Publié dans Sport

Football-Cosafa - Castle Cup Qui est Francklin Andriamanarivo

Publié le mardi, 22 mai 2018

Francklin Andriamanarivo a pris les rênes de l’équipe nationale de football pour les joueurs locaux en vue du tournoi réservé au pays d’Afrique australe, le Cosafa Castle Cup, qui se déroulera en Afrique du Sud du 27 mai au 9 juin. Son nom a été désigné par la Fédération malagasy de football lors de la présentation de l’équipe. Le technicien de 47ans semble être un nouveau pour la plupart des férus du ballon rond malagasy mais diriger l’équipe nationale senior ne lui fait pas peur. Son service était toujours sollicité par les dirigeants mais il n’a pas pu se libérer vu son engagement professionnel. De nouveau, il a reçu la confiance des dirigeants de la FMF. Mais qui est vraiment Francklin Andriamanarivo ? Il est officiellement le nouvel entraineur des Barea locaux. Francklin Andriamanarivo est né le 19 avril 1969 à Toliara.Dès sa jeunesse, il aimait le football et jouait dans le club local. Ancien joueur de l’université de Toliara, Costm, Blanc vert, il a également été entraineur des sélections tuléaroises chez les minimes, les cadets et les juniors avec lesquelles il a gagné  plusieurs titres de champion.

En tant qu’entraineur, il a une expérience riche de 19ans. Il a commencé avec l’As Gagnant, l’As Comato, l’As jeunes footballeurs Capricorne. Un club qui était bien respecté dans l’arène du football à l’époque du Japan Actuel, de la CNaPS Sport et de l’Académie Ny Antsika.  Il a donc acquis des expériences sur le banc de touche en tant qu’entraineur de plusieurs équipes, dix fois champion de la ligue Atsimo Andrefana, et il est parvenu à disputer son équipe à la Poule des As de la ligue des champions en 2011 et en 2013. Il figure également parmi les premières promotions d’entraineur niveau A, avec Franck Rajaoanarisamba et Auguste Raux et les autres. Et la cerise sur le gâteau, c’est qu’il s’est doté du diplôme d’entraineur de haut niveau le mois de février dernier. Il est également l’encadreur de joueurs qui ont marqué le football malagasy si on ne cite que Niasex, Branly, Eddit, Angelo, André et Duco,et la liste est longue. Il a déjà été sollicité pour diriger la première promotion des Barea Academy. 

Francklin Andriamanarivo est bien conscient que sa mission sera de taille car son rôle est de faire taire toutes les critiques qui l’amoindrissent et de stopper net les critiques qui surgissent à l’égard de la FMF concernant la question des expatriés. D’un côté, il a comme défi de faire mieux que l’année dernière à ce rendez-vous continental. Sortir de la poule face aux Comores qui viendront au rendez-vous avec une armada d’expatriés.  Rappelons qu’ hier, ses protégés ont de nouveau été tenus en échec sur le score de parité (0-0) par une sélection d’Analamanga au stade de Mahamasina. 

« Après le bilan du match contre l’As Jet Mada, l’objectif est atteint, tous les critères attendus étaient réunis mais nous devons encore travailler davantage l’animation offensive », a-t-il-conclu.

Elias Fanomezantsoa 

Laissez un commentaire

Assurez-vous d'indiquer les informations obligatoires (*).
Le code HTML n'est pas autorisé.

Fil infos

  • Permis biométrique - Mahafaly Olivier doit répondre de l’arnaque du siècle
  • Calendrier électoral - Le Premier ministre entretient le flou
  • Concurrence au sein du HVM - Rivo Rakotovao tacle l'ex - ministre Paul Rabary
  • Vie politique - Qui a peur des élections ?
  • Assemblée nationale - Quid de la déchéance des députés « caméléons » ?
  • Election présidentielle 2018 - Les candidats pressentis du HVM
  • Elections anticipées - Une obligation et non une option !
  • Contre une présidentielle anticipée - Le HVM et ses sbires divaguent
  • Venue du Pape à Madagascar - « Je ne peux pas promettre à 100 % », dixit le Cardinal Tsarahazana
  • Andry Rajoelina - « La nomination des ministres autres que MAPAR et TIM était à notre insu »

Editorial

  • Problème d'éthique !
    En 15 +2 jours de la nomination du Premier ministre de consensus (PMC), la situation politique malagasy n'a rien évolué. Nommé le 4 juin 2018, Ntsay Christian n'est pas encore sorti de l'auberge. En dix jours d'existence, le Gouvernement tente, tant bien que mal, de démarrer.Sur la Place du 13 mai, la tension ne baisse pas.

A bout portant

AutoDiff