Publié dans Sport

Football - Fc - Rabaza Les dirigeants risquent gros

Publié le jeudi, 12 octobre 2017

Vainqueur du Cosfa en huitièmes de finale de la Coupe de Madagascar, 1-0, le Fc Rabaza n’est pas pourtant apte à jouer le quart de finale de ce dimanche
à Fianarantsoa. Et pour cause, il a été disqualifié par la fédération nationale par le biais d’une de ses commissions saisies par la  réserve émise avant la rencontre des huitièmes de finale par le Cosfa. Après études de cette réclamation, l’association nationale a donné gain de cause au Cosfa et ayant par la suite déclaré le Fc Rabaza, battu sur table. Ce dernier a été accusé par le Cosfa d’avoir inscrit sur la feuille de match et fait jouer des joueurs non qualifiés, faute de mutation.
Depuis cette décision, les dirigeants du Fc Rabaza sont maintes fois sortis de leur silence à travers les conférences de presse pour dénoncer ladite décision. Et pire, à leur dernière sortie, les dirigeants du club ont martelé que leurs joueurs fouleront la pelouse du stade d’Ampasambazaha pour disputer le match. Pour eux, cette décision fédérale est ainsi nulle. Une désobéissance qui risque de coûter gros à ces dirigeants qui, à la lumière des explications de la fédération, ne maîtrisent pas les règlements
régissant le transfert des joueurs au niveau national qu’international.


D’après les dirigeants du Fc Rabaza, les quatre joueurs incriminés par le Cosfa sont en règle. Deux sont issus de l’Iarivo Fc et ont été enrôlés par le Fc Rabaza à titre de prêt. Malheureusement pour ces dirigeants, cette pratique qui se fait ailleurs, notamment chez les pro, ne se fait pas à Madagascar. Donc le prêt n’est pas synonyme de mutation. Pour les deux autres éléments qui viennent respectivement des Seychelles et de l’île de La Réunion, ils n’ont pas le certificat de transfert international. Une attestation de libération des clubs quittés est en effet insuffisante, il faut ce document de transfert international. D’ailleurs, c’est une obligation de la Fifa que tous les joueurs doivent respecter, qu’ils se prénomment  Messi, Neymar, Jimmy, Karim ou autres. Quand ces éléments du Fc Rabaza étaient partis de Madagascar, la fédération nationale leur avait délivré ce certificat de transfert international. Ainsi, avant de jouer dans une équipe malagasy, ces joueurs devront demander auprès de la fédération seychelloise ainsi que celle de la France ce certificat de transfert international. Il est tout à fait normal  que la fédération a sanctionné le Fc Rabaza. Reste à savoir si les dirigeants de ce club sont depuis conscients de leur non maitrise des lois en vigueur dans le milieu du football et décident de faire machine arrière de leur forcing sans issue de ce dimanche.
Rata

Laissez un commentaire

Assurez-vous d'indiquer les informations obligatoires (*).
Le code HTML n'est pas autorisé.

Fil infos

  • « China-Africa Investment Forum » à Marrakech - Andry Rajoelina au rendez – vous des décideurs
  • Politique étrangère du régime Rajaonarimampianina - Au ras des pâquerettes !
  • Gouvernement - Mamy Ratovomalala pressenti ministre
  • Trafic de bois de rose - Un colonel et un ex-chef de District déférés devant la Chaîne pénale
  • Ressources minières - Madagascar, premier exportateur mondial de saphir
  • Assaut de la prison d’Ikongo - Condamnation unanime des magistrats et des pénitentiaires
  • Pension de retraite pour les parlementaires - Bottée en touche par l’Exécutif
  • Féculerie de Marovitsika Moramanga - Vive tension autour des terrains agricoles
  • Affaire de Claudine Razaimamonjy - Un ancien responsable des marchés publics en prison
  • Refus d’une décision de justice - 800 personnes prennent d’assaut la prison d’Ikongo

La Une

Editorial

  • Canular !
     Et la farce continue. De mascarade en mascarade, les hommes du pouvoir mènent en bateau les 25 millions de Malagasy. Des numéros, très maladroitement interprétés, au lieu d’égayer la galerie, offusquent. La comédie vire à la pitrerie. La sauce mayonnaise tourne. C’est raté ! Iavoloha, mordicus et contre vents et marées,  persiste et signe de sa volonté à tripoter la Constitution. Ayant butté à une fin de non recevoir de la part des partenaires nationaux soutenus par la Communauté, les dirigeants aux cravates bleues ne désarment point. Pour contourner la chose, ils sont en train de mettre sur pied une nouvelle tactique. En effet, Iavoloha passe le relais aux parlementaires patentés au pouvoir. Les députés et sénateurs  proches du régime cogitent un plan machiavélique en vue de « toucher » à la Loi fondamentale. 

A bout portant

AutoDiff