Publié dans Sport

Athlétisme : Comité Olympique Malagasy - La FMA attend les sanctions

Publié le dimanche, 29 octobre 2017

Le Comité Olympique Malagasy n’a pas le droit de sanctionner ou de suspendre les membres de la Fédération malagasy d’Athlétisme  (F.M.A), selon une décision prise par l’assistance lors de l’Assemblée Générale Ordinaire tenue à Toliara le vendredi 27 octobre dernier.  Une décision qui vise la suspension du président de la FMA, Norolalao Ramanantsoa et son vice-président Hubert Rakotombelontsoa ainsi que  Jean de La Croix Mahatana, conseiller et non moins  entraîneur national. Ces trois membres de la FMA sont interdits de s’impliquer dans l’administration de l’Athlétisme d’après le COM.

« Premièrement, nous n’avons reçu aucune notification concernant ces sanctions  au niveau du C.O.M. Nous attendons la tombée officielle de ces sanctions avant de répliquer.  Par ailleurs, au niveau national nous sommes sous la tutelle du Ministère de la Jeunesse et des Sports (M.J.S), tant au niveau international, nous sommes sous le parrainage du l’I.A.A.F (International Athletics Association Fédération). Seules ces deux instances ont le droit de suspendre ou de sanctionner les membres de la FMA. De plus nous avons notre règlement intérieur qui régit les membres. Donc ce n’est pas le rôle du COM de sanctionner l’un des membres », réplique Norolalao Ramanantsoa, président de l’Athlétisme malgache après l’annonce de cette décision dans les médias nationaux.  Bien
évidemment, « la FMA ne présentera aucune excuse publique d’après la recommandation du C.O.M », rajoute notre interlocuteur.
Rappelons que le problème entre l’Athlétisme et le C.O.M remonte au mois de novembre 2016 lors de l’élection de la Fédération Malagasy d’Athlétisme. Le président du Comité olympique national malgache, Siteny Randrianasoloniako, présent sur place, n’était pas autorisé par l’équipe organisatrice de l’AGE, à assister à la séance, et a attendu dehors comme les journalistes. Cet incident  ne date pas d’hier. Faut-il rappeler que, l’ancien président du Comité Olympique, feu Mamy Rakotoarivelo n’était pas aussi autorisé à assister à l’élection de la FMA au Restaurant Muraille de Chine à Soarano,  à l’époque de Christian Razafimahefa. Après la cérémonie d’ouverture, il a eu droit à un court discours d’inauguration et ensuite le comité d’organisation de l’élection l’a prié de quitter les lieux.
Il est à rappeler aussi que durant l’AGO du C.O.M, un amendement a été porté au statut de ce comité national olympique. Désormais, ses membres ont le droit d’assister que ce soit A.G.O ou A.G.E de chaque fédération membre avec le MJS.  Durant cette A.G.O, le Handball, absent et le Boxe ont aussi reçu des avertissements de la part de leurs instances internationales respectives. Notons que l’Athlétisme, Pétanque, Football et Handisport n’ont pas assisté à l’AGO. Quatre nouvelles disciplines  (Tir à l’arc, body building, escrime et triathlon) sont d’ores et déjà membres à part entière du C.O.M
E.F.

Laissez un commentaire

Assurez-vous d'indiquer les informations obligatoires (*).
Le code HTML n'est pas autorisé.

Fil infos

  • Présidence de la République - Démission de Hery Rajaonarimampianina dans dix mois
  • Souffrances de la population malagasy - Le Parlement européen fait mieux que le nôtre
  • Violences policières à Antsakabary - La vidéo remise en mains propres à la Police
  • Séjour irrégulier au pays - Expulsion confirmée des 12 Pakistanais
  • Propagande présidentielle 2018 - Départ avant l'heure de Hery Rajaonarimampianina
  • Port de Toamasina - La société Mictsl dicte sa loi
  • Corruption au Tribunal d'Anosy - Deux greffiers placés sous mandat de dépôt
  • Villa Elisabeth - Le contractant avec l'Etat, un escroc !
  • Critiques tous azimuts - Le pouvoir Rajaonarimampianina se fait tirer les oreilles
  • Moramanga - Un Français expulse 3 600 Malagasy de leurs terres

La Une

Editorial

  • Nuisible réseau
    Contre-productif. Le réseau de la filière « riz » va à l’encontre de la saine production de cet aliment de base des 24 millions de Malagasy dans le pays. Au lieu de jouer le rôle de levier à la croissance, il fait obstacle. La population souffre, de manière chronique, de l’insuffisance de ce produit vital pour la consommation quotidienne. Le « kapoaka » ou le kilo s’achète à prix d’or sur le marché.

A bout portant

AutoDiff