Publié dans Sport

Football-Election de ligue et comité exécutif - La FIFA avertit la FMF

Publié le dimanche, 15 avril 2018

Le secrétaire générale de la FIFA (Fédération internationale de football), Fatima Samoura a envoyé une lettre à Sarindra Randrianasolo, secrétaire générale par intérim de la Fédération malagasy de football (FMF).  Les contenus de cette lettre disent le contraire et n’expriment pas du tout la même idée de ce que Doda Andriamiasasoa a prononcé devant les médias lors d’une conférence de presse organisée le jeudi 12 avril dernier. « La FMF n’est pas obligée de suivre à la lettre ce que dit le courrier envoyé par la FIFA ». La désignation de la commission électorale (CE) et la commission de recours pour les élections (CRE) n’est pas du goût de la FIFA. Par la même lettre, l’instance internationale de football recommande à la FMF de convoquer une assemblée générale extraordinaire pour procéder à une nouvelle validation des membres de la commission électorale et de la commission de recours pour les élections, de les charger d’organiser et superviser les élections dans les ligues de Vatovavy Fitovinany et de la Haute Matsiatra et Bongolava. Et enfin, convoquer les élections du comité exécutif en conformité totale avec les statuts de la FMF et du code électoral de la FMF. 

 

 Le risque pour la CAN 2019 

Le non-respect de ces recommandations par les dirigeants du football malagasy risquerait de coûter cher au football malagasy. La fédération malagasy sera défaillante aux yeux de la FIFA. Effectivement, les Barea de Madagascar pourront dire adieu à la CAN 2019 malgré les dépenses et les efforts déjà fournis. 

La FIFA a tiré la conclusion en se basant sur les informations fournies pendant les délibérations avec les différentes parties prenantes, à savoir, le comité exécutif, les représentants de l’administration de la FMF, les plaignants des ligues V7V, Haute Matsiatra et Bongolava, ainsi que les membres de la CE et de la CRE pendant le passage de ses émissaires du 13 au 16 mars dernier.  Pour les observateurs, ladite commission est montée de toute pièce en faveur des dirigeants actuels de la FMF.  « La légitimité de la commission électorale et de la commission de recours pour les élections semble être contestée : le président de la commission électorale et les membres restants n’ont apparemment pas été validés par la même assemblée générale et bien que le procès verbal de l’assemblée générale ordinaire du 25 mars 2017  précise que le président «  a été validé par la présente lors de ladite assemblée générale. Par ailleurs, le procès verbal de l’assemblée du 25 mars  ne semble pas avoir été approuvé par l’assemblée générale suivante. En outre, le procès verbal de l’AG du 14 octobre 2017, n’indique aucunement que les membres de la commission électorale ont été approuvés par elle. Le président de la CEN agit en parallèle en tant qu’avocat de la FMF depuis 2004, ce qui suscite des questions par rapport à l’indépendance de la commission électorale ».

Effectivement, la FIFA  met en garde les dirigeants de l’instance du ballon rond du pays notamment que les nouveaux membres de la commission électorale et la commission de recours pour les élections doivent être indépendants. Ainsi, Ils ne seront pas jugés indépendants si  eux- mêmes ou l’un des membres de leur famille ont,  à quelque moment que ce soit au cours de quatre années ayant précédé leur entrée en fonction , occupé un poste rémunéré ou été liés par contre directement ou indirectement avec la FMF,  indique cette lettre. 

Elias Fanomezantsoa

Laissez un commentaire

Assurez-vous d'indiquer les informations obligatoires (*).
Le code HTML n'est pas autorisé.

Fil infos

  • Compte rendu à l’Hôtel de Ville - Les députés du Tim et du Mapar rassurent
  • Départ inopiné du pays - Rajaonarimampianina aurait-il « lâché » ses partisans
  • Conjoncture politique - Les épouses de gendarmes supplient leurs maris !
  • Lois électorales et dérives démocratiques - Les députés opposants s'en remettent à la Communauté internationale
  • Hery Rajaonarimampianina - Départ en catimini à l'extérieur ?
  • Menaces contre des députés Tim-Mapar - Plainte de réserve contre le préfet et des gros bras
  • Syndicat des artistes - Halte aux abus des autorités !
  • Privation de discours à Vohipeno - La colère très mal placée de Hery Rajaonarimampianina
  • Déplacements de Marc Ravalomanana et Andry Rajoelina - Le régime aux abois
  • Manifestations publiques interdites - Les catholiques font de la résistance

Editorial

  • Bataille rangée
    Guerre déclarée. L’escalade de provocations, déclenchée initialement par les maîtres du régime, propulse inexorablement le pays vers la logique de confrontation. Une guerre déclarée dont personne ne sait quel en est la véritable raison. Des troubles inutiles et incompris sciemment fomentés un peu partout.  En face, l’opinion publique, des acteurs pertinents de la société civile, les leaders des formations politiques principalement de l’opposition et même les prélats des Eglises, à l’instar de l’Eglise catholique apostolique romaine (ECAR) ou ceux des Eglises non affiliées au FFKM ne restent pas insensibles. Ils réagissent chacun dans leur propre camp. En fait, ils ne veulent pas rester indifférents et sont déterminés à manifester leur rejet aux dérives dictatoriales, répétées, de ces détenteurs de l’autorité d’Etat. Des tirs croisés, apparemment percutants, atteignent de plein fouet le centre de gravité du pouvoir. Ainsi, le régime doit faire face à une bataille rangée sur plusieurs fronts.Les catholiques, très…

A bout portant

AutoDiff