Publié dans Sport

Football-d’Alfred Andriamanampisoa - Le ridicule ne tue pas

Publié le vendredi, 12 janvier 2018

Alfred Andriamanampisoa, président du club D1 Elgeco Plus Analamanga, nie avoir reçu une sanction. Il dément avoir reçu une lettre officielle annonçant cela contre lui. Pourtant,  une source auprès de la fédération a confirmé que la lettre a été envoyée il y a de cela trois semaines,  selon l’article paru dans à la page 13 de notre quotidien, le mercredi 10 janvier 2018 dernier.

La sanction concerne une suspension de 2 ans dans la sphère du football malgache, pour le président et non pas pour le club d’après l’instance du football. Mais en ce qui concerne le club, cela ne va pas tarder et ce, pour refus des médailles à l’issue du match final de la ligue des Champions de Madagascar. 
Ce qu’a fait  Alfred Andriamanampisoa est une humiliation faite à un représentant de l’Etat, en la personne de Mamy Harisolo Amédée, actuel chef de région d’Itasy et non moins président de la ligue régionale du football Itasy au stade d’Ampasambazaha Fianarantsoa. La commission d'éthique de la FMF n’a pas tardé à prendre la juste décision même si le fait remonte le 11 novembre 2017. 
C’est un comportement indigne pour un soi-disant conseiller du Premier Ministre Olivier Mahafaly et un proche du Président de la République Hery Rajaonarimampianina qui, rappelons-le, a poussé du haut de la tribune, sous l’effet de la colère,  le chef de région a qui a pris sa place sur la tribune. Son équipe, l’Elgeco Plus était mené 1-0 par la CNaPS Sport Itasy à la pause.
De retour du cocktail réservé au VIP durant la mi-temps, Alfred Andriamanampisoa, déjà rouge de colère,  était surpris de voir le chef de région assis à la mauvaise place, qui est la sienne.  L’homme s’est levé pour lui céder la place, mais le président du club Elgeco Plus l’a poussé sans ménagement vers le bas de l’escalier de la tribune.Tombant jusqu’au bas des marches, Mamy Harisolo  Amédée  est resté sans bouger quelques instants avant de se relever. La situation a suscité l’indignation des témoins y compris le président de la Fédération Malagasy de Football (FMF) qui n’a pas manqué de jeter le garde du corps armé, de l’agresseur, en dehors du stade avec l’aide des forces de l’ordre présentes sur les lieux. Sans ses gardes du corps, le président aurait passé un sale quart d’heure, à voir  l’attitude des témoins.
Le ridicule ne tue pas.  Le patron du club Elgeco a organisé une rencontre avec la presse au stade d’Alarobia accompagné de ses joueurs et staff, hier. La grosse blague du patron du club vice-champion de Madagascar. Il dit avoir fait cette agression par amour du football. Pire, il n’a même pas présenté ses excuses après son « forfait ». Et le plus ridicule, c’est que le patron de l’Elgeco fait appel au fair-play lors de sa rencontre avec la presse.  
Elias Fanomezantsoa

Laissez un commentaire

Assurez-vous d'indiquer les informations obligatoires (*).
Le code HTML n'est pas autorisé.

Fil infos

  • Taux de pauvreté en baisse - Un ministre paie 9 000 euros pour ses gardes du corps
  • Appel aux services d’Houcine Arfa - Le Président humilie les galonnés malgaches
  • Corruption de haut niveau - Un ex-maire roumain en fuite demande l’asile politique à Madagascar
  • Affaire Houcine Arfa - Trois tentatives de corruption de la Procureure de la République
  • Visas aux frontières - Levée de boucliers contre Ametis
  • Affaire Houcine Arfa - Les pénitentiaires demandent la libération de leurs pairs
  • Insécurité - Le propriétaire de « Kalidas » kidnappé en plein jour !
  • Décès de Léon Rajaobelina - La Présidence humiliée !
  • Présidence de la République La crise de confiance étalée au grand jour
  • Affaire Houcine Arfa - « Que le Bianco se saisisse des dénonciations ! »

La Une

Editorial

  • « Far West » 
    « Far West », littéralement « Ouest lointain », une riche et étonnante épopée relatant les fantastiques aventures des pionniers américains. En partant de l’Est en direction de l’Ouest, ils parvenaient à atteindre, au risque de leur vie, les côtes occidentales, celles de la Californie d’aujourd’hui. Une étape importante de l’Histoire des Etats-Unis se cadrant chronologiquement dans le XIXème siècle américain. Une période idyllique où les réalisateurs américains de cinémas n’ont pas raté de se faire des fortunes avec les célèbres films « Western » (Vers l’ouest). Les « shérifs », les représentants de la loi dans leurs localités avaient dû affronter, quotidiennement, les méfaits des « desperados » en provenance du pays voisin (Mexique) qui semaient la terreur. Ces « sans foi ni loi » pénétrèrent à l’intérieur des Etats du Texas, du Nouveau-Mexique ou de la Californie et agissaient en véritables maîtres.

A bout portant

AutoDiff