Publié dans Sport

Football-Elgeco Plus - Le président dans une zone de turbulence

Publié le mercredi, 10 janvier 2018

Les lignes de combat se sont formées.  Les sanctions sont tombées pour le Club Elgeco Plus Analamanga, il y a trois semaines. La commission d'éthique de la FMF a frappé fort. Le Club écopait  2ans de suspension dans la sphère du football. Une lettre  a été envoyée,  il y a trois  semaines, au  club pour l'informer de cette décision. Mais le président du club nie avoir reçu cette lettre officiellement.  En effet, celle-ci fait suite au plus gros scandale ayant jamais touché le football malagasy  commis par Alfred Andriamanampisoa, président du Club qui, selon des sources, serait un conseiller du Premier ministre Mahafaly Olivier Solonandrasana et proche du président de la République Hery Rajaonarimampianina.

Pour rappel, il a poussé sans ménagement  à la tribune officielle le président de la ligue de football d'Itasy et non moins chef de région de cette localité. Celui-ci a fait une chute en dévalant les quelques marches de la tribune du stade d'Ampasambazaha de Fianarantsoa et a fini sa chute en bas, la tête en premier, lors de la dernière journée de la Poule des As THB Ligue des Champions opposant Elgeco Plus Analamanga et CNaPS Sport Itasy. Une situation qui a suscité l'indignation des témoins pour l'humiliation faite à un représentant de l'Etat. Et c'est surtout pour un comportement du soi-disant conseiller du Premier ministre et un futur candidat Hvm à la députation à Antsirabe II.  Selon notre source, l'affaire se trouve aujourd'hui entre les mains de la justice. 
Le risque que peut encourir le président du club sur tous les fronts est gros. Vu que le patron d'Elgeco Plus, est prétendant à la présidentielle de la fédération malagasy de Football (FMF).
Et comme si cela ne suffisait pas, l'image d'Alfred Andriamanampisoa et ses alentours pourrait être plus, sérieusement entachée.  Actuellement, malgré l'existence avec témoins oculaires de son forfait, il a fait recours, en faisant  usage de son influence politique pour pouvoir faire avorter sa sanction. Dans ce sens, il use de tous les moyens pour arriver à ses fins vis-à-vis  de la Commission électorale nationale en vue de sa candidature à la tête de la FMF. Il y a quelques jours, Alfred Andriamanampisoa a été vu autour d'un petit déjeuner, dans un Grand Hôtel de la Capitale, avec une  personnalité de la CAF et Ludovic Lomotsy, le conseiller Juridique d'Ahmad.
La balle est dans le camp de la FMF, car le processus de levée des sanctions ne reviennent qu'à cette instance. De quelque nature que ce soit, cela pourrait entacher la crédibilité  de la fédération. Et si tous les présidents des clubs sportifs commettent les mêmes actes ?
Elias Fanomezantsoa

Laissez un commentaire

Assurez-vous d'indiquer les informations obligatoires (*).
Le code HTML n'est pas autorisé.

Fil infos

  • Prétendu « achat de voix » pendant la propagande - Un candidat répond aux observateurs européens
  • Visite de Ravalomanana aux Barea - Une offense au football malagasy
  • Fianarantsoa I, Mananjary … - Des preuves flagrantes de manipulation de voix
  • Insécurité urbaine - Nassir de Conforama kidnappé
  • Anomalies électorales - Le camp Rajoelina saisira la HCC
  • Trafic à la douane - Mbola Rajaonah interdit de sortie du territoire
  • Représentant auprès de la CENI - Le camp Rajoelina plie bagage
  • Haingo Rasolofonjoa - « Il faut préserver avant tout la paix sociale dans ce contexte difficile »
  • District de Tsaratanana - Un kidnappeur notoire éliminé
  • Distribution d’argent - Démenti formel des Ampanjaka

Editorial

  • Flou déroutant !
    Pour des raisons qui restent à définir sinon à  éclaircir, la CENI s’entête à œuvrer dans un cadre embrouilliaminique. Le manque de visibilité dans lequel les travaux relatif aux décomptages et aux traitements des voix issues de l’élection présidentielle du 7 novembre 2018 s’effectuent, irrite les esprits. L’entêtement de l’équipe du Maitre Hery Rakotoarimanana à continuer de publier des contestés déconcertent plus d’un. Elle juge inappropriée la requête des proches collaborateurs de certains candidats, entre autres ceux du MAPAR d’Andry Nirina Rajoelina, de revoir le mécanisme de traitement des procès-verbaux (P.V.) émanant directement des Bureaux de vote (B.V.). Les décalages sont flagrants ! Il se trouve que le candidat n° 13 soit  le plus perdant dans cet imbroglio. Mais en fin de compte, la majorité des candidats se sentent tous lésés à travers ce mic-mac. Mais, la CENI ne veut rien en savoir ! 

A bout portant

AutoDiff