Publié dans Sport

Golf- Mercedes - Trophy Cup Madagascar L’ultime chance pour Frankfurt !

Publié le vendredi, 31 mars 2017

Acte II! Les golfeurs de la Grande île disputent du 15 au 16 avril le second tour du Mercedes Trophy Cup Madagascar. Comme au tour précédent, les franches explications auront lieu toujours  à l’Azura Golf Resort&Spa de Foulpointe où les participants ainsi que leurs accompagnateurs bénéficieront d’un cadre verdoyant et apaisant. A la clé de ce second tour, trois places pour représenter Madagascar, soit les vainqueurs dans les trois séries, à la finale régionale d’Afrique, abritée par la ville de Frankfurt (Allemagne).

C’est toujours en Allemagne, plus précisément à Stuttgart, que se déroule la finale mondiale  au mois d’octobre prochain. A l’heure actuelle, et ce en se référant aux résultats du premier tour, les vainqueurs ont pour nom Luc Ratsimbazafy (1ere série), Valérie Holmes (2e série) et Ramy Rabenja (3e série). « Ce sont les vainqueurs provisoires dans la mesure où rien n’est encore gagné. Tout peut encore arriver durant les deux journées de compétition du second tour », avance Johary Rakotomalala, directeur commercial du groupe Sicam, représentant de la marque Mercedes à Madagascar. De l’existence de cette dernière chance, des golfeurs n’ayant pas pris part au 1er tour se sont inscrits pour être sur la grille de départ de l’acte II. « Pour établir les résultats finaux, on ne prend en compte que les deux meilleures journées de chaque compétiteur », précise Johary Rakotomalala lors de la présentation officielle hier du 2nd tour du Mercedes Trophy Cup Madagascar. Ainsi à quelques jours du début de la compétition, 65 golfeurs figurent sur la liste des partants, soit trente de plus que le précédent tour. L’inscription toujours ouverte jusqu’au 12 avril, d’autres viendront certainement grossir la liste des engagés. Avec des nouveaux concurrents en lice en plus des « anciens » qui veulent refaire leur retard, Luc Ratsimbazafy, Valérie Holmes et Ramy Rabenja, devront batailler dur afin de conserver leur avance et d’estampiller pour de bon leur billet pour la finale continentale. En outre la compétition proprement dite, l’intérêt se réside à l’épreuve de trou-en-un au numéro 14. Une Mercedes-Benz Suv Gla 250 constitue le gros lot à cette épreuve. Des équipements de golf griffés par la marque allemande attendent les autres méritants du tournoi. A noter que les golfeurs désirant de s’héberger à l’Azura bénéficieront d’une remise exceptionnelle. Tous les ingrédients pour passer un week-end pascal et golfique sont ainsi réunis…
Rata

Laissez un commentaire

Assurez-vous d'indiquer les informations obligatoires (*).
Le code HTML n'est pas autorisé.

Fil infos

  • Privation de discours à Vohipeno - La colère très mal placée de Hery Rajaonarimampianina
  • Déplacements de Marc Ravalomanana et Andry Rajoelina - Le régime aux abois
  • Manifestations publiques interdites - Les catholiques font de la résistance
  • Régime Hvm - S’expliquer pour mieux couler !
  • Rencontre avec les Tananariviens - Manifestation des députés Tim -Mapar maintenue
  • Ramena – Antsiranana II - Abus de pouvoir d’un ancien maire
  • Conjoncture politique - Prédiction d’une semaine… « révolutionnaire » !
  • Ihanta Randriamandranto - « Non à l’anarchie, remettons de la discipline »
  • Rapport des députés du TIM et du MAPAR - Rendez-vous avec les Tananariviens ce samedi à l’Hôtel de ville
  • De Mahajanga à Vohipeno - Week-end noir de Hery Rajaonarimampianina

La Une

Editorial

  • Le mensonge d’Etat
    Richard Yung, sénateur français de « la république en marche », de passage au pays, déclarait à l’issue d’une interview qu’il avait accordée à un quotidien de la place que « la France n’a pas de candidat ». Une déclaration qui laissait évasifs et perplexes les analystes des relations existant entre la France et l’Afrique les cinquante dernières années. Certains même la qualifient de dilatoire. En fait, Mr Yung corrobore ce que le nouveau locataire de l’Elysée, Emmanuel Macron, annonçait devant les étudiants burkinabé à Ouagadougou le 28 novembre 2017 selon lequel « qu’il n’y avait pas de politique africaine de la France ».

A bout portant

AutoDiff