se vouer. En effet, Ahmad est désormais le président de la Caf avec comme principale mission le développement du football africain et non seulement d’une fédération nationale. Avant même l’arrivée de Issa Hayatou à la tête de la Caf, les Lions indomptables du Cameroun avaient déjà un titre continental sur leur palmarès. L’aide au développement pourrait venir de la Caf ou de la Fifa mais la performance d’une sélection nationale incombe entièrement à chaque fédération et plus particulièrement à chaque Etat. A la fin des années 80, la sélection nationale malagasy se rivalise avec celle de l’Egypte, ou du Cameroun. Ce n’était  pourtant qu’un feu de paille et une performance sans lendemain. Les Etats de ces pays sont conscients de l’importance du football dans la vie de leurs administrés et l’ont classé parmi leurs priorités. Ainsi, leur équipe nationale, comme sous d’autres cieux d’ailleurs, est devenue une affaire d’Etat. L’implication de l’Etat se manifeste par les prises en charge des regroupements de l’équipe nationale, de ses déplacements, de son encadrement technique par le biais du paiement des salaires des techniciens et des frais d’approche des expatriés ainsi que les primes appropriées à chaque résultat. Bref, une équipe nationale c’est celle de l’Etat et non plus de la fédération.  A Madagascar, ce n’est pas malheureusement le cas, c’est l’association nationale qui supporte à elle seule ce lourd fardeau. Ses autres obligations sont ainsi de facto délaissées. Attendre ,du président de la Caf ou celui de la Fifa,  la présence des Barea à la phase finale de la Coupe d’Afrique des Nations ou de la Coupe du Monde, s’avère ainsi utopique. Alors gare aux désillusions…
Rata

Laissez un commentaire

Assurez-vous d'indiquer les informations obligatoires (*).
Le code HTML n'est pas autorisé.

Fil infos

  • Interdiction de manifester dans les Provinces - Les porte-paroles du Gouvernement désavoués
  • Mouvement des 73 députés - Rasoamaromaka H. accusé d’atteinte à la sûreté de l’Etat
  • Décision de la HCC - La déchéance ou la loi de la jungle
  • Place du 13 mai - Le mouvement des 73 députés gagne un nouveau souffle !
  • Eglise catholique apostolique romaine - Un quatrième Cardinal pour Madagascar
  • Hery Rasoamaromaka convoqué à la Brigade spéciale - La machine de la répression en marche
  • Dépôt du mémoire en défense - Erreur de calcul monumentale de la Présidence !
  • Grande manifestation des 73 députés - Déballages, carnaval, spectacle au programme ce jour
  • Administrateurs-civils de Madagascar - La coupe est pleine
  • Déchéance - Le Président a sciemment bloqué la mise en place de la HCJ

La Une

Editorial

  • Qu’elle se fâche !
    Un quotidien de la place, proche du régime, titrait à la Une de son journal ce week-end dernier « L’Union africaine se fâche ». Ce média faisait longtemps référence, journalistiquement parlant, dans le pays. Mais depuis que son patron fit allégeance au grand manitou du pouvoir en place, il va à contre-sens du vent qui souffle à travers tout le pays, en ce moment, et change son fusil d’épaule. Petite parenthèse !   Après avoir pris acte des rapports des émissaires dépêchés dans la Grande île, le président de la Commission de l’Organisation de l’Union africaine, Moussa Faki Mahamat, aurait tapé sur la table. En fait, devant l’échec sans appel de la médiation initiée par l’Organisation continentale dirigée sur place par le diplomate algérien Ramtane Lamamra, l’envoyé spécial, en coordination avec Joaquim Chissano, de la SADC et d’Abdoulaye Bathily de l’ONU, l’Union africaine (UA) se fâche. Elle déplore, dit-on, l’« intransigeance » des parties concernées. Vu…

A bout portant

AutoDiff