Publié dans Sport

Football-Thb Ligue des champions - Refus de jouer les matches retour de 3 équipes à Fianarantsoa

Publié le mercredi, 01 novembre 2017

Les équipes veulent limiter leurs dépenses. Telle serait la première raison du refus des trois clubs de jouer la manche retour de la Poule des As du Thb Ligue des champions, prévue les 8, 10, 12 novembre prochains dans la capitale Betsileo. Une décision de la fédération selon une lettre, qui date du 26 octobre. Ces trois clubs sont l'Elgeco Plus et Cosfa Analamanga ainsi que le Hzam Amparafaravola d'Alaotra Mangoro. Les trois clubs réclament le report de cette phase retour et sa délocalisation à Antananarivo. L'instance du football a imposé cette décision sans le consentement des clubs concernés. Pourtant les règlements de compétition ont initialement prévu ce deuxième tour à Antananarivo du 12 au 19 novembre d'après les dirigeants des clubs.

« Nous avons dépensé au moins 4 millions d'ariary de budget requis durant la phase aller. Et là, la Fédération malagasy de football (Fmf) n'a pu nous donner que 300 mille  ariary comme compensation. Ce qui est loin de notre manque à gagner. Effectivement, pour diminuer nos dépenses, il serait préférable pour nous de délocaliser tous les matches à Antananarivo pour l'intérêt de tous », lance l'un des présidents des clubs. Il dénonce également l'égoïsme des dirigeants de la fédération. Ce sont les éventuels changements répétitifs comme ceci qui entravent au développement du football. Par ailleurs si la Fifa (Fédération internationale de football) impose un repos de 48heures entre chaque match, la fédération ne nous laisse que 24heures d'intervalle entre chaque journée.
« Si c'est à cause de l'épidémie de peste que la rencontre a été située à Fianarantsoa, on a déjà découvert aussi des cas confirmés de cette maladie dans la Région Haute Matsiatra. Il y avait déjà des morts et des malades sur place. Donc, nous réclamons de jouer la manche retour à Mahamasina même si celle-ci devra se disputer à huis clos pour l'intérêt général de la Nation », renchérit notre interlocuteur.
Une lettre lançant un ultimatum de 48heures, qui devra prendre fin ce jeudi 2 novembre, a été adressée à la Fmf, sinon les trois clubs prendront une décision si la destinataire ne donne pas de réponse. Les dirigeants de ces trois clubs ont organisé une rencontre avec la presse sportive ce mardi dernier au Live hôtel Andavamamba pour annoncer leur doléance. Rappelons que la quatrième équipe en lice dans ce championnat de Madagascar est la Cnaps Sport Itasy.
Par ailleurs, ils dénoncent aussi le favoritisme à l'endroit de l'un des clubs participants au dernier carré de ce champion. Le calendrier dévoilé par la Fmf a mis la puce à l'oreille des trois clubs. Durant les trois journées de compétition, la Cnaps Sport jouera tous ses matches en deuxième heure de chaque programme. Pour eux, tous les clubs devront être traités sur le même pied d'égalité.
Elias Fanomezantsoa

Laissez un commentaire

Assurez-vous d'indiquer les informations obligatoires (*).
Le code HTML n'est pas autorisé.

Fil infos

  • Andry Rajoelina contre l’insécurité - L’arrêt de l’exportation bovine en perspective
  • Région Menabe - La mafia des bois précieux fait parler d’elle
  • Atteinte à la sûreté intérieure de l'Etat - Pety Rakotoniaina de nouveau en prison
  • Election présidentielle - Narson Rafidimanana et 150 maires séduits par le programme de Rajoelina
  • Déstabilisation et manœuvres de coup d'Etat - Des mains étrangères au cœur des soupçons
  • Conseil du Fampihavanana Malagasy - Perte de crédibilité confirmée !
  • Permis et carte grise biométriques - Accusés, levez-vous !
  • Antoko Repoblikanina - Le dernier- né des partis politiques à Madagascar
  • Mbola Rajaonah, le pestiféré - Sur les traces de Claudine Razaimamonjy
  • Trafic de bois précieux au Vakinankaratra - Deux femmes proches de Rajaonarimampianina dans le coup

La Une

Editorial

  • HVM, que reste-t-il ?
    Alors que toutes les formations politiques, du moins celles dignes de leur stature, resserrent les rangs pour affronter la course en vue de la magistrature suprême, le parti du Président démissionnaire Hery Rajaonarimampianina s’effrite. Le parti au pouvoir va en ordre dispersé.  Les démissions se succèdent. Une défection cache une autre ! A ce rythme, le parti présidentiel, une formation politique, sûre de sa puissance, à  l’époque, et qui défiait avec un certain orgueil et d’une fierté, mal placée, les autres serait d’ici peu une carcasse d’ossements, sans âme, ni corps,  l’ombre de lui-même ! Les « départs définitifs » se poursuivent. Et la liste n’est pas exhaustive !

A bout portant

AutoDiff