Publié dans Sport

Football - Coupe de la Confédération - La Cnaps Sport évite le pire

Publié le dimanche, 09 avril 2017

Reversée en 16e de finale de la Coupe de la Confédération de la Caf, après son élimination au 2e tour de la ligue des champions, la Cnaps Sport a évité de justesse le pire samedi sur son terrain de Vontovorona. Là où elle a accueilli pour le compte du match-aller la formation angolaise de Recreativo Deportivo. La confrontation entre les deux équipes s’est soldée sur un score de parité d’un but. Le public venu assister à la rencontre a été à deux doigts de rentrer la tête basse dans la mesure où, à la fin du temps réglementaire, le score board indiquait un but d’avance en faveur de l’équipe visiteuse.

Ce n’est que dans le temps additionnel que Njiva, l’attaquant international malagasy, a réussi à marquer le but égalisateur permettant aux spectateurs locaux ainsi qu’au camp de la Cnaps Sport de pousser un ouf de soulagement. Une seconde défaite successive en un mois des champions de Madagascar aurait donné un coup de massue sur la tête des amoureux de la balle ronde malagasy, revigorés pourtant par le beau succès à domicile de leur équipe nationale face au Sao Tomé-et-Principe. Samedi, l’équipe angolaise qui est loin toutefois d’être un foudre de guerre a ouvert la marque à la 67e minute. C’est l’œuvre de Julsy Boukama Kaya qui, à la suite d’une attaque pas très dangereuse de son équipe, se trouvait comme par hasard seul devant le portier malagasy, Jolce. Malgré une prestation irréprochable auparavant, celui-ci a dû s’avouer vaincu face à ce «  un contre un » et encaisse du coup son premier but dans un match international. Jolce a en effet disputé samedi sa toute première rencontre continentale et ce du « forfait volontaire » de Leda qui apparemment ne s’est pas encore remis des critiques acerbes sans fondement  à son endroit lancées par des spectateurs à l’issue du match contre le Coton Sports du Cameroun. Après cette ouverture de la marque, une douche froide pour les Malagasy, la Cnaps Sport se ruait à l’attaque. Mais comme les innombrables tentatives durant la première période, elles sont rendues vaines soit par le gardien de but angolais, soit par les finitions qui laissent à désirer. La Cnaps Sport a eu en effet au moins cinq fois l’occasion d’ouvrir le score et de l’alourdir mais le réalisme lui a fait cruellement défaut. Il a fallu le raid solitaire perpétré par Njiva dans le temps additionnel pour que l’abnégation soit enfin couronnée de succès. Après avoir passé en revue trois défenseurs angolais, l’homme du match du côté de la Cnaps Sport, adressait un tir dont il a le secret pour marquer le but égalisateur.Un résultat nul qui compromet la chance, sans pour autant l’annihiler, de la Cnaps Sport de passer à l’étape suivante. L’absence de quatre titulaires et la pression permanente du public, tels sont entre autres les arguments valables expliquant la prestation en demi-teinte de l’équipe malagasy samedi. Une situation qui ne sera plus de mise à la seconde confrontation à tenir dans quelques jours en Angola, ce qui pourrait ainsi changer la donne. Croisons les doigts.
Rata

Laissez un commentaire

Assurez-vous d'indiquer les informations obligatoires (*).
Le code HTML n'est pas autorisé.

Fil infos

  • Présidence de la République La crise de confiance étalée au grand jour
  • Affaire Houcine Arfa - « Que le Bianco se saisisse des dénonciations ! »
  • Perception de droit de visa par Ametis - Un détournement de deniers publics
  • Calendrier des élections- Un suspense inquiétant
  • Trafic de personnes vers la Chine - Une fille malgache vendue à 24 millions d’ariary
  • Hery Rajaonarimampianina - Miser beaucoup sur l’énergie
  • Visas aux frontières - Piraterie publique-privée sur les 200 milliards de recette annuelle
  • Voyage en France - Marc Ravalomanana libre comme l’air !
  • Toamasina - Narson Rafidimanana refait surface
  • Investissement en 2018 - Madagascar au fond des abîmes

Editorial

  • Quid du logement !
     Le cyclone tropical Ava frappa durement l’île d’est en ouest et laissa d’importants dégâts. Pertes en vies humaines, destructions des infrastructures de base,  cultures vivrières endommagées et demeures en désolation. En gros, un douloureux bilan.  Le cas hypothétique des habitations humaines nous attire particulièrement l’attention  dans cette colonne. A chaque fois qu’une tempête ou autre débarque, on s’empresse souvent à noter, après avoir constaté les dégâts humains, les ravages des maisons d’habitation. Des milliers de sans abris ne trouvaient où se réfugier. Il faut souligner qu’avec le travail et la nourriture, la demeure humaine ou l’abri fait partie des trois besoins basiques de l’homme. Les indicateurs de base de la pauvreté se concentrent surtout à ces trois éléments incontournables. Domaines où la plupart des dirigeants politiques, inaptes et incompétents, trébuchent. Des écueils où ils ne parviennent jamais à surmonter. La politique du logement n’existe nulle part ailleurs.

A bout portant

AutoDiff