Publié dans Sport

Football - Le référendum catalan divise aussi le sport espagnol

Publié le lundi, 02 octobre 2017

Alors que la Catalogne vote ce dimanche pour un référendum sur la question de l’indépendance déclaré illégal par Madrid, de nombreux sportifs se sont positionnés sur le sujet. A l’image de la société ibérique, ils sont profondément divisés sur une potentielle indépendance de la Catalogne qui pourrait avoir des conséquences énormes sur le sport espagnol.

Le monde du sport reste souvent bien silencieux sur les questions politiques, mais pas cette fois. Alors que la Catalogne est appelée à voter ce dimanche 1er octobre pour un referendum sur l’indépendance de la région, un référendum déclaré illégal par le gouvernement de Madrid, de nombreux sportifs catalans ont apporté leur soutien au « oui », et ce même si cela pourrait avoir de grande conséquence pour le sport catalan. Le président de la Ligue de football professionnelle espagnole, Javier tebas, a déjà affirmé que « les clubs catalans ne pourront pas jouer en Liga si l’indépendance est prononcée ». Une déclaration qui n’a pas empêché Gerard Piqué de prendre position en faveur du « oui », tout comme son club, le FC Barcelone, très attaché à l’identité catalane.
« Je n’imagine pas une Liga espagnole sans Barcelone »
« À partir d’aujourd’hui et jusqu’à dimanche, nous nous exprimerons pacifiquement. Ne leur donnons aucune excuse. C’est ce qu’ils veulent. Et chantons haut et fort. Nous voterons », a-t-il tweeté. Une prise de position claire en catalan dans le texte, en faveur du référendum sur l’indépendance, pourtant interdit par la justice espagnole. Son partenaire en sélection et meilleur ennemi en club, le défenseur du Real Madrid, Sergio Ramos, n’a pas tardé à lui répondre. « Le tweet de Piqué n’est peut-être pas la meilleure chose à faire si tu ne veux pas être sifflé. Et ce n’est peut-être pas ce qu’il y a de mieux pour le groupe (de l’équipe d’Espagne), mais chacun est libre de dire ce qu’il pense », a expliqué le Madrilène. En Espagne, le débat est tellement âpre qu’il a obligé, Zinedine Zidane, l’entraîneur français du Real, la plupart du temps peu prolixe lorsqu’il s’agit de parler politique, à sortir de sa réserve. « Je n’imagine pas une Liga espagnole sans Barcelone. Je ne l’imagine pas, en tant que passionné de football, a affirmé début septembre l’ancien joueur de l’équipe de France. Le Barça doit rester pour toujours dans ce Championnat. Je ne sais pas ce qui va se passer exactement. Il y a des gens pour, des gens contre, c’est un débat compliqué. Mais je ne l’imagine pas. J’espère que cela n’arrivera pas et je ne le souhaite pas ».
Quand la Catalogne remporte la Coupe du monde
Elevé au rang de religion dans la péninsule ibérique, le football serait incontestablement le premier sport à pâtir d’une possible indépendance de la région. La Catalogne possède depuis 1912 une sélection régionale non reconnue par la Fifa et les tensions entre joueurs du Real Madrid et les Catalans du FC Barcelone en sélection espagnole sont un secret de polichinelle. Cela n’a d’ailleurs pas empêché l’Espagne de remporter la Coupe d’Europe, puis la Coupe du Monde en 2010. A l’issue de la compétition, les Barcelonais Carles Puyol et Xavi avaient d’ailleurs brandi le trophée d’une main et le drapeau catalan de l’autre. Les supporters catalans les plus chauvins ne se gênaient pas à l’époque pour affirmer que c’était la Catalogne qui avait remporté la Coupe du monde, tant les joueurs du Barça avaient influé sur le résultat final.

Laissez un commentaire

Assurez-vous d'indiquer les informations obligatoires (*).
Le code HTML n'est pas autorisé.

Fil infos

  • « China-Africa Investment Forum » à Marrakech - Andry Rajoelina au rendez – vous des décideurs
  • Politique étrangère du régime Rajaonarimampianina - Au ras des pâquerettes !
  • Gouvernement - Mamy Ratovomalala pressenti ministre
  • Trafic de bois de rose - Un colonel et un ex-chef de District déférés devant la Chaîne pénale
  • Ressources minières - Madagascar, premier exportateur mondial de saphir
  • Assaut de la prison d’Ikongo - Condamnation unanime des magistrats et des pénitentiaires
  • Pension de retraite pour les parlementaires - Bottée en touche par l’Exécutif
  • Féculerie de Marovitsika Moramanga - Vive tension autour des terrains agricoles
  • Affaire de Claudine Razaimamonjy - Un ancien responsable des marchés publics en prison
  • Refus d’une décision de justice - 800 personnes prennent d’assaut la prison d’Ikongo

La Une

Editorial

  • Canular !
     Et la farce continue. De mascarade en mascarade, les hommes du pouvoir mènent en bateau les 25 millions de Malagasy. Des numéros, très maladroitement interprétés, au lieu d’égayer la galerie, offusquent. La comédie vire à la pitrerie. La sauce mayonnaise tourne. C’est raté ! Iavoloha, mordicus et contre vents et marées,  persiste et signe de sa volonté à tripoter la Constitution. Ayant butté à une fin de non recevoir de la part des partenaires nationaux soutenus par la Communauté, les dirigeants aux cravates bleues ne désarment point. Pour contourner la chose, ils sont en train de mettre sur pied une nouvelle tactique. En effet, Iavoloha passe le relais aux parlementaires patentés au pouvoir. Les députés et sénateurs  proches du régime cogitent un plan machiavélique en vue de « toucher » à la Loi fondamentale. 

A bout portant

AutoDiff