Publié dans Sport

Sport auto - Fédération nationale - Des dérapages incontrôlés !

Publié le vendredi, 09 juin 2017

La conduite dangereuse des dirigeants de la Fédération du sport automobile de Madagascar (Fsam) continue. A force d’appuyer trop fort sur le champignon, le staff dirigeant perd le contrôle du véhicule et  est en passe d’effectuer des dérapages mal maîtrisés.

Le premier communiqué de presse de la Fsam, paru en milieu de semaine, en témoigne. Le linge sale de la famille du sport automobile se lave désormais en public. Ce communiqué traite les sanctions infligées par le conseil de discipline aux quatre membres actifs du milieu qui, dans un passé récent, ont occupé divers postes au sein de la Fédération. D’après cette version officielle de l’instance dirigeante du sport mécanique malagasy, ces  « déstabilisateurs », comme la fédération les qualifie d’ailleurs, écopent de suspension ferme de leur licence pour une durée de un et de deux ans. Avant que ces « déstabilisateurs » passent leur audition devant le conseil de discipline, trois d’entre eux ont été privés de la première manche du championnat de Madagascar des rallyes dans la mesure où leur licence respective, renouvelée pourtant quelques jours auparavant, a été retirée la veille du départ du rallye. Un règlement de compte ayant fait bondir leurs sponsors qui ont vu leurs poulains bloqués sur la grille de départ. La genèse de l’affaire a trait aux dénonciations faites par ces quatre personnes concernant la gestion financière de la Fsam et particulièrement celle concernant la subvention octroyée par la Fédération internationale (Fia).  Afin de régler ce problème, les antagonistes se sont convenus à un retrait des plaintes et à la démission du président de la fédération. Une convention acceptée par tous mais une des parties s’est rebiffée ensuite. L’audit du compte de la fédération a été considéré comme la meilleure solution pour aplanir les divergences et lever les doutes quant à l’utilisation à bon escient de cette aide financière internationale. Le cabinet identifié, tout le monde s’est attendu à ce que la première sortie officielle de la Fsam traite ce sujet brûlant, source de la discorde. A savoir, la conclusion de l’audit effectué par ce cabinet. Déception totale des uns et des autres, le communiqué de la Fsam ne traite que le désarroi de celle-ci et les sanctions infligées aux lanceurs d’alerte. Aucun mot sur le résultat de l’audit tant attendu qui pourrait pourtant rendre la justice à ceux qui se sentent lésés et diffamés. Les bribes d’informations, non officielles, affirment en effet que cet audit, malgré l’insistance de l’auditeur, n’a pas encore commencé. La partie à auditer traîne les pas et ne semble pas disposer à coopérer. Plus d’un s’interrogent ainsi sur cet attitude des dirigeants de la fédération, or c’est l’unique voie à emprunter pour redorer le blason de celle –ci ternie par  « la campagne de déstabilisation  et de dénigrement » perpétrée par les quatre personnes incriminées.

 Rata

Laissez un commentaire

Assurez-vous d'indiquer les informations obligatoires (*).
Le code HTML n'est pas autorisé.

Fil infos

  • Corruption dans l’administration - Un maire et un géomètre sous détention provisoire
  • Destitution de Robert Mugabe - Leçon à retenir pour les Présidents amoureux !
  • Docteur honoris causa - Qui a induit en erreur Hery Rajaonarimampianina ?
  • Mauvaise gouvernance - Les Evêques dénoncent les mensonges et la démagogie en haut lieu
  • Séjour irrégulier à Madagascar - L'Etat joue avec le feu
  • Ambanja - Recrudescence de vol de vanille immature
  • Affaire « Villa Elisabeth » - Plusieurs individus auditionnés par le Bianco
  • Salon international de l'habitat - Evolution du professionnalisme des acteurs de la construction
  • Antsakabary - L'exaction policière filmée
  • Coliseum Antsonjombe - La Première dame snobe les collégiens

Editorial

  • De façon draconienne !
     Les grands pays occidentaux, au tout début de l’industrialisation et du grand boum des activités industrielles entre les 18e et 19e siècles, furent des pays d’accueil. En effet, la révolution industrielle qui exigeait pour une pleine expansion et une rentabilité rapide demandait une main-d’œuvre abondante et …moins chère. Les Etats-Unis, l’Angleterre et la France, à titre d’exemple, recevaient à bras ouverts les migrants arrivés sur leurs sols.

A bout portant

AutoDiff