Publié dans Sport

Football-Elgeco Plus - Le président dans une zone de turbulence

Publié le mercredi, 10 janvier 2018

Les lignes de combat se sont formées.  Les sanctions sont tombées pour le Club Elgeco Plus Analamanga, il y a trois semaines. La commission d'éthique de la FMF a frappé fort. Le Club écopait  2ans de suspension dans la sphère du football. Une lettre  a été envoyée,  il y a trois  semaines, au  club pour l'informer de cette décision. Mais le président du club nie avoir reçu cette lettre officiellement.  En effet, celle-ci fait suite au plus gros scandale ayant jamais touché le football malagasy  commis par Alfred Andriamanampisoa, président du Club qui, selon des sources, serait un conseiller du Premier ministre Mahafaly Olivier Solonandrasana et proche du président de la République Hery Rajaonarimampianina.

Pour rappel, il a poussé sans ménagement  à la tribune officielle le président de la ligue de football d'Itasy et non moins chef de région de cette localité. Celui-ci a fait une chute en dévalant les quelques marches de la tribune du stade d'Ampasambazaha de Fianarantsoa et a fini sa chute en bas, la tête en premier, lors de la dernière journée de la Poule des As THB Ligue des Champions opposant Elgeco Plus Analamanga et CNaPS Sport Itasy. Une situation qui a suscité l'indignation des témoins pour l'humiliation faite à un représentant de l'Etat. Et c'est surtout pour un comportement du soi-disant conseiller du Premier ministre et un futur candidat Hvm à la députation à Antsirabe II.  Selon notre source, l'affaire se trouve aujourd'hui entre les mains de la justice. 
Le risque que peut encourir le président du club sur tous les fronts est gros. Vu que le patron d'Elgeco Plus, est prétendant à la présidentielle de la fédération malagasy de Football (FMF).
Et comme si cela ne suffisait pas, l'image d'Alfred Andriamanampisoa et ses alentours pourrait être plus, sérieusement entachée.  Actuellement, malgré l'existence avec témoins oculaires de son forfait, il a fait recours, en faisant  usage de son influence politique pour pouvoir faire avorter sa sanction. Dans ce sens, il use de tous les moyens pour arriver à ses fins vis-à-vis  de la Commission électorale nationale en vue de sa candidature à la tête de la FMF. Il y a quelques jours, Alfred Andriamanampisoa a été vu autour d'un petit déjeuner, dans un Grand Hôtel de la Capitale, avec une  personnalité de la CAF et Ludovic Lomotsy, le conseiller Juridique d'Ahmad.
La balle est dans le camp de la FMF, car le processus de levée des sanctions ne reviennent qu'à cette instance. De quelque nature que ce soit, cela pourrait entacher la crédibilité  de la fédération. Et si tous les présidents des clubs sportifs commettent les mêmes actes ?
Elias Fanomezantsoa

Laissez un commentaire

Assurez-vous d'indiquer les informations obligatoires (*).
Le code HTML n'est pas autorisé.

Fil infos

  • Permis biométrique - Mahafaly Olivier doit répondre de l’arnaque du siècle
  • Calendrier électoral - Le Premier ministre entretient le flou
  • Concurrence au sein du HVM - Rivo Rakotovao tacle l'ex - ministre Paul Rabary
  • Vie politique - Qui a peur des élections ?
  • Assemblée nationale - Quid de la déchéance des députés « caméléons » ?
  • Election présidentielle 2018 - Les candidats pressentis du HVM
  • Elections anticipées - Une obligation et non une option !
  • Contre une présidentielle anticipée - Le HVM et ses sbires divaguent
  • Venue du Pape à Madagascar - « Je ne peux pas promettre à 100 % », dixit le Cardinal Tsarahazana
  • Andry Rajoelina - « La nomination des ministres autres que MAPAR et TIM était à notre insu »

Editorial

  • Problème d'éthique !
    En 15 +2 jours de la nomination du Premier ministre de consensus (PMC), la situation politique malagasy n'a rien évolué. Nommé le 4 juin 2018, Ntsay Christian n'est pas encore sorti de l'auberge. En dix jours d'existence, le Gouvernement tente, tant bien que mal, de démarrer.Sur la Place du 13 mai, la tension ne baisse pas.

A bout portant

AutoDiff